Un philanthrope turc affirme que la pression politique a conduit à une décision de condamnation à perpétuité

Le philanthrope turc Osman Kavala, qui a été condamné à la prison à vie pour avoir tenté de renverser le gouvernement en finançant des manifestations en 2013, a déclaré mercredi que la décision violait les normes juridiques et reflétait la pression politique exercée sur les tribunaux. Un tribunal d’Istanbul a condamné Kavala la semaine dernière, dans une affaire qui, selon la plus haute cour d’Europe et les pays occidentaux, est politiquement motivée.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) et les alliés occidentaux d’Ankara, dont Washington, ont appelé à la fin de la détention de Kavala. « La décision était arbitraire et a été prise en violation des normes légales sous la pression politique », a déclaré Kavala dans un communiqué.

Des pays comme les États-Unis, la France et l’Allemagne ont vu dans cette décision une tentative du gouvernement du président Tayyip Erdogan de faire taire les opposants. Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré aux journalistes mardi que l’Occident s’était concentré sur la punition en raison de son financement et de son « utilisation » des militants des droits de l’homme.

« Ankara comprend la réaction à la condamnation de Kavala. La personne qu’ils ont financée et utilisée est allée en prison », a déclaré Cavusoglu. S’exprimant deux jours après le verdict, Erdogan a qualifié Kavala de George Soros turc, une référence au philanthrope milliardaire américain et coordinateur des manifestations de Gezi en 2013.

Kavala nie être derrière les manifestations et être financé par Soros. Les protestations ont commencé comme de petites manifestations dans un parc d’Istanbul et se sont transformées en émeutes anti-gouvernementales nationales. « Il y a eu des tentatives pour justifier la décision du tribunal avec des déclarations affirmant que j’étais soutenu par Soros. C’est un simple fait que je n’ai pas organisé de manifestations de Gezi », a déclaré Kavala dans un communiqué.

« Il est vain d’attribuer Soros ou d’autres acteurs extérieurs au fait que des centaines de milliers de nos concitoyens sont descendus dans la rue contre les pratiques antidémocratiques avec un sens de la justice, exigeant la liberté », a-t-il déclaré. « Le procès Gezi a révélé l’état du système judiciaire, exposant davantage le grand préjudice causé aux concitoyens par la manipulation judiciaire en de tels termes », a déclaré Kavala.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.