L’Association internationale de football a sanctionné la Russie et étudie son hypothétique exclusion de la Coupe du monde 2022 au Qatar

Publié dans:

L’Association internationale de football (FIFA) a imposé des sanctions à la Russie à la suite de son attaque contre l’Ukraine, car la Russie doit jouer ses matchs sous un drapeau neutre et jouer ses matchs à domicile en dehors de ses règles. L’hymne et le drapeau russes seront également bannis des compétitions internationales. Dans les dernières heures, l’élimination de l’équipe nationale russe de la Coupe du monde 2022 qui se tiendra au Qatar a été évoquée, notamment par la Fédération française.

L’International Football Association Board (FIFA) a décidé de sanctionner la Russie après Attaques continues depuis jeudi dernier en UkraineIl doit jouer ses matchs sous un drapeau neutre et jouer ses matchs à domicile en dehors de ses règles.

L’hymne et le drapeau russes seront également interdits de compétition internationale, selon la Fédération internationale, qui se réserve le droit de prendre « des sanctions supplémentaires, y compris une éventuelle exclusion de la compétition », alors qu’il a été évoqué dans les dernières heures que la Russie était exclue de la compétition. concurrence. La Coupe du monde 2022 prévue au Qatarnotamment par la Fédération française.

La Fédération internationale dirigée par le Suisse-Italien Gianni Infantino a déclaré que pour que la Russie puisse participer aux compétitions internationales, en particulier l’addendum de qualification européenne pour la Coupe du monde 2022 prévue fin mars, la Russie doit jouer au nom du pays. « Fédération russe de football ».

Il a ajouté que cette décision, qui était attendue par le monde sportif il y a quelques jours, a été prise « à l’unanimité » par le bureau du Conseil de la FIFA.

« Avec une voix : nous ne jouerons pas contre la Russie »

Cette décision, similaire à celle prise par l’Association européenne de football (« UEFA ») concernant la compétition interclubs, reste en deçà des attentes de certains footballeurs et supporters de l’exclusion de la Russie de la Coupe du monde, un événement mondial dont la dernière édition s’était tenue en 2018. .

La décision éclipse le sort des éliminatoires de la Coupe du monde à la fin du mois prochain, alors que la Pologne, qui affrontera la Russie à 24 actuels en demi-finale de la troisième piste, qui comprend la Suède et la République tchèque, a averti qu’elle refuser de jouer le match.

Les Fédérations de Pologne, de Suède et de République tchèque ont publié des communiqués de presse il y a deux jours, refusant d’affronter la Russie lors des éliminatoires continentales.

La FIFA a expliqué qu' »elle tient compte de cette position et entretient des dialogues avec les fédérations concernées dans le but de trouver une solution appropriée et acceptable ».

L’Association polonaise de football considère que le projet de la Fédération internationale de permettre à la Russie de disputer ses matches internationaux à domicile sur des sites neutres est « complètement inacceptable », soulignant qu’elle n’affrontera pas la Russie lors d’un match de qualification pour la Coupe du monde.

« Cette décision est totalement inacceptable. Nous n’avons aucun intérêt à participer à un match comme celui-ci. L’équipe nationale polonaise ne jouera pas contre la Russie, quel que soit le nom de l’équipe », a écrit sur Twitter le président de l’Association polonaise de football, Cesare Kulesa.

Les demi-finales de la troisième piste devraient se jouer contre la Pologne avec la Russie à Moscou le 24 mars, les vainqueurs rencontrant soit la Suède, soit la République tchèque, qui joueront le même jour.

Pendant ce temps, la Fédération tchèque a annoncé qu’elle ne « changerait » pas sa position concernant son refus d’affronter la Russie, et a déclaré dans un communiqué de presse : « Il n’y aura pas de changement dans la position de l’équipe nationale tchèque… même après la décision de la FIFA d’autoriser La Russie doit jouer au niveau international. , mais en territoire neutre, sans connaissance et sans chant ».

La Suède a également emboîté le pas, et son président, Karl-Eric Nilsson, a déclaré dans une déclaration aux médias : « Nous avons annoncé à l’avance que nous ne souhaitons pas affronter (la Russie) dans ces conditions » de l’invasion russe de l’Ukraine, ajoutant :  » Cela restera en vigueur jusqu’à notification.

Il a ajouté qu’il n’était « pas satisfait » de la décision de la FIFA.

Exception russe « si la situation ne s’améliore pas »

La Fédération internationale, qui a déclaré avoir « entré un dialogue » avec les fédérations polonaise, suédoise et tchèque, a évoqué la possibilité d’exclure la Russie, soulignant qu’elles continueraient à « identifier d’éventuelles sanctions, y compris la possibilité de les exclure du compétition, qui sera mise en place dans un futur proche si la situation se présente. » ne s’améliore pas de sitôt. »

De son côté, le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, a annoncé dimanche qu’il ne s’opposerait pas Élimination de la Russie de la Coupe du monde.

« Le monde du sport, et en particulier du football, ne peut pas rester neutre », a déclaré Le Graet, membre du Conseil de la FIFA, dans une interview au journal sportif L’Equipe : « Je ne m’opposerais certainement pas à l’exclusion de la Russie. »

La FA a annoncé dans la soirée qu’elle boycotterait tous les matchs contre la Russie dans un « futur proche ».

Le gardien de la Pologne et de la Juventus, Wojciech Szczesny, a déclaré samedi à la chaîne « Dazn » : « Toutes les équipes nationales devraient suivre notre exemple jusqu’à ce que nous voyions si la FIFA a le courage de donner à la Russie une place dans la Coupe du monde en raison de son retrait de la compétition. Je ne Je ne pense pas. »

D’autre part, son capitaine, le meilleur buteur du Bayern Munich, Robert Lewandowski, a écrit sur son compte Twitter que « les joueurs et les fans de football russes ne sont pas responsables, mais nous ne pouvons pas prétendre que rien ne s’est passé ».

Les appels au boycott du monde sportif russe, et parfois biélorusse, se sont multipliés ces dernières heures, alors que la bataille pour le contrôle de Kiev se poursuivait dimanche dans un contexte marqué par davantage de pressions occidentales sur Moscou.

La crise russo-ukrainienne a eu de nombreuses répercussions dans le monde du sport professionnel en tous genres, puisque des événements qui devaient se dérouler en Russie ont été annulés, notamment la finale de la Ligue des champions européenne de football, qui a été déplacée de Saint-Pétersbourg. Saint-Pétersbourg à Paris, et le Grand Prix de Formule 1 de Russie, dont l’annulation a été décidée.

Le Comité international olympique a demandé à toutes les fédérations sportives de déplacer ou d’annuler les événements programmés en Russie et en Biélorussie car les deux pays ont violé la trêve olympique.

FRANCE 24/AFP

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.