Pourquoi Trump s’intéresse à la campagne présidentielle française

Pour Eric Zemmour, les comparaisons avec Donald Trump sont inévitables. Zemmour est une figure bien connue en France, connue pour avoir colporté des messages nationalistes de droite à la télévision, et lorsqu’il lancé campagne nationale, il fut bientôt étiqueté par les observateurs internationaux comme « Trump France ».

Le titre n’a guère de sens. Zemmour critique les musulmans, dénonce les journalistes et les immigrés, et regrette le passé où il croyait que son pays était plus grand. Pour les Américains, tout cela semble un peu familier.

Mais cette semaine, la connexion est devenue beaucoup plus directe. politique signalé que l’ancien président américain a eu une réunion téléphonique de 40 minutes avec Zemmour, au cours de laquelle Trump a offert à ses alliés des conseils similaires sur l’élection présidentielle.

« Donald Trump a dit à Eric Zemmour ‘n’abandonnez jamais, persévérez, soyez courageux, la ténacité et l’endurance sont ce qui finit par payer à la fin de la campagne' », a déclaré le porte-parole de Zemmour, Guillaume Peltier, à France 2. Trump aurait également mis en garde Zemmour contre son influence de médias grand public. . « Les médias penseront que vous êtes brutal, n’abandonnez pas », a-t-il déclaré à BFMTV, Peltier.

Pour l’instant, laissons de côté à quel point il est étrange de voir Trump offrir des conseils sur la façon de réussir en tant que candidat national, étant donné qu’il a perdu le vote populaire deux fois en deux essais.

Considérons plutôt l’intérêt apparent de Trump à influencer la politique internationale.

Avant de quitter la Maison Blanche, par exemple, Trump a soutenu le président polonais Andrzej Duda – quatre jours avant le jour des élections en Pologne – malgré les restrictions que Duda avait imposées au système judiciaire, aux médias et à la société civile de son pays. Les républicains en particulier ont applaudi les « efforts vigilants de Duda pour faire respecter l’état de droit », alors même que la Pologne fait face à une forte opposition de la part de la Commission européenne face à l’opinion des responsables selon laquelle Duda recule dans le respect de l’état de droit.

L’automne dernier, Trump aussi prise en charge Le président brésilien Jair Bolsonaro, malgré les efforts autoritaires du dirigeant étranger.

Le mois dernier, le Parti républicain a annoncé son soutien officiel au Premier ministre hongrois Viktor Orban, malgré – ou peut-être à cause de – les mesures prises par Orban ces dernières années pour affaiblir les institutions démocratiques de son pays.

Comme nous en avons discuté à l’époque, il n’est pas rare de voir d’anciens présidents américains exprimer publiquement leur soutien à des alliés étrangers. Barak Obama, par exemple, soigneusement soutenu Emmanuel Macron de France en 2017. Deux ans plus tard, les démocrates ont exprimé soutien similaire pour Justin Trudeau du Canada.

Mais il n’y a jamais eu de doute sur le fait que Macron et Trudeau soutiennent la démocratie. Chacune des mentions internationales de Trump raconte une histoire différente.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.