Le conseil militaire au pouvoir a décidé d’expulser l’ambassadeur de France du pays

Publié dans:

Lundi, la junte militaire malienne a décidé d’expulser l’ambassadeur de France, a annoncé la télévision d’Etat à Bamako. Il a eu 72 heures pour quitter le pays, au milieu des tensions croissantes entre le Mali et ses partenaires internationaux, après que le conseil militaire n’a pas organisé d’élections après deux coups d’État militaires.

La télévision officielle annoncée la finance Lundi, le conseil militaire au pouvoir de la nation africaine a décidé d’expulser l’ambassadeur de France dans un nouveau mouvement d’escalade entre Bamako et ses partenaires internationaux, dirigé par Paris.

La télévision officielle a lu un communiqué, qui disait : « Le gouvernement de la République du Mali informe l’opinion publique locale et internationale que (…) Son Excellence l’ambassadeur de France à Bamako, Joël Meyer, a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères et internationales Coopération (et) qu’il a été informé de la décision du gouvernement de l’inviter à quitter le territoire national pendant 72 heures.

Les autorités financières ont confirmé cette décision par des déclarations « hostiles » faites récemment par des responsables français.

Le rappel est une nouvelle escalade des tensions entre le Mali et la France, une ancienne puissance coloniale, qui intervient militairement au Mali et au Sahel depuis 2013. Les relations se sont détériorées régulièrement depuis que les militaires ont pris le pouvoir en août 2020 dans le pays déjà embourbé. dans une profonde crise sécuritaire et politique depuis 2012. .

Les tensions ont augmenté entre le Mali et ses partenaires internationaux en général après que la junte n’a pas organisé d’élections à la suite de deux coups d’État militaires.

La ministre française des Armées, Florence Parly, a déclaré à la radio (France Inter) que son pays ne pouvait pas rester au Mali à tout prix. Pendant ce temps, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que la France continuerait à combattre les militants islamiques dans la région du Sahel.

Le Drian a souligné que la situation au Mali était devenue « insupportable » après le coup d’État de mai 2021. Il a ajouté que la confrontation au Mali avec le conseil militaire « hors de contrôle » ne pouvait pas continuer, ajoutant que Paris était en discussion avec ses partenaires sur comment changer ses opérations pour continuer à y affronter les militants islamistes.

Il y a quelques mois, Paris a commencé à réorganiser ses forces militaires au Mali, abandonnant trois de ses bases dans le nord du pays, et réduisant son armée, qui comptait cinq mille hommes au Sahel l’été dernier, avec l’objectif affiché de retenir entre 2 500 et 3 000 personnes par an 2023.

En revanche, des renforts européens sont arrivés dans les Forces spéciales Takoba, formées à l’initiative de Paris pour partager la charge de la lutte contre les jihadistes au Mali et recentrer les efforts sur le soutien de l’armée malienne dans les combats.

FRANCE 24/AFP

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.