Nouvelles du Golfe | L’ambassadeur royal en France visite la section consacrée à Bahreïn dans l’exposition « Cartier et les arts islamiques »

Le musée des arts décoratifs de Paris conclut une exposition intitulée « Cartier et les arts islamiques », organisée par le musée du Louvre et la Fondation Cartier Joaillerie, mettant en lumière le rôle des arts décoratifs islamiques dans la construction du mouvement moderniste occidental. Il rassemble quelques-uns des joyaux les plus célèbres qui ont fait la grandeur de la Fondation Cartier à son âge d’or.

Cheikh Khalifa bin Ahmed Al Khalifa, Ambassadeur du Royaume de Bahreïn auprès de la République française, a visité l’exposition, où il a été reçu par Olivier Gabet, Directeur du Musée, qui a salué le grand intérêt du Royaume de Bahreïn pour la culture en général et les antiquités en en particulier, louant l’étroite coopération qui existe entre les agences du patrimoine et les musées des deux pays amis.

Lors d’une visite de la section consacrée au Royaume de Bahreïn au sein de l’exposition, l’ambassadeur a été informé des pièces et des artefacts fabriqués à partir de perles de Bahreïn.

A cette occasion, l’Ambassadeur a fait part de l’importance des relations entre le Royaume de Bahreïn et la République française qui regorge de nombreuses stations, notamment celles qui regroupent les négociants en perles de Bahreïn, capitale du négoce des perles dans le Golfe en premier lieu. . du XXe siècle, avec la Joaillerie Cartier et d’autres maisons de joaillerie, constate que la revue Cartier et les expositions d’Art de l’Islam sur ces liens historiques témoignent de la force de ce partenariat.

L’ambassadeur a également souligné : « Notre travail culturel se poursuit à Paris pour mettre en valeur l’histoire et le patrimoine authentiques du Royaume de Bahreïn, et notre prochain rendez-vous avec le public français à l’exposition Dilmun au musée du Louvre plus tard cette année, qui viendra en réponse à l’accord bilatéral conclu entre les deux parties en marge de la récente visite convoquée par Sa Majesté le Roi en République française, renouvelant notre fierté et notre reconnaissance pour l’intérêt et le soutien de Sa Majesté à l’avancement des relations bilatérales entre les deux pays pour le bien de notre pays et de notre peuple.

De son côté, Evelyne Possémé, conservatrice en charge des collections de bijoux au Musée des Arts décoratifs, a révélé l’importance de la visite de Jacques Cartier au Royaume de Bahreïn à la poursuite des perles naturelles pêchées dans les eaux du Golfe, en référence à une photo qu’elle a prise elle-même. , qui montre sa quête pour établir un lien direct avec les négociants en perles.

À son tour, Judtih Hénon, conservatrice en charge du département des Arts de l’Islam au Louvre, passe en revue les nouvelles formes géométriques inspirées de l’art de l’Islam qui ont permis à Cartier, à partir du XXe siècle, d’entrer dans le courant de la modernité et de s’éloigner du traditionnel. . le style dominant au cours de la période du XVIIIe siècle.

A noter que l’exposition comprend une section consacrée au thème « Jacques Cartier en Inde et à Bahreïn », où sont présentés des bijoux dont des perles de Bahreïn, que Jacques Cartier a recherchées dans le Royaume.

Outre les bijoux, cette section passe également en revue les documents d’archives et les photographies de l’histoire de la capture et du commerce des perles à Bahreïn documentées dans les archives de Jacques Cartier lors de ses visites à Bahreïn en 1911 et 1912 à la recherche de perles naturelles éminentes.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.