KyekyeKu, le son du Ghana

Kyekyeku est mon coup de cœur du MASA. A mon habitude, je fais une petite recherche sur internet sur les artistes qui seront présents et je ne vous cache pas que j’ai tout de suite accroché à son style musical qui réinvente la musique traditionnelle. Je n’ai malheureusement pas pu assister à ses performances lors du MASA mais j’ai pu le rencontrer quelques instants. Retour sur cette rencontre.

IMG_7702
Crédit Photo : Originvl

Kyekyeku, le son du Ghana

Kyekyeku est un artiste ghanéen qui appartient à cette nouvelle génération de musiciens qui ré-introduisent la musique traditionnelle africaine pour la faire renaitre. En effet, il s’est beaucoup laissé influencer par l’Afropop, l’Afrofusion et bien d’autres styles musicaux aussi bien populaire que plus classique, traditionnel et urbain comme la Pop, l’AfroBeat et la Dancehall qui concerne plus la jeune génération ghanéenne.

On pourrait donc qualifier son style de fusion entre l’ancienne forme et le nouveau style de musique que l’on trouve au Ghana. La diversité de sa musique reflète en quelque sorte les divers aspects de la société dans laquelle il évolue. En effet, sa musique est une fusion de style mais aussi de génération, elle est transgénérationnelle c’est-à-dire qu’elle touche toutes les générations en partant des adolescents aux personnes du troisième âge.

Il est arrivé à la musique depuis son enfance. Il explique qu’il a toujours pensé qu’il avait de la musique en lui et son parcours vers la musique s’est donc fait tout naturellement avec des influences familiales. En effet, son père était musicien et amateur de musique. C’est ce dernier qui lui a appris à jouer au piano. Ce n’est donc pas étonnant qu’il joue différents instruments, à savoir : le piano, la basse, la contrebasse, la percussion et la guitare, son instrument principal.

1471253_556010147820661_1827643954_n
Source : Compte Facebook officiel de Kyekyeku

En parlant de guitare, je voudrais faire un aparté sur sa guitare. En effet, vous avez pu remarqué que sa guitare porte l’Adinkra «GYE NYAME» qui est un symbole ouest africain traduisant la sagesse traditionnelle africaine. Ce symbole signifie « Except for God » soit « Sauf pour Dieu » dans le sens où Dieu est la plus puissance la plus forte qui existe sur terre.

Pour Kyekyeku ce symbole a deux sens :

  • Un signe d’identification et de rappel à ses origines ghanéennes: en effet, vous ne ferez pas un pas au Ghana sans voir cet adinkra. Il est le plus célèbre et le plus populaire ;
  • Un signe d’appartenance à une grande famille universelle: pour Kyekyeku, cet adinkra a un sens plus grand que celui de la religion. Pour lui, il traduit l’appartenance à un réseau, une grande famille humaine.

La musique de Kyekyeku m’a beaucoup plu car elle me rappelait particulièrement le style musical du Roi de l’Afrobeat, le Nigérian Fela Kuti. Kyekyeku a indiqué qu’il a effectivement été inspiré par Fela Kuti même si ce fut un peu tardivement car il n’arrivait pas enfant à s’imprégner de la force et de la puissance de sa musique. C’est donc à un âge plus mûr, qu’il s’est approprié la musique de ce Géant africain est qu’elle est devenue une grande source d’inspiration pour lui ; d’autant plus que Fela Kuti a passé du temps au Ghana et qu’il aborde des sujets dans ses musiques auxquels Kyekyeku s’identifie beaucoup.

Mes coups de cœur…
J’ai demandé à Kyekyeku de m’expliquer trois (3) de ses chansons que j’apprécie particulièrement. Il s’agit de :

Fine Fine Woman
Cette chanson est décrite comme essai pour parler de la complexité des relations entre les hommes et les femmes qui peuvent être bonnes ou mauvaises. En effet, ce n’est pas nouveau de voir ce sujet abordé dans les musiques notamment en Afrique. Ce thème est revu en long en large et en travers. Kyekyeku nous a fait la confidence qu’il était difficile pour lui d’interpréter les chansons d’amour car sous la facilité apparente se cache une certaine difficulté pour bien exprimer son message. En tout cas, le résultat est très sympa !

Lady O
La chanson Lady’o est un rappel direct à la chanson ‘Lady’ de Fela Kuti. En effet, il s’agit ici de parler de la position de la femme africaine au sein du monde actuel. Les femmes africaines ont plus confiance en elles, elles s’expriment plus et œuvrent pour une société plus juste. Ainsi le rôle, la place de l’homme est d’être un gentleman qui respecte les femmes. C’est donc les paroles de Fela Kuti suivante « I no be gentleman at all o! I be Africa man original ! » que Kyekyeku a interprété de la sorte : «Je ne suis pas un gentleman, je suis un homme africain, donc si j’interpelle une femme africaine sans respect, elle ne sera pas d’accord ». On réalise que cela fait donc tomber toutes les idées préconçues selon lesquelles être un gentleman induit de s’habiller d’une certaine façon et d’avoir un certain comportement. En conclusion, l’homme africain doit respecter les femmes et être un gentleman c’est-à-dire être lui même.

Light off
Cette chanson est un commentaire social sur les coupures d’électricité courante que subissent les populations ghanéennes suite aux décisions gouvernementales. Cette chanson est sortie en 2013 et a eu un succès car elle parlait des problèmes quotidiens des ghanéens en y apportant une touche d’humour. En effet, le refrain est « Either Candle or Generator » c’est-à-dire « soit la bougie soit le groupe électrogène» mais c’est un rappelle à ECG l’acronyme signifiant Electricity Company of Ghana c’est dire la Société d’Electricité du Ghana. J’aime beaucoup cette chanson et je vous invite à la découvrir.

Retour sur le séjour de KyekyeKu en Côte d’Ivoire

Kyekyeku foulait le sol ivoirien pour la deuxième fois durant le MASA. Il a eu un fulgurant succès sur toutes les scènes où il s’est produit à savoir, au BAO Café le 10 mars 2016 et au Parker Place le 12 mars où ont joués par le passé de grands artistes tels que Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly et Nneka.

MASA Kyekyeku-3
Source : Site officiel du MASA

Son impression sur la scène musicale ivoirienne à travers le MASA est la suivante :

  • Très dynamique d’un point de vue artistique ;
  • Une présence forte et de qualité de la musique traditionnelle de toutes les régions de Côte d’Ivoire ;
  • Dense en terme d’espaces et de lieux d’expressions artistiques.

Il a félicité la Côte d’Ivoire pour le caractère cosmopolite de la musique que l’on peut trouver. Il a illustré ce fait par la diversité des musiques qu’il a pu écouter en empruntant les taxis dans la ville d’Abidjan.

Nous avons trouvé judicieux d’obtenir ses impressions sur notre scène musicale que nous avons parfois tendance à juger très sévèrement, car il est important de toujours aller de l’avant pour s’améliorer.

pochette cdA la fin de l’interview, Kyekyeku nous a remis son CD dont le titre est « Higher life in palm wine ». Je vous invite à vous le procurer… C’est un pur régal !

Facebook  Soundcloud

 

 

One comment on “KyekyeKu, le son du Ghana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s