La France se prépare aux manifestations du 1er mai, lors du premier test pour Macron. nouvellement réélu

PARIS, 30 avril (Reuters) – Comme certains à gauche, Isabelle-Touria Boumhi, aide-soignante de 60 ans, a déclaré que soutenir Emmanuel Macron ou Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle française de dimanche dernier choisirait « entre la peste et le choléra ».

Il n’a pas choisi. Au lieu de cela, il se prépare à participer aux manifestations du 1er mai dimanche.

Et, dans ce qui pourrait prédire ce à quoi pourrait s’attendre Macron nouvellement réélu alors qu’il poursuivrait des réformes favorables aux entreprises, y compris des plans pour repousser l’âge de la retraite, Boumhi a déclaré qu’il descendrait dans la rue aussi souvent que nécessaire pour les bloquer.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« C’est la seule voie qui reste pour gagner quelque chose », a déclaré la mère célibataire, qui, avec un salaire brut d’un peu moins de 2 000 euros (2 107 $), doit l’habiter et la nourrir, ainsi que sa fille de 22 ans, qui est une enfant. Les étudiants doivent compter chaque centime.

« J’avais l’habitude de m’autoriser quelque chose en plus de temps en temps, mais maintenant, après avoir payé mes factures de services publics, mon loyer… je vais avoir du mal à partir en vacances. »

Le coût de la vie est un thème clé de la campagne électorale présidentielle et devrait être tout aussi important avant les élections législatives de juin que le parti de Macron et ses alliés doivent gagner s’il veut pouvoir mettre en œuvre sa politique.

Son gouvernement fixe actuellement des plafonds de prix pour la hausse des prix du gaz et de l’électricité et il a promis de nouvelles mesures, notamment l’augmentation des retraites, pour tenter de protéger le pouvoir d’achat des consommateurs dans un contexte de forte hausse des prix.

Mais l’inflation a atteint un nouveau sommet de 5,4% en avril, tandis que la croissance a stagné au premier trimestre, fournissant du fourrage aux opposants et aux manifestations de rue.

Boumhi a commencé l’année dernière à recevoir une prime mensuelle de 228 euros en plus de son salaire, dans le cadre des mesures gouvernementales visant à améliorer le sort des agents de santé, mais il a déclaré que cela n’avait pas apaisé sa colère ni suffi à lui permettre de vivre une vie plus confortable. la vie.

Il fera la queue dimanche pour une augmentation et poussera Macron à abandonner son projet de faire passer l’âge de la retraite de 62 à 65 ans. « Si nous n’obtenons rien, les choses peuvent s’améliorer », a-t-il déclaré. « Il y a beaucoup de colère qui monte. »

Philippe Martinez, chef du syndicat dur CGT, sera également à la manifestation du 1er mai dimanche.

Et il a des messages pour le gouvernement.

« Le gouvernement doit résoudre le problème du pouvoir d’achat en augmentant les salaires », a déclaré Martinez à Reuters dans une interview. Lire la suite

Macron « ne peut pas répéter ce qu’il a fait en 2017, lorsqu’il supposait que tous ceux qui votaient pour lui étaient d’accord avec son programme », a déclaré Martinez, soulignant que beaucoup ont soutenu Macron deux fois non pas parce qu’ils étaient d’accord avec sa plateforme mais pour bloquer l’extrême droite. . Les candidats de Marine Le Pen parmi les présélectionnés.

La CGT demandera aux travailleurs de continuer à faire pression sur Macron dans les rues et avec des grèves après les manifestations du 1er mai également, a-t-il déclaré, soulignant que « s’il n’y a pas de pression sur le président, il supposera qu’il a le champ libre pour continuer à lutter contre réformes sociales ».

Et même le plus modéré Laurent Berger, du syndicat CFDT, a exhorté Macron dans une tribune au Monde à écouter les revendications des travailleurs ou à faire face à de violentes manifestations de rue.

(1 $ = 0,9492 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Caroline Pailliez; Écrit par Ingrid Melander; Edité par Diane Craft

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.