‘explication : les rebelles soutenus par la Russie deviennent une épine dans le pied de l’Ukraine | Politique nationale

MOSCOU (AP) — Au milieu peur de l’invasion russe En Ukraine, les tensions montent également dans l’est du pays, où les forces ukrainiennes sont entraînées dans un long conflit avec des séparatistes soutenus par la Russie.

Plus de 14 000 personnes sont mortes en près de huit ans de combats, et une forte augmentation des combats jeudi a fait craindre que Moscou puisse utiliser la situation comme prétexte pour des attentats.

Voici les conditions dans les zones tenues par les rebelles de l’est de l’Ukraine :

Lorsque le président ukrainien, ami de Moscou, a été évincé de ses fonctions par des manifestations de masse en février 2014, la Russie a réagi en annexant la péninsule ukrainienne de Crimée. Il a ensuite jeté son poids derrière un soulèvement dans l’est majoritairement russophone, connu sous le nom de Donbass.

En avril 2014, des rebelles soutenus par la Russie se sont emparés de bâtiments gouvernementaux dans les régions de Donetsk et de Louhansk, y proclamant la création d’une « république populaire » et combattant les troupes ukrainiennes et les bataillons de volontaires.

Le mois suivant, la région séparatiste a voté pour déclarer son indépendance et a tenté de faire partie de la Russie. Moscou n’a pas encore accepté la motion, espérant utiliser la région comme un outil pour maintenir l’Ukraine en orbite et l’empêcher de rejoindre l’OTAN.

L’Ukraine et l’Occident accusent la Russie de soutenir les rebelles avec des troupes et des armes. Moscou nie cela, affirmant que chaque Russe combattant à l’Est est un volontaire.

Au milieu de violents combats impliquant des chars, de l’artillerie lourde et des avions de combat, le vol 17 de Malaysia Airlines a été abattu au-dessus de l’est de l’Ukraine le 17 juillet 2014, tuant les 298 personnes à bord. Une enquête internationale a conclu que l’avion de ligne avait été abattu par un missile fourni par la Russie depuis un territoire tenu par les rebelles, mais Moscou a nié toute implication.

Après la défaite massive des troupes ukrainiennes lors de la bataille d’Ilowaisk en août 2014, les émissaires de Kiev, les rebelles et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ont signé un cessez-le-feu dans la capitale biélorusse, Minsk, en septembre 2014.

Le document décrit un cessez-le-feu que l’OSCE observe, le retrait de tous les combattants étrangers, un échange de prisonniers et d’otages, une amnistie pour les rebelles et une promesse que les territoires séparatistes peuvent avoir un certain degré d’autonomie.

L’accord s’est rapidement effondré et les combats à grande échelle ont repris, ce qui a conduit à une autre défaite majeure des forces ukrainiennes à Debaltseve en janvier-février 2015.

La France et l’Allemagne ont négocié un autre traité de paix, signé à Minsk en février 2015 par des représentants de l’Ukraine, de la Russie et des rebelles. Il envisage un nouveau cessez-le-feu, le retrait des armes lourdes et une série d’étapes vers un règlement politique. Une déclaration de soutien à l’accord a été signée par les dirigeants de la Russie, de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne.

L’accord de paix de 2015 a été un coup d’État diplomatique majeur pour le Kremlin, obligeant l’Ukraine à accorder un statut spécial aux régions séparatistes, leur permettant de former leur propre force de police et d’avoir leur mot à dire dans la nomination des procureurs et des juges locaux. Il prévoyait également que l’Ukraine ne pourrait reprendre le contrôle de la frontière d’environ 200 kilomètres (125 milles) avec la Russie en territoire rebelle qu’après avoir acquis l’autonomie et organisé des élections locales surveillées par l’OSCE – un vote qui mettrait presque certainement les pro-Moscou rebelles au pouvoir dans la région.

De nombreux Ukrainiens y ont vu une trahison de l’intérêt national et sa mise en œuvre est au point mort.

Les documents de Minsk ont ​​contribué à mettre fin aux combats à grande échelle, mais la situation est restée tendue et des combats occasionnels se sont poursuivis le long de lignes de contact tendues.

L’accord de Minsk étant effectivement au point mort, les espoirs de Moscou d’utiliser le territoire rebelle pour influencer directement la politique ukrainienne ont échoué, mais le conflit gelé a vidé Kiev de ses ressources et a effectivement entravé son objectif de rejoindre l’OTAN – inscrit dans la constitution ukrainienne.

Moscou s’est également efforcé d’assurer son emprise sur le territoire rebelle en distribué plus de 720 000 passeports russes environ un cinquième de leur population d’environ 3,6 millions d’habitants. Il a fourni une aide économique et financière à la région séparatiste, mais cette aide n’est pas suffisante pour réduire les dégâts massifs des combats et soutenir l’économie. La région du Donbass représentait environ 16 % du produit intérieur brut de l’Ukraine avant le conflit.

EFFORT POUR DÉVELOPPER UN ÉVÉNEMENT DE PAIX

Face aux appels de Berlin et de Paris pour sa mise en œuvre, Fonctionnaires ukrainiens a amplifié la critique de l’accord de Minsk et a averti qu’il pourrait conduire à l’effondrement du pays.

Deux séries de pourparlers à Paris et à Berlin entre les envoyés du président de Russie, d’Ukraine, de France et d’Allemagne n’ont abouti à aucun progrès.

Au milieu d’une impasse dans les pourparlers, la chambre basse du Parlement russe a exhorté cette semaine le président russe Vladimir Poutine à reconnaître l’indépendance de Donetsk et de Lougansk. Poutine a toutefois laissé entendre qu’il n’était pas enclin à faire un geste qui détruirait effectivement l’accord de Minsk.

ÉSCASION DE BATAILLE

L’Ukraine et les rebelles se sont mutuellement accusés jeudi d’avoir intensifié les bombardements le long des lignes de contact à Donetsk et Lougansk.

Les autorités séparatistes affirment que l’Ukraine mène une « provocation à grande échelle » et disent qu’elles ripostent.

L’Ukraine nie avoir ouvert le feu et affirme que les séparatistes bombardent les zones contrôlées par le gouvernement avec de l’artillerie lourde et des mortiers. Le commandement militaire ukrainien a allégué que plusieurs balles avaient touché un jardin d’enfants à Stanytsia Luhanska, blessant deux civils et coupant l’électricité à la moitié de la ville.

Yasar Halit Cevik, chef de la mission d’observation de l’OSCE, a déclaré avoir signalé 500 explosions le long de la ligne de contact entre mercredi soir et 11h20 jeudi. Cevik a déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies que les tensions semblaient s’être apaisées après cela avec une trentaine d’explosions signalées, ajoutant qu' »il est impératif de les désamorcer immédiatement ».

Yuras Karmanau à Kiev, en Ukraine et Edith M. Lederer aux Nations Unies ont contribué à ce rapport.

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.