7 événements artistiques et de divertissement de la région de la baie à voir cette semaine, du 28 février au 6 mars

Le fondateur de New Voices Bay Area, Reuben Zellman, lors d’une répétition au SF Community Music Center de San Francisco, Californie, le dimanche 17 février 2019. Photo: Scott Strazzante / La Chronique

Le guide de la Chronique des meilleurs événements artistiques et de divertissement de la Bay Area.

Comment célébrer Mardi Gras 2022 dans la Bay Area

Community Music Center fête ses 100 ans à San Francisco

Qu’avez-vous reçu de votre école de musique bien-aimée pour son 100e anniversaire ? Que diriez-vous d’une grande fête pour aider à collecter des fonds pour les 100 prochaines années auprès du Community Music Center – avec des artistes invités, dont le trompettiste et activiste Sean Jones; le ténor Pene Pati et la soprano Amina Edris ; la mezzo-soprano Frederica von Stade et le compositeur-pianiste Jake Heggie ; et le guitariste Jason Vieaux et la chanteuse de jazz et de cabaret Paula West. Renel Brooks-Moon sera l’hôte de l’événement, qui aura lieu dans la salle de bal historique Julia Morgan à San Francisco.

Le CMC à but non lucratif offre de la musique et de l’éducation musicale à des personnes de tous âges, de tous horizons et de toutes capacités avec des succursales dans les districts de Mission et de Richmond desservant plus de 2 800 étudiants. L’année dernière, CMC a accordé une bourse de 2,8 millions de dollars pour des programmes en ligne et en personne qui enseignent le jazz, le blues, la pop, le folk, le funk, le latin et d’autres styles. Récemment, CMC a lancé le New Voices Bay Area TIGQ Chorus – un chœur mixte pour les chanteurs qui s’identifient comme transgenres, intersexués ou homosexuels – et le Black Music Studies Program.

Tous les fonds recueillis lors du gala permettront de maintenir les cours et les programmes éducatifs du CMC accessibles à tous, quels que soient leurs besoins financiers.

Centennial Gala Community Music Center : 18 h le mercredi 2 mars. Les billets commencent à 500 $ en personne. 100 $ de diffusion en direct. Salle de bal Julia Morgan, 465 California St., SF https://sfcmc.org/

—Tony Brave

Le ballet Joffrey dansera « The Sofa » d’Itzik Galili sur une musique de Tom Waits, dans le vaste programme Cal Performances du 3 au 6 mars. Photo: Cheryl Mann

Fondé en 1956 par Robert Joffrey et Gerald Arpino, le Joffrey Ballet a toujours été impétueux, énergique et esthétiquement éclectique, avec un accent sur le flair théâtral. Basée (et bien-aimée) à Chicago depuis 1995 et maintenant dirigée par l’ancienne danseuse du San Francisco Ballet Ashley Wheater, la compagnie propose un exemple de programme avec quelque chose pour tout le monde au UC Berkeley Cal Show lors de la dernière visite d’une résidence de six ans sur le campus.

Il y a une comédie pour Tom Waits intitulée « The Sofa », du chorégraphe israélien Itzik Galili ; nouveau traitement du « boléro » sexy de Ravel par le danseur de la compagnie Yoshihisa Arai ; favori du public d’Arpino sur Verdi ; et le spectacle émouvant des danseurs aux ailes d’ange de la chorégraphe montante Chanel Da Silva.

L’ancien directeur de l’école de ballet de San Francisco, Nicolas Blanc, propose également une nouvelle pièce émouvante, « Under the Trees’ Voices », célébrant le pouvoir de la communauté en temps de pandémie.

Joffrey Ballet : 20 h vendredi-samedi, 4-5 mars ; 15 h dimanche 6 mars 37 $ à 148 $. Salle Zellerbach, UC Berkeley. 510-642-9988. www.calperformances.org

—Rachel Howard

Juanita Harris en tant que personnage principal est perdue dans sa mémoire dans « Dot » du New Conservatory Theatre Center. Photo: Lois Tema / Centre de théâtre du nouveau conservatoire

Colman Domingo crée un drame dramaturge à ‘Dot’ au New Conservatory Theatre Center

Dotty (Juanita Harris) ne cesse de demander quelle heure il est et oublie ce qu’elle faisait. Shelly ( Kimberly Ridgeway ) commence à boire de la vodka à la pastèque à 10 heures du matin. Jackie (Kim Donovan) a quitté sa vie à New York dans un accès de rage. Adam (Greg Ayers) et Donnie (Marcus J. Paige) n’ont pas fait l’amour depuis un mois, et la dernière fois, c’était du maquillage.

La principale vertu de « Dot », actuellement en production au New Conservatory Theatre Center, est que chaque personnage qui se rend à la maison familiale de Philadelphie deux jours avant Noël a son propre arc distinct – une qualité qui peut être due au fait que le scénariste, Colman Domingo, est aussi acteur. .

« Dot », qui montre une oreille attentive pour le dialogue, est tout aussi observateur lorsqu’il s’agit des effets d’entraînement de la perte de mémoire : la façon dont le fardeau de la parentalité incombe de manière disproportionnée à un enfant ; à quel point il est facile pour les johnny-come-latelies de critiquer les paramètres sous-optimaux.

ShawnJ West dirige.

