Nouveaux arrivants : Rencontrez 6 étudiants internationaux qui étudieront à London, Ontario.

De nombreux étudiants internationaux font face à des défis uniques lorsqu’ils arrivent au Canada pour la première fois, notamment des barrières linguistiques et des différences culturelles.

Originaires d’environ 130 pays différents, plus de 1 000 étudiants sont arrivés la semaine dernière à London, en Ontario, pour étudier à l’Université Western. Ils viennent d’endroits comme les Pays-Bas et l’Allemagne, l’Iran et le Sénégal et commencent tout juste à s’adapter au prochain chapitre de leur vie.

CBC News London a rencontré un certain nombre de nouveaux arrivants pour en savoir plus sur leurs premiers jours au Canada.

Léa Noguerol est venue de France à Londres pour étudier le génie logiciel à Western (Alessio Donnini/Nouvelles de CBC)

Jusqu’à la semaine dernière, Léa Noguerol vivre en France. Maintenant, il se retrouve dans un pays qu’il décrit comme très différent de d’habitude.

« Je pense que ce qui est différent en France, c’est qu’elle est très étendue ici. Ce n’est pas aussi peuplé que la France, et tous ceux à qui j’ai parlé sont très gentils », a-t-il déclaré. « Londres est une ville très multiculturelle et j’en suis très heureux. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’était pas intéressé à aller dans la partie la plus connue du Canada, le Québec, Noguerol a répondu que l’expérience visait à élargir ses horizons.

« En fait, je voulais pratiquer mon anglais, et j’étais au Québec l’année dernière et je voulais voir quelque chose de différent. »

Son voyage au Canada n’a pas été sans défis; cependant, l’hospitalité canadienne peut alléger la charge.

« Ils ont perdu ma valise. Je ne l’ai trouvée qu’hier, heureusement, donc je suppose que c’était le premier défi auquel j’ai dû faire face », a déclaré Noguerol. « J’ai eu de la chance car tous ceux à qui j’ai parlé étaient très gentils et ont essayé de m’aider du mieux qu’ils pouvaient. »

Nima Hajiseyedjavadi (à gauche) et Mohammad Zeraati (à droite) sont tous deux des nouveaux arrivants d’Iran. (Alessio Donnini/Nouvelles de CBC)

Mohammad Zéraati et Nima Hajiseyedjavadi tous deux sont de nouveaux arrivants d’Iran, qui sont à différentes étapes de leur carrière universitaire. Zeraati prépare un doctorat en génie civil, tandis que Hajiseyedjavadi poursuit sa maîtrise en génie civil.

Hajiseyedjavadi a déclaré qu’il espère rester au Canada aussi longtemps qu’il se souvienne.

« Le Canada est l’une des sociétés les plus multiculturelles que je connaisse. En fait, depuis que je suis ici, j’ai trouvé partout et tout le monde dans le quartier est très sympathique. J’aime vraiment être un Mustang », a-t-il déclaré.

Bien que ces deux amis partagent la même idée de ce qu’il faut étudier, ils ont des idées différentes en ce qui concerne ce qu’ils trouvent difficile de déménager au Canada.

Zeraati a déclaré que l’obstacle le plus difficile est celui auquel de nombreux immigrants sont confrontés.

« Je suis un immigrant. L’immigration a de nombreux défis et nous ne pouvons pas échapper à ces défis. Vous devez les affronter », a-t-il commencé. « Je pense que le défi le plus important auquel chaque immigrant est confronté est d’être loin de sa famille. C’est très difficile. Cependant, ici à Londres, je trouve les gens très sympathiques et cela me permet de m’adapter plus facilement. »

Pendant ce temps, les préoccupations de Hajiseyedjavadi étaient plus directes et matérielles.

“Eh bien en fait parce que j’ai une voiture dans mon propre pays et en tant qu’étudiant international je n’ai pas de voiture, si je veux aller quelque part je dois prendre un bus. Alors attendez quelques minutes pour le bus. est quelque chose avec lequel je me sens mal à l’aise. Je pense que je dois travailler aussi vite que possible pour gagner de l’argent et avoir une voiture. »

Garima Gha a étudié à Western pour son doctorat après avoir enseigné pendant des années en Chine et à Taiwan. (Alessio Donnini/Nouvelles de CBC)

Le Canada abrite la plus grande diaspora indienne au monde. L’un des nouveaux membres est Garima Gha.

Gha a traversé la moitié du monde pour arriver à Londres la semaine dernière. Il enseigne en Chine et à Taïwan, et est venu en Occident pour son doctorat. Il a dit qu’il était étonné par ce qu’il avait vu depuis son arrivée.

« L’atmosphère, le temps, les gens. Tout est fantastique et totalement nouveau pour moi. »

Ce qu’il n’attendait pas avec impatience, cependant, c’était le temps hivernal.

« J’attends l’hiver. J’entends beaucoup de mauvaises histoires sur l’hiver et la glace. Je vérifierai dès qu’il commencera à neiger », a-t-il déclaré.

Le stage de Cédric Amiel dans une firme de recherche a fait naître son intérêt pour la robotique, qui l’a mené vers l’Ouest. (Alessio Donnini/Nouvelles de CBC)

Cédric Amiel est un autre nouveau venu de France. Il a étudié le génie mécanique avec une spécialisation en automatisation.

La principale préoccupation d’Amiel est de maîtriser l’anglais et de rencontrer plus de Canadiens.

« J’espère beaucoup pratiquer l’anglais parce que c’est un peu difficile pour moi. Je parle anglais tous les jours depuis un mois maintenant. Je veux aussi rencontrer des Canadiens, car il y a un stéréotype selon lequel les Canadiens sont très gentils », a-t-il déclaré.

Lorsqu’il s’agit de se fondre dans la culture canadienne, il croit que cela pourrait demander un peu de travail.

« J’ai l’impression que les gens sont beaucoup plus libéraux ici. Ils acceptent les différences beaucoup plus facilement qu’en France, donc je suis peut-être trop rigide, et je dois m’adapter ici. »

Hassan Haji Hasan est venu de Jordanie pour étudier la gestion et l’organisation. (Alessio Donnini/Nouvelles de CBC)

Hasan Haji Hasan est venu à Londres de Jordanie. Il a étudié la gestion à Western et a choisi Jungle City pour une bonne raison.

« Je m’intéressais aux affaires et aux affaires au Canada, principalement parce que Toronto est l’un des plus grands quartiers financiers d’Amérique du Nord. C’est donc mon objectif ultime. Cela aide parce que Toronto est si proche. »

Il a déclaré à CBC News qu’il était rafraîchi par le changement de décor et la diversité à Londres.

« C’est un pays très amical et tout le monde est prêt à aider tout le monde. La plus grande différence avec la Jordanie que je vois ici est l’acceptation et les gens sont ouverts ici. Ce n’est pas une société restreinte », a déclaré Hasan. « Les gens sont plus ouverts d’esprit et plus compréhensifs. C’est un environnement amusant. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.