Rapport – Les sanctions sportives contre la Russie et leur impact sur l’arrêt de la guerre en Ukraine



agences


Publié le : lundi 28 février 2022 – 15:48 | Dernière mise à jour : lundi 28 février 2022 – 15:48

L’accueil par la Russie de la Coupe du monde de football 2018, les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014 et le parrainage du géant gazier Gazprom à l’Association européenne de football (UEFA) ont été de solides outils pour améliorer son image mondiale et ont valu au président Vladimir Poutine une place parmi le peuple russe..

Pourtant, la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine a ébranlé ses perspectives mondiales et les experts pensent que cela pourrait lui coûter cher au niveau national.

Saint-Pétersbourg a été privé de l’accueil de la finale de l’UEFA Champions League au profit de Paris et des doutes subsistent sur le sort du parrainage de l’UEFA par Gazprom, estimé à 40 millions d’euros par an.

Le Grand Prix de Formule 1 de Russie a été annulé, le Comité international olympique a interdit de hisser le drapeau russe et de jouer l’hymne national.

« Le sport a toujours eu un impact énorme sur la société », a déclaré à l’AFP l’ancien directeur marketing du CIO, Michael Payne.

« Le boycott sportif sud-africain du régime d’apartheid a peut-être eu le même effet, voire plus, que les sanctions économiques en forçant un changement dans la politique du régime », a-t-il ajouté.

Pour Sir Hugh Robertson, chef du Comité olympique britannique, une interdiction générale du sport pourrait affecter la position de Poutine au niveau national. « Le sport est d’une importance disproportionnée pour les régimes autoritaires », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Le manque de compétitivité nuira gravement à la Russie », a-t-il ajouté.

Payne, qui a été crédité des Jeux olympiques internationaux pendant deux décennies pour avoir transformé sa marque et ses finances grâce au parrainage, considère Poutine comme un risque pour sa position parmi les siens. « Poutine ne se soucie peut-être pas de ce que le reste du monde pense de lui, mais il devrait se soucier de ce que pense le peuple russe », a déclaré l’Irlandais.

« Je perds leur soutien (du peuple) et c’est tout. Le comportement de la communauté sportive peut jouer un rôle sérieux et influent envers le peuple russe », a-t-il ajouté.

inaction et évasion

Les stars du sport russes n’ont pas hésité à exprimer leur inquiétude face à l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Des voix condamnées ont été entendues par Andy Rublev, sacré dimanche aux Championnats de tennis de Dubaï, le footballeur international Fedor Smolov, la star professionnelle du hockey sur glace Alex Ovechkin et le cycliste Pavel Sivakov.

« Les opinions des athlètes russes devant leurs propres fans ne peuvent que renforcer le scepticisme des citoyens quant à leurs décisions de leadership et saper le soutien interne à la guerre », a ajouté Payne.

Cependant, Terrence Burns, l’ancien dirigeant du CIO qui a joué un rôle clé dans les candidatures de cinq villes hôtes olympiques couronnées de succès, minimise cette influence. « Vous partez du principe que le peuple russe voit, lit et entend les ‘vraies nouvelles' », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Je n’y crois pas. Le gouvernement dépeindra la Russie comme la victime d’un complot mondial majeur mené par les États-Unis et l’Occident… une métaphore utilisée avec beaucoup de succès depuis l’époque de l’Union soviétique. »

L’argent russe

Mais Burns estime que les athlètes, malheureusement, devraient être punis pour la mauvaise conduite de leurs gouvernements : « Je pense que la Russie devrait payer pour ce qu’ils ont fait. Malheureusement, cela inclut également les athlètes. »

« Beaucoup de gens, comme moi, pensent que les aider à organiser les Jeux olympiques et la Coupe du monde aiderait à ouvrir et à libérer la société, à créer de nouvelles voies pour l’avancement du peuple russe. Nous nous trompons encore », a-t-il ajouté.

À son tour, Robertson estime que permettre aux Russes de concourir alors que les Ukrainiens sont incapables de le faire est « moralement inimaginable ».

Payne ajoute que les sports individuels devraient se tourner vers un paysage moral plus large que les pertes potentielles dues à la résiliation des accords de parrainage russes : « Le monde du sport est susceptible de perdre plus en cas d’absence de réponse, par rapport à la perte d’un ou deux sponsors russes ».

Robertson, l’ancien législateur qui a été ministre des Sports et des Jeux olympiques et qui a contribué au succès des Jeux olympiques de Londres en 2012, est d’accord.

« Peut-être que le monde du sport devrait se sevrer de l’argent russe », a déclaré le joueur de 59 ans.

« Ces derniers jours, il est devenu clair que les sanctions politiques, économiques et commerciales nuiront à l’Occident ainsi qu’à la Russie, mais c’est un prix que nous devons supporter pour susciter un plus grand intérêt », a-t-il ajouté.

Pour Robertson, le sport ne peut pas rester les bras croisés face à l’invasion russe : « L’invasion russe de l’Ukraine affectera le sport, mais les conséquences de l’inaction ou de l’évasion seront plus graves. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.