Macron et les droits des femmes françaises | Younès Elsayed

Younès Elsayed

Après environ trois mois, le premier tour des élections françaises a commencé, qui semblait différent de ses prédécesseurs; Alors qu’Emmanuel Macron semble prêt à remporter un second mandat sauf surprise imprévue, cela reste lourd de risques, l’extrême droite progressant et ses batailles avec les femmes de droite et d’extrême droite reculant.

Macron, qui n’a jusqu’à présent annoncé officiellement sa candidature mais est entré au cœur de la bataille électorale, ambitionne d’investir début janvier son poste de président de l’UE, consacrant son leadership à l’Europe et à la France. l’intérieur, s’est retrouvé dans une confrontation houleuse et peut-être peu familière avec le renouveau des droits en général Environ 70% des voix sont allées à l’extrême droite, selon les sondages.

C’est un problème relativement nouveau; La droite modérée s’est souvent forcée lors de la plupart des élections précédentes, à l’exception peut-être de la dernière élection, où les choses ont mal tourné et Macron a obtenu une majorité relative, mais il a remporté des votes d’une direction différente.

Autre nouveauté cette fois-ci, Macron se retrouve face à des femmes d’extrême droite et d’extrême droite ; Malgré Marine Le Pen, leader du Front national d’extrême droite, en se qualifiant pour le second tour de l’élection de 2017, qui devrait se répéter lors de l’élection de 2022, elle ne sera pas seule cette fois-ci, avec la montée de la droite La candidate républicaine, Valerie Pecres, participe au concours. Il enflamme en fait le contexte électoral.

Selon les derniers sondages, Macron a recueilli 26 % des voix, tandis que Pépres a obtenu 17 %, un point devant Le Pen, tandis que le nationaliste de droite Eric Zemmour est tombé à 13 %, tandis que la richesse du chef du « Parti français « Monté sur le front de gauche. », Jean-Luc Mélenchon à 11 %, devant l’écologiste Yannick Gadot (5 %) et la socialiste Anne Hidalgo (3 %).

Le sondage montre que la rivalité entre Macron, Pecres et Le Pen risque d’être limitée, sans abandonner l’hypothèse d’un affrontement entre Macron et Zemore. La raison du changement d’humeur électorale actuelle, selon les analystes, est que pour la première fois depuis 1945, l’extrême droite constitue une majorité au sein de la droite, mais cette scène pourrait poser des difficultés majeures face à Pekris, qui doit être convaincant en tant que tel. un grand pourcentage dans le droit de voter pour elle. Du coup, Pekris, qui a fait un bond dans les enquêtes d’opinion en passant de 10% à 17%, a dû se concentrer sur sa large base populaire et le convaincre de son programme électoral, incluant les enjeux politiques et les réformes, et se différencier des extrême droite sur les questions de sécurité et d’immigration.

Ce qui est remarquable, c’est que Macron est entré au centre de la bataille électorale pour une question de crise sanitaire, faisant sensation en tenant ses propos sur « perturber la vie des non-vaccinés », mais ce qui est encore pire pour Macron, c’est que les manifestations des « gilets jaunes » vont redescendre dans la rue, où la concurrence sera plus complexe.

[email protected]

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.