Une enquête a été ouverte en France contre le président d’Interpol pour « torture » et « actes de barbarie » | nouvelles

|

Le parquet français chargé de la lutte contre le terrorisme a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire contre le général de division émirati Ahmed Nasser Al Raisi, qui a pris la présidence d’Interpol il y a plusieurs mois, pour « torture » et « actes de barbarie », selon ce que a été annoncé jeudi, ont indiqué des sources.

L’ouverture de l’enquête intervient après qu’une plainte a été déposée par une organisation non gouvernementale accusant Al-Raisi d’avoir torturé des personnalités de l’opposition alors qu’il occupait un poste élevé au ministère de l’Intérieur des Émirats arabes unis.

Dans une plainte déposée par le Gulf Center for Human Rights en janvier dernier, le Centre a accusé Al Raisi d’avoir pratiqué des « tortures » et d’avoir commis des « actes de barbarie » contre l’opposition d’Ahmed Mansour à Abu Dhabi.

La plainte déposée par le Centre auprès du Parquet général chargé de la lutte contre le terrorisme en France comprend des accusations de crimes contre l’humanité.

Des organisations de défense des droits de l’homme avaient auparavant accusé Al-Raisi de torture après sa candidature à la présidence d’Interpol, exprimant leur crainte que le régime répressif n’exploite l’organisation.

Cependant, Al-Raisi a été élu président de l’organisation en novembre, à la suite d’un important don financier des Émirats arabes unis à l’organisation, dont le siège est dans la ville française de Lyon.

Abou Dhabi est également accusé d’utiliser le système de « notice rouge » émis par Interpol pour juger des suspects qui persécutent des opposants politiques.

Il convient de noter que l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) est l’agence chargée de lutter contre la criminalité.

Le poste de président d’INTERPOL est un honneur, car le secrétaire général de l’organisation est chargé de la gestion des affaires en son sein.

Selon Interpol, « le secrétaire général est responsable des affaires courantes », tandis que « le président occupe un poste à temps partiel non rémunéré », et ses principales fonctions sont de présider l’Assemblée générale et 3 sessions de l’exécutif. comité par an.

L’organisation a expliqué que son président « exerce des fonctions officielles à plein temps dans son pays, et ne réside pas en permanence à Lyon ».

Elle souligne également que ses membres, « y compris le président, bénéficient de privilèges et d’immunités dans l’exercice de leurs fonctions et l’accomplissement de leurs fonctions au sein de l’organisation, mais pas dans leurs affaires personnelles ».

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.