Zéro transmission verticale de plus de 5000 femmes enceintes porteuses du VIH indétectable en France

Les données recueillies depuis 2000 montrent un taux de transmission du VIH de 0 % chez les femmes sous TAR à la conception, ayant une charge virale indétectable à l’accouchement et n’allaitant pas, rapporte la Cohorte nationale française périnatale à la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2022).

L’énoncé « indétectable équivaut à non transmissible » (U=U) est basé sur les données de transmission sexuelle, et non sur la transmission verticale. Néanmoins, le rapport français montre ce qui est possible dans un pays à revenu élevé avec un accès ininterrompu aux soins de santé.

« En l’absence d’allaitement, et dans le contexte français d’accès gratuit à la thérapie antirétrovirale et d’évaluation mensuelle de la charge virale plasmatique, une thérapie antirétrovirale suppressive initiée avant la grossesse et poursuivie tout au long de la grossesse peut éliminer la transmission périnatale du VIH », ont déclaré le Dr Jeanne Sibiude et ses collègues.

Glossaire

périnatal

Relatif à la période qui commence quelques semaines avant la naissance et comprend la naissance et quelques semaines après la naissance.

perte de suivi

Dans une étude de recherche, les participants qui abandonnent avant la fin de l’étude. Dans les soins cliniques de routine, les patients qui ne se présentent pas aux rendez-vous médicaux et qui ne peuvent pas être contactés.

transmission verticale

Transmission de l’infection de la mère au bébé, pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement.

plasma

La partie liquide du sang.

infection opportuniste (IO)

Infections qui surviennent plus fréquemment ou sont plus graves chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, comme les personnes ayant un faible nombre de cellules CD4, que chez les personnes dont le système immunitaire est sain. Les infections opportunistes courantes chez les personnes atteintes d’une maladie à VIH avancée comprennent la pneumonie à Pneumocystis jiroveci ; Le sarcome de Kaposi; cryptosporidiose; histoplasmose; autres infections parasitaires, virales et fongiques; et certains types de cancer.

Entre 2000 et 2017, il y a eu 15 959 naissances vivantes de mères vivant avec le VIH-1 en France métropolitaine dans la cohorte. Ont été exclus de l’analyse 37 nourrissons allaités et 1292 nourrissons perdus de vue. Les données ont été recueillies jusqu’à l’âge de deux ans.

Le chiffre de 0 % correspond aux 5 482 nourrissons dont les mères avaient suivi un traitement antirétroviral pendant la grossesse, avaient une charge virale indétectable (inférieure à 50 copies/mL) à l’accouchement et n’allaitaient pas. De plus, il y avait un taux de transmission de 0% pour 2358 nourrissons dont les mères n’ont pas été détectées au cours du premier trimestre de la grossesse.

Des études montrent des changements au fil du temps. La proportion de femmes recevant un traitement contre le VIH est passée de 68 % en 2000-2005 à 99,2 % en 2011-2017, tout comme la proportion le prenant au moment de la conception (de 28 % à 66 %) et la proportion ayant un virus indétectable. chargement à la livraison (de 70% à 93%).

Les taux de transmission périnatale ont continué de baisser, passant de 1,1 % en 2000-2005 et 0,7 % en 2006-2010, à 0,2 % en 2011-2017. Les chiffres de la dernière période correspondent à dix nourrissons sur un total de 4907 – en d’autres termes, 1 nourrisson sur 490 qui n’a pas été allaité a contracté le VIH.

Les données confirment les circonstances dans lesquelles la transmission verticale se produit :

  • La transmission survient souvent chez les mères qui ne reçoivent pas de traitement (8,3 %).
  • Un traitement précoce a été instauré, la transmission a été moins fréquente (0,1 % avant la conception, 0,5 % au premier trimestre, 0,8 % au deuxième et 1,7 % au troisième trimestre).
  • Bien qu’il n’y ait pas eu de transmission avec des charges virales inférieures à 50 copies/ml, le taux était de 0,2 % avec des charges virales comprises entre 50 et 400 copies/ml et de 2,4 % au-delà de 400 copies/ml.
  • La prématurité augmentait également le risque, avec des taux de 1,3 % pour les bébés nés entre 32 et 36 semaines et de 2,1 % pour les bébés nés avant 32 semaines.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.