Controverse française au Canada

MONTRÉAL : Les francophones sont victimes de discrimination au Canada, malgré son statut de langue officielle avec l’anglais ?

Une série de nominations et de déclarations récentes à la direction ont ravivé la controverse sur la place du français au Canada, provoquant une réponse du premier ministre Justin Trudeau.

Coup de grâce : plus aucun administrateur du conseil d’administration de la société CN basée à Montréal, la plus grande compagnie ferroviaire du Canada, ne parle français.

La question de savoir si les chefs d’entreprise canadiens devraient être bilingues a suscité beaucoup d’attention l’automne dernier après que le président d’Air Canada, Michael Rousseau, a déclaré qu’il n’avait pas le temps d’étudier le français. Il a dû s’excuser publiquement pour ces propos quelques jours plus tard.

En vertu de la loi canadienne, les entreprises d’État, comme le CN et Air Canada, ainsi que les aéroports et les ministères fédéraux, sont tenus de fournir des services en français et en anglais aux clients.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré la semaine dernière qu’il était frustré par la situation avec le CN. « Les Canadiens francophones de partout au pays devraient se voir reflétés dans nos principales institutions nationales », a déclaré le premier ministre bilingue, qui a également appelé les ministres du gouvernement chargés de veiller à ce que le CN travaille rapidement pour remédier à la situation.

La récente controverse rappelle la position précaire du français dans les mers de l’Amérique du Nord anglophone, ainsi que la bataille précédente pour protéger son statut de langue officielle, inscrite dans la constitution canadienne depuis 1982.

Mais selon certains défenseurs de la langue française au Canada, où une population totale de 37 millions de personnes comprend huit millions de francophones, le gouvernement n’a pas répondu aux attentes.

Moins de 20 % des Canadiens sont bilingues

«Il y a clairement de l’hypocrisie de la part de Trudeau», a déclaré Stéphane Beaulac, professeur de droit et codirecteur de l’Observatoire national des droits linguistiques de l’Université de Montréal.

Il a souligné que si le premier ministre était distrait par la saga du CN, il avait choisi l’année dernière de nommer un non-francophone au poste de gouverneur général du Canada, qui est le représentant officiel de la reine Elizabeth II dans le pays.

Mary Simon, originaire de la région du Nunavik dans le nord du Québec, a été la première autochtone canadienne à devenir gouverneure générale, mais ne parle que l’anglais et l’inuit à l’inuktitut.

La semaine dernière, le commissaire aux langues officielles du Canada a également réprimandé le cabinet du premier ministre pour le fait que tous les flux vidéo de sa page Facebook officielle n’étaient pas sous-titrés ou doublés en français.

Selon un récent sondage, plus de 90 % des Canadiens appuient fortement le bilinguisme, qu’ils considèrent comme faisant partie de la culture canadienne, mais moins de 20 % parlent couramment les deux langues.

« Tout le monde devrait pouvoir être servi dans la langue de son choix, car peu de Canadiens sont vraiment bilingues », a déclaré Stéphanie Chouinard, professeure de science politique au Collège militaire royal du Canada.

Cependant, a-t-il ajouté, les Canadiens « attendent la modernisation de la Loi sur les langues officielles depuis 2019 ».

Beaulac, professeur de droit, note que « pendant longtemps, défendre la langue française a signifié que vous étiez marqué comme pro-séparatiste ».

« Les choses ont changé aujourd’hui, donc les gens sont plus audacieux pour défier la domination de la langue anglaise. »

Faisant référence à la récente désignation du CN, le professeur de droit en linguistique Frédéric Bérard a expliqué que « les gens sont en colère, choqués, et cette colère est justifiée ».

«Cependant, de nos jours, des situations comme celle-ci sont relativement rares», surtout au Québec, a ajouté Bérard, qui dirige la consultation nationale du Canada sur la réforme des langues officielles.

Mais la situation est beaucoup plus complexe pour les Français qui ne vivent pas au Québec, a-t-il ajouté, même s’il y a eu des progrès ces dernières années. — AFP

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.