L’Equation de Soro Péhouet – Artiste peintre

Soro Péhouet exposait du 7 au 30 avril 2016 à la Galerie Houkami Guyzagn sur le thème de l’union, de l’invitation à l’acceptation de soi et d’autrui à travers une exposition dénommée : Orange+Blanc+Vert = Okohi

IMG_9195

 

L’exposition Orange+Blanc+Vert = Okohi

L’exposition « Orange+Blanc+Vert = Okohi » vient huit (8) ans après sa première exposition individuelle dénommée « Femme Noire, Femme Africaine » où il magnifiait la femme africaine en la mettant en garde contre les dangers de la dépigmentation, un fléau devenu trop répandu en Côte d’Ivoire et en Afrique.
Soro Péhouet revient avec une nouvelle exposition qui est dans la continuité d’un concept nouveau qu’il baptise « l’existentialisme en Peinture » et qu’il introduit avec l’équation suivante : Orange+Blanc+Vert = Okohi.
Ce concept se veut être une thérapie pour les hommes et les femmes de la nation ivoirienne pour les retirer du pessimisme, du désarroi et de la division après les moments d’aveuglement et de violence qu’a connu le pays. Cette exposition se veut donc être un mélange chromatique des hommes et des femmes qui font la Côte d’Ivoire pour aller vers l’union car le terme « Okohi » signifie « on est ensemble ».
Pour moi, le message est clair, l’homme ivoirien de demain est un subtil mélange de toutes les couleurs du drapeau ivoirien à savoir l’orange, le blanc et le vert. Il est polychrome, c’est pourquoi, il forme une unité parfaite appelée Okohi.

IMG_9215

 

Cette exposition est donc un appel au Dialogue – Vérité – Réconciliation entamé par le Gouvernement à l’issue de la crise en vue de rétablir l’équilibre détruit après les jours sombres de notre histoire. Ce n’est donc pas étonnant que le postulat de départ soit : « On ne reconstruit pas durablement un pays en faisant l’économie de la reconstruction de l’âme de ce peuple », une citation de l’écrivain Maurice Bandama, par ailleurs Ministre de la Culture et de la Francophonie de la République de Côte d’Ivoire.

C’est ainsi que l’on peut voir apparaître dans ses oeuvres (i) une réflexion sur la place du drapeau qui est omniprésent dans la majorité des pièces et (ii) des sous thématiques d’actualité telles que la place de l’Abidjanaise, l’hymne national de la Côte d’Ivoire, les retrouvailles, le N’dolo, une danse traditionnelle de jeunes filles en pays akan, l’Espérance Nouvelle…. et la femme, qui occupe une place prépondérante dans son oeuvre.

D’un point de vu technique, l’artiste intègre des matériaux tels que des mèches de faux cheveux, des pinces à linge, des bandes de tissus traditionnels… qui donnent une autre dimension à ses oeuvres. Il faut également ajouter la présence des couleurs vives qui font se dégager une certaine fraicheur de ses toiles. Il travaille aussi sur de très grands formats avec des formes différentes ce qui donne une autre profondeur aux messages que traduisent les différentes toiles. En effet, la forme du tableau oriente votre regard sur des éléments spécifiques de la scène et cela est très intéressant quand on veut essayer de comprendre le sens des oeuvres. Enfin, vous remarquerez la présence de papillons sur toutes les toiles. Je me suis posée la question et je me la pose encore. Pourquoi des papillons ? Pour montrer le côté éphémère des oeuvres? Affaire à suivre !

Soro Pehouet

13000151_1549253888701637_5424240419215347529_nDiplômé d’Etude Supérieure Artistique aux Beaux Arts de l’INSAAC d’Abidjan en peinture avec la mention Très Bien, Soro Péhouet est aujourd’hui Professeur d’Arts Plastiques certifié depuis 2009. Il transmet sa passion pour les Arts Plastiques aux futures générations tout en continuant à travailler sur son oeuvre.

Il a reçu, à ce jour, deux distinctions le Prix Guy Nairay des « Guyzagn 2007 » et le Prix Michel KODJO de la peinture 2007 organisés par l’Agence Houkami Guyzagn.

Il a réalisé de nombreuses expositions depuis 2006 à savoir :

  • Exposition collective intitulée « Le maitres de demain » avec Houkami Guyzagn (Côte d’Ivoire) en 2006
  • Première exposition individuelle : « Femme Noire Femme Africaine » au Sofitel Hotel Ivoire d’Abidjan (Côte d’Ivoire) organisé par l’Agence Houkami Guyzagn en 2008.
  • Exposition collective dénommée « Pinceau d’Afrique » à Stockholm (Suède) en 2009
  • Atelier résidence suivi d’exposition à la Galerie Arts Pluriels, devenue la Galerie LouiSimone Guirandou, pour la célébration des 20 ans du peintre Augustin Kassi à Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2009
  • Participation à la 3ème édition du Festival des Arts Nègres (FESTMAN) de Dakar (Sénégal) en 2009
  • Exposition permanente intitulée « Petite Revue de l’Art  Moderne et Contemporain en Côte d’Ivoire » à la Rotonde des Arts Contemporains d’Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2011 et 2012.

Cette liste n’est pas exhaustive mais si vous voulez en savoir plus, rendez-vous sur le lien suivant : Facebook

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s