Le Tour de France mérite un meilleur jeu vidéo

Beaucoup de cyclistes, même visage.

Avec près de 200 coureurs sur le Tour, je ne m’attendais pas à ce que ce jeu recrée tout le monde d’aussi près. Les pilotes les meilleurs et les plus prolifiques doivent cependant être reconnus à mon avis. Le sprinteur électrique Marcel Kittel, par exemple, et l’actuel champion Chris Froome. Après tout, c’est cette personnalité que les gens veulent incarner et combattre.

Les cyclistes sont tout aussi mauvais avec l’habillage.

Les vélos aussi sont décevants. Pour beaucoup, le plaisir de faire du vélo consiste à comparer les cadres, les pédales et les changements de vitesse. Peu de gens peuvent s’offrir un vélo haut de gamme, le Tour est donc un moyen de voir le matériel de leurs rêves en action. Regardez n’importe quelle étape et vous verrez passer une gamme d’équipements de Trek, Pinarello et Specialized. Dans les jeux vidéo officiels, cependant? Tout le monde roule sur le même cadre de vélo (s’il est basé sur le fabricant d’origine, je ne le reconnais pas) avec des accents de couleurs différents. La seule vraie différence est les pneus, qui utilisent une marque différente sur la chambre à air.

Le gameplay de base, heureusement, est meilleur que la présentation fade. Vous disposez de deux compteurs, bleu et rouge, qui représentent l’endurance globale et la capacité d’attaque de votre cavalier. Une jauge circulaire, semblable à un compteur de vitesse, indique l’effort que vous fournissez. Augmentez votre effort et vous atteindrez le marqueur bleu, qui épuise lentement le compteur correspondant le long de la scène. Appuyez plus fort sur le bouton de la pédale (R2 sur PS4) ou appuyez sur le bouton d’attaque, et vous brûlerez votre énergie bleue et rouge. Par conséquent, le défi consiste à microgérer votre endurance pour terminer la course dans la meilleure position.

C’est un système éloquent qui reflète la stratégie et l’énergie épuisante des tournées. La plupart des étapes prennent environ 45 minutes (il existe des options pour avancer rapidement ou sauter complètement l’étape) et il y a un réel sentiment d’accomplissement lorsque vous chronométrez parfaitement vos sprints ou tournez en groupes qui se séparent de quelques kilomètres. Maintenir le bouton de la pédale peut être une corvée, c’est pourquoi le jeu propose un mécanisme de « suivi » qui vous permet de vous en tenir aux pneus arrière des autres pilotes. Il y a aussi un mode effort qui signifie que votre cycliste maintiendra la même vitesse à moins que vous n’appuyiez sur l’un des boutons du pare-chocs.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.