France : Fermeture des mosquées et des associations promouvant « l’islam radical » | Nouvelles arabes DW | Dernières nouvelles et perspectives du monde entier | DW

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé que le gouvernement avait pris des mesures pour fermer six mosquées et dissoudre un certain nombre d’associations, car elles faisaient la promotion de « l’islam extrémiste ».

Darmanan a déclaré dans un entretien au quotidien « Le Figaro » mardi (28 septembre 2021) qu’un tiers des 89 lieux de culte « soupçonnés d’extrémistes et inscrits au registre des services de renseignement » sont surveillés depuis novembre 2020. Il a ajouté que le gouvernement « renonce à des procédures pour en fermer six. », notant que ces lieux de culte sont répartis sur cinq provinces françaises.

Le ministre français a souligné que les services de sécurité, dans le cadre de leur lutte contre le « séparatisme » islamiste, ont procédé à quelque « 24.000 perquisitions (…) et 650 fermetures de lieux fréquentés par des extrémistes » depuis 2017.

Il a ajouté qu’il demanderait la dissolution des éditeurs islamiques « Nawa » et « Black Africa Defence League ». Il a expliqué que « Nawa », basée à Arij (sud), « incite à l’extermination des juifs et aux fatwas par lapidation des homosexuels ».

Quant à la Ligue de défense de l’Afrique noire, qui s’est déclarée lors d’une manifestation contre les violences policières organisée en juin 2020 devant l’ambassade des États-Unis à Paris, le secrétaire à l’Intérieur a déclaré qu’il demanderait sa dissolution pour « soutien à la haine et à la discrimination raciale ».

Il a ajouté: « L’année prochaine, il y aura 10 autres associations soumises à des procédures de dissolution, dont quatre associations à partir du mois prochain. »

Le 24 septembre, le Conseil d’État français a approuvé la décision du gouvernement de dissoudre la « Marche anti-islamophobie en France » et la « Ville de Baraka ».

Le gouvernement a décidé de dissoudre ces deux associations d’ici fin 2020, suite au meurtre de l’enseignant, Samuel Baty, par décapitation d’un jeune islamiste.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré avoir demandé aux gouverneurs d’empêcher « toute modification du permis de séjour d’un prêtre prêté » par un pays étranger.

Dans l’interview, Darmanan a souligné que le « contrat d’engagement républicain » prévu par la loi anti-séparatiste, qui oblige les associations à accepter les subventions gouvernementales dans la mesure du respect des valeurs républicaines, entrera en vigueur « en janvier 2022 ».

SM/CA (AFP)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.