« L’économie sociale », c’est le partage du pouvoir, déclare le ministre français – EURACTIV.fr

Avant que les ministres européens ne se réunissent pour une réunion informelle pour promouvoir une économie plus sociale et solidaire à Paris aujourd’hui (17 février), la secrétaire d’État française à l’économie sociale, Olivia Grégoire, a précisé son point de vue sur l’économie sociale dans un entretien avec EURACTIV.

En décembre 2021, la Commission européenne a présenté un «plan d’action économique et social» qui devrait promouvoir le développement économique et social.

Le terme, vaguement défini et faisant référence à divers acteurs, à savoir les coopératives, les mutuelles, les associations, les fondations et les entreprises sociales, ne doit pas être confondu avec les organismes caritatifs ou à but non lucratif, selon Olivia Grégoire.

Comme il le souligne, ce n’est pas un manque d’orientation vers le profit qui définit une économie sociale.

« Il existe une grande économie sociale qui est au moins partiellement rentable », a-t-il déclaré à EURACTIV.

Partager le pouvoir et la valeur créée

En revanche, selon le ministre délégué, ce qui distingue une économie sociale d’une économie traditionnelle, c’est ce qu’il appelle une « double répartition » du pouvoir et de la valeur créée au sein d’une entreprise.

« Les économies sociales sont sociales parce qu’elles partagent plus de pouvoir et créent plus de valeur et ont l’ambition d’avoir un impact social », a-t-il déclaré.

Les coopératives, par exemple, ont un système beaucoup plus démocratique avec des droits de vote accordés aux membres individuels qu’au plus grand actionnaire, selon Grégoire.

Le fait que la valeur créée par les entreprises soit répartie plus uniformément dans une économie sociale que dans une économie conventionnelle peut sembler attrayant pour beaucoup, mais cela peut faire fuir l’argent.

Promesse CSRD

Olivia Grégoire soutient que les investisseurs seront attirés par l’économie sociale en raison de la pression croissante pour prouver leur santé financière et leur impact social et environnemental.

Il place de très grands espoirs dans la directive relative aux rapports sur le développement durable des entreprises (CSRD) qui a été proposée par la Commission européenne en 2021 et qui est actuellement discutée au Parlement européen et dans les gouvernements des États membres.

«Avec les directives du CSRD, les impacts sociaux et environnementaux seront sérieusement vérifiés, comme la performance financière», a déclaré Grégoire.

« De la même manière que vous avez des auditeurs qui viennent vérifier vos comptes, vous aurez tous la même opération pour les états financiers dits extra », a-t-il déclaré, arguant que cela empêcherait les rapports de responsabilité sociale des entreprises d’être beaux sur le papier. mais n’a aucune substance vérifiable.

Cependant, même si l’économie sociale suscite davantage l’intérêt des investisseurs à l’avenir, il y aura beaucoup à couvrir. Seuls 6,3 % de la main-d’œuvre de l’UE travaillent actuellement dans l’économie sociale.

Vers une innovation plus humaine ?

Indépendamment de l’intérêt des investisseurs, il peut y avoir des problèmes d’innovation dans l’économie sociale. Alors que la Silicon Valley aime célébrer les génies de l’entrepreneuriat qui sont considérés comme perturbant à eux seuls des industries entières, les personnalités fortes et les preneurs de risques téméraires peuvent avoir des difficultés dans les entreprises ou les coopératives qui répartissent le pouvoir de manière plus équitable.

Olivia Grégoire plaide pour une autre compréhension de l’innovation.

« L’économie sociale est innovante, mais très innovante sur le plan humain », a-t-il déclaré à EURACTIV.

« La caractéristique de l’économie sociale est qu’elle donne vraiment la priorité à l’humain dans les relations économiques […]par opposition à la précarité et aux relations de travail inégales que l’innovation peut parfois apporter », a-t-il déclaré, soulignant les relations de travail parfois exploitantes de l’économie des plateformes.

Mais même dans une économie de plateforme, Grégoire voit le potentiel d’une économie sociale.

« Tout n’est pas perdu dans l’économie de plateforme », a-t-il déclaré, affirmant qu’en France, une coopérative de plateforme a été récemment créée et gérée démocratiquement.

Loin devant

Jeudi 17 février, Olivia Grégoire a invité les ministres européens chargés de l’économie sociale à se réunir à Paris. Les objectifs fixés par Grégoire pour la réunion montrent que l’économie sociale dans l’UE n’en est encore qu’à ses balbutiements.

« D’abord, nous devrions essayer de parler la même langue. Il y a presque autant de définitions de l’économie sociale que de pays membres », a-t-il déclaré.

En outre, les ministres discuteront de la manière de faciliter l’accès au financement, de mieux communiquer et de collecter des données sur l’économie sociale.

[Edited by Nathalie Weatherald/ Alice Taylor]

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.