Un politologue avertit que le parti démocrate n’est pas sur la bonne voie

La citation suivante a été modifiée pour plus de longueur et de clarté :

Il y a de nombreuses nuances perdues dans la traduction, mais le récit que beaucoup tirent de votre livre est que le Parti démocrate bénéficiera de la croissance inévitable des personnes de couleur, des jeunes, un nouveau groupe d’électeurs qui, à l’époque, semblaient prêts à rejoindre le parti et mettre les républicains dans le rétroviseur. Et le récit s’est compliqué depuis, n’est-ce pas ?

Bon, c’était même compliqué alors. Vous pouvez simplement résumer ce qui est une version édulcorée de ce que nous avons dit. C’est seulement partie d’après ce que nous avons dit. Les changements démographiques déplacent inévitablement le champ politique. Cela ne rend pas inévitable que les démocrates en profitent.

Et même sur cette base démographique brute, ce n’est pas fou qu’il y ait une majorité démocrate avec un vote populaire dans ce pays. Cependant, cela ne se traduit pas par un pouvoir politique. Nous disons très précisément – et cela est largement ignoré – que pour que cette majorité atteigne et exerce le pouvoir politique, vous devez conserver une grande partie de la classe ouvrière blanche. Le pays change, mais il ne change pas cette vite.

La deuxième chose que nous n’avions pas anticipée était l’effet éventuel de l’hégémonie de classe professionnelle au sein du Parti démocrate – qui inclinerait les démocrates jusqu’à présent vers la gauche sur des questions socioculturelles qui rendraient en fait le Parti démocrate nettement peu attrayant pour la classe ouvrière. sélecteur.

C’est une énorme responsabilité pour les démocrates, parce que les gens qui font partie du parti, les gens qui font partie des groupes de réflexion, des groupes de défense, des fondations, du personnel, ils chantent tous le même hymne dans une certaine mesure. Ils vivent dans cette bulle de culture libérale, surtout les plus jeunes.

Pouvez-vous en donner un exemple?

Bien sûr. Revenons aux primaires démocrates de 2020. C’est incroyable à quel point des choses qui aliènent l’électeur moyen, en particulier votre électeur moyen de la classe ouvrière, sont annoncées en grande pompe, sans arrière-pensée claire sur la façon dont cela pourrait apparaître à l’extérieur de la bulle. Des choses comme des frontières ouvertes ; en gros, dépénalisons la frontière. Quiconque connaît un tant soit peu l’immigration et l’opinion publique aux États-Unis sait que ça ne va pas bien se passer.

On peut dire que les démocrates feraient mieux de dire dès le départ : « Oui, nous croyons qu’il faut être humain pour les immigrants. Nous croyons également à la sécurité des frontières et nous la ferons respecter. » Vous savez, prenez une page du vieux livre de jeu d’Obama. Obama a largement raison sur certaines de ces questions, que le parti s’obstine désormais à oublier.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.