Quelle est la réputation de la Tunisie aujourd’hui ?! | Arabe de Jérusalem

Tapez Tunisie ou Kais Saied dans n’importe quel champ de recherche et attendez les résultats :
Le président tunisien dissout la Cour suprême, les juges rejettent et menacent l’escalade, les partis tunisiens condamnent le retour de la tyrannie, les manifestations du mouvement « citoyens contre le putsch » Les ambassadeurs du G7 ont exprimé leur inquiétude face à la dissolution du Conseil supérieur de la justice, ainsi que la Secrétaire général des Nations unies et commissaire américain aux Affaires étrangères chargé de la politique étrangère au sein de l’Union européenne, il a déclaré que l’union discutera prochainement de la suspension de l’aide financière au gouvernement tunisien, déclarations successives de condamnation d' »Amnesty International » et « Human Rights Watch » et consorts, n’ont pas été présentés dans les négociations de la Tunisie avec le Fonds monétaire international, le Forum économique mondial met en garde contre les grands risques que menace la Tunisie, entre autres, l’effondrement du pays, la crise des finances publiques, la confusion retards de paiement des salaires, faible demande de consultations électroniques étranges…etc.
C’est l’actualité tunisienne d’aujourd’hui, il n’y a pas un seul titre positif que l’on puisse trouver dans les journaux, les sites de communication, les pages des centres de recherche et d’études, ou les bulletins d’information des radios et télévisions internationales, avec des questions embarrassantes sur l’avenir du pays.
Peut-être que l’image de la Tunisie à l’étranger et le discours à son sujet dans les déclarations internationales et les médias n’ont jamais été aussi larges et mauvais, mais les autorités tunisiennes sont soit inconscientes du danger, soit indifférentes à son sujet, et les deux sont plus dangereux que le second. Ce que nous avons vu jusqu’à présent, c’est que Saïd s’est une fois moqué de la cote de crédit de son pays, et une fois que les inquiétudes exprimées par les ambassadeurs des sept principaux pays concernant la dissolution du Conseil supérieur de la magistrature, ont noté à chaque fois que la Tunisie était libre et souveraine jusqu’à ce qu’il se rapproche à ce discours enthousiaste avec des dirigeants arabes et étrangers qui entrent dans des conflits avec de grandes puissances qui conduisent à des hostilités ou à des guerres, bien que lui-même n’hésite pas plus d’une fois à discuter des problèmes internes de son pays avec des dirigeants et des ambassadeurs étrangers.
Ce qui ajoute à l’absurdité de ce qui se passe, c’est que la Tunisie n’est pas un pays riche qui peut faire passer les autres d’abord, à supposer que les pays riches le partagent, mais un pays stable depuis son indépendance en 1956, à condition qu’il entretienne de bonnes relations avec tout le monde.

Un pays gouverné par l’humeur extrêmement arbitraire d’un homme, qui a récemment déclaré qu’il « connait et comprend les équilibres internationaux », mais personne ne l’a jamais démontré, surtout quand on le voit chaque jour en train de changer la Tunisie, avec son étrange politique et la négativité de la plupart des Tunisiens à son égard, est devenu un « État frère du dirigeant ».

Son premier président, Habib Bourguiba, en était bien conscient : malgré ses relations privilégiées avec la France et l’Occident en général, il n’était pas hostile à l’Orient, et ses relations arabes restaient équilibrées et sa main tendue vers tout le monde. , sauf pour des crises ponctuelles qui ne sortent des canaux diplomatiques que Rarement, et Zine El Abidine Ben Ali non plus, jusqu’à ce que l’esquisse devienne la politique de l’Etat tunisien, quel qu’en soit le président.
La Tunisie est un petit pays sans grande richesse. Il dépend principalement de la richesse humaine, du tourisme, du secteur agricole, des phosphates et d’un peu de pétrole. C’est pourquoi, tout au long de son histoire, elle s’est appuyée sur les meilleures relations économiques et commerciales avec l’Est et l’Ouest. Même lorsque les relations de Bourguiba ou de Ben Ali avec l’un ou l’autre se dégradent, elles restent généralement sous la forme de campagnes médiatiques dans lesquelles les hauts responsables de l’État ne sont pas impliqués, et encore moins le chef de l’État, malgré le fait que l’État n’est pas dans le bonne position. des temps fragiles comme maintenant en termes de fragilité économique, de blocages politiques et de confusion sociale.
Quel est le sens le plus élevé de la responsabilité nationale pour un chef d’État qui est responsable de l’abandon de certains différends alors qu’il a désespérément besoin de bonnes relations avec les États-Unis, qui ont le dernier mot au sein du Fonds monétaire international et d’autres institutions financières internationales ? ! Et ont désespérément besoin de meilleures relations avec l’Union européenne et tous ses pays, dont la France, premier investisseur étranger du pays ?! Et désespérément besoin d’un pays comme la Turquie, avec lequel de nombreux anciens opposants reviennent pour tisser des ponts avec elle, et élire son président avec les plus grands éloges ?! Ou le Qatar, premier investisseur arabe du pays ?! Surtout quand les gens qui pensaient le soutenir ne sont pas venus le soutenir dans le coup d’État contre la constitution et les institutions et la dissolution complète de la scène politique et judiciaire du pays. La Tunisie a besoin de tout le monde et a toujours été consciente qu’il n’y a aucun intérêt à s’allier à qui que ce soit ou à être hostile à qui que ce soit.
La réputation de la Tunisie à l’étranger n’a jamais été aussi sombre qu’elle ne l’est aujourd’hui, ni dans un isolement international, avec de nombreuses questions soulevées par les écrivains et les analystes sur l’avenir du pays s’il reste sur cette voie.
La réputation de la Tunisie est une capitale réelle et inestimable. Il est triste que sa réputation arabe et internationale soit passée d’un État inspirant dans la transformation démocratique et la construction institutionnelle, malgré toutes les imperfections et les pièges, à un État gouverné par un état d’esprit très arbitraire. homme, qui a récemment déclaré qu’il « connaît et comprend l’équilibre international » mais rien. Cela est toujours attesté, surtout quand on le voit quotidiennement en train de faire de la Tunisie, avec ses politiques étranges et la négativité de la plupart des Tunisiens à son égard, un « frère du dirigeant du pays », comme l’a décrit l’ancien président Moncef Marzouki. .

écrivain et journaliste tunisien

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.