France : Inquiétudes sur la santé des bélugas aperçus sur la Seine | Nouvelles | DW

Les autorités françaises s’inquiètent de la santé du béluga, qui s’éloigne de son habitat naturel dans les eaux froides de l’Arctique et nage plutôt dans la Seine.

Le béluga se trouve actuellement dans les eaux entre le barrage de Poses et Saint-Pierre-la-Garenne, à 70 kilomètres (44 miles) au nord-ouest de Paris. Jeudi, les autorités ont déclaré que la baleine bougeait à peine.

Il a été repéré pour la première fois en début de semaine et vient après un épaulard ou une orque repéré sur la Seine il y a deux mois. Il est mort peu de temps après.

Comment est l’état de la baleine?

Les services français de sauvetage maritime, les pompiers et les responsables de la biodiversité ont été déployés pour surveiller la baleine tout au long de la journée afin de surveiller sa santé et sa forme physique, a indiqué la préfecture locale, ajoutant que la baleine semblait éprouver « des changements cutanés et un poids insuffisant ».

Des drones sont utilisés pour surveiller le mouvement des bélugas qui ont trouvé leur chemin vers la Seine

Le directeur adjoint du Groupe français de recherche sur les mammifères marins, Gérard Mauger, a déclaré que le béluga avait passé « très peu de temps en surface » et que sa capacité pulmonaire semblait être en « bon » état. Mauger a déclaré que les équipes de secours avaient eu du mal à amener la baleine à l’embouchure de la rivière.

Bien que les autorités n’aient pas précisé la taille d’un béluga sur la Seine, un béluga adulte peut atteindre jusqu’à 4 mètres (13 pieds) de longueur. Habituellement, ils nagent dans les eaux arctiques, mais nagent vers le sud en automne et peuvent survivre en eau douce moins longtemps.

Que fait-on pour aider le pape ?

Lamya Essemlali, responsable de la conservation marine à la branche française de l’association de protection animale Sea Shepherd, a déclaré que son équipe était prête à arriver par drone pour aider les sauveteurs à suivre les mouvements du béluga.

Essemlali a déclaré à l’AFP: « L’environnement n’est pas très favorable au béluga, la Seine est très polluée et les cétacés sont très sensibles au bruit ». La Seine est « très bruyante », a-t-il ajouté.

En mai de cette année, un orque est mort sur la Seine entre Le Havre et Rouen en pleine tentative de sauvetage.

Malgré des efforts pour l’aider à sortir de la Seine, il n’a jamais retrouvé le chemin de la mer.

ar/msh (AFP, Reuters)

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.