« Point » : 20h vendredi-samedi 4-5 mars ; 14h00 du dimanche 6 mars au 3 avril. 25 $ à 65 $. New Conservatory Theatre Center, 25, avenue Van Ness, hall inférieur, SF 415-861-8972. www.nctcsf.org

-Lily Janiak

Audrey Tautou dans une scène du film « Amélie » du réalisateur français Jean-Pierre Jeunet. Photo : Bruno Calvo / AP

‘Amélie’ capture l’optimisme qui a imprégné le début du millénaire

En France, si un film obtient 500 000 recettes nationales au box-office, il est considéré comme un hit. « Amélie » cumule 8,5 millions de recettes rien qu’en France. Si un film français gagne plus d’un million de dollars au box-office américain, c’est considéré comme une très bonne nouvelle. « Amélie » a gagné 33 millions de dollars. Alors quand on parle de ce film de 2001, on parle d’un gros tube.

Il s’agit d’un film captivant, du réalisateur Jean-Pierre Jeunet, mettant en scène la performance fantaisiste et intéressante d’Audrey Tautou, dans le rôle d’une étrange jeune femme qui décide d’apporter le bonheur dans la vie de divers inconnus. Le film est un peu long et parfois un peu trop cher pour son propre bien, mais il est totalement original et capture une partie de l’optimisme du début du millénaire actuel.

« Amélie » : 21h15 samedi 5 mars. 8 $ à 13 $. Théâtre Roxie. 3117 16th St., SF (415) 863-1087. www.roxie.com

—Mick LaSalle

Duo de pianistes Maki Namekawa (b.) et Dennis Russell Davies Photo : Avec l’aimable autorisation d’autres esprits

Namekawa et Davies transforment « Firebird » de Stravinsky en duo pour piano

Stravinsky était l’un des compositeurs du grand orchestre, un virtuose pratiquant qui a appris les ficelles du métier auprès de son professeur Nikolai Rimsky-Korsakov. Mais bon nombre de ses idées musicales – en particulier ses techniques rythmiques féroces et ses harmonies nuancées – peuvent produire des effets extraordinaires sur un clavier de piano.

Le duo de pianistes Maki Namekawa et Dennis Russell Davies avaient pratiqué la transplantation de musique orchestrale de Stravinsky et d’autres, et ils sont venus à Berkeley avec un arrangement de « The Firebird ». Également au programme, de la musique de Kurt Schwertsik, Laurie Anderson, Philip Glass et bien d’autres, accompagnée de projections interactives en temps réel de Cori O’Lan.

Autres réflexions : Maki Namekawa et Dennis Russell Davies. 19h00 samedi 5 mars. 40 $. Hertz Hall, UC Berkeley. 415-934-8134. www.otherminds.org

— Joshua Kosman

Myles Brown (à gauche), Devin Cunningham, Chanel Tilghman, Angel Adedokun et Albert Hodge dans « Passing Strange » de Shotgun Players. Photo: Robbie Sweeny / joueur de fusil de chasse

La comédie musicale « Passing Strange » développée à Berkeley revient, cette fois pour Shotgun Players

Pour ceux qui considèrent le théâtre musical comme un monolithe explosif et sentimental, l’un des meilleurs contre-exemples de longue date est un chef-d’œuvre local : « Passing Strange », qui a été créé au Berkeley Repertory Theatre avant de remporter le Tony Award du meilleur livre.

Maintenant, le spectacle est de retour à Berkeley, mais dans un théâtre différent – ​​Shotgun Players – et cette fois, sans mettre en vedette son créateur, le mononyme Stew. Il devrait être intéressant de voir comment la future histoire autobiographique, de la façon dont un jeune homme noir embrasse son identité d’artiste, s’inscrit comme n’importe quelle autre star, dans ce cas Albert Hodge.

Une observation subtilement forgée emballe les paroles: « J’ai été chargé dès le début / De laisser ma douleur f— mon ego et je m’appelle Art bâtard. » La partition basée sur le rock mais englobant le genre de l’émission, alimentée par des progressions d’accords flamboyantes et des rythmes entraînants, passe un test important : vous n’avez pas à vous limiter à votre liste de lecture de nerd de théâtre musical.

« Passing Strange » : 20h samedi 5 mars ; 17h00 du dimanche 6 mars au 10 avril. Gratuit – 40 $. Scène Ashby, 1901, avenue Ashby, Berkeley. 510-841-6500. www.shotgunplayers.org

-Lily Janiak

Ange soprano bleu Photo: Jack Hill / Jack Hill / The Times

La soprano Angel Blue fait ses débuts en récital à Berkeley

Si Angel Blue avait un rôle d’opéra de signature, ce serait Clara dans « Porgy and Bess », un passage dans lequel elle a fait ses superbes débuts à l’Opéra de San Francisco en 2009 et a récemment chanté avec le Metropolitan Opera.

Mais cette soprano américaine douée couvre un large éventail d’opéra et de répertoire de chansons avec une combinaison de tons lumineux et d’immédiateté expressive. Dans son premier récital solo pour Cal Performances, Blue et le pianiste Bryan Wagorn offriront un programme qui comprend des extraits d’opéra de Strauss et Puccini, des chansons de Gershwin et Lee Hoiby et des arrangements spirituels noirs américains.

Blue Angel: 15 h dimanche 6 mars 68 $. Hertz Hall, UC Berkeley. 510-642-9988. www.calperformances.org

— Joshua Kosman

Pour plus de sélections d’agendas et pour parcourir notre calendrier d’événements, cliquez ici.



Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *