Surmonter les obstacles, le Tour de France « signifie tout » pour Mark Cavendish

Et dire que le Britannique n’a pas couru sur le Tour de France depuis 2018. Il a eu sa chance de dernière minute avec son ancienne équipe Deceuninck-Quick Step quand une blessure lui a ouvert une place et a maintenant besoin de deux victoires d’étape pour égaler le record d’Eddy Merckx. . 34.

« Ne dis pas son nom. Ne mentionnez pas son nom », a-t-il plaisanté à propos de Merckx dans son interview d’après-course. « Je ne pense à rien. Je viens de gagner une étape du Tour de France. Je suis vraiment vraiment content. Si je suis assez bon pour gagner 50 autres [Tour stages], je suis assez bon pour gagner 50. Si je ne gagne plus jamais, tant pis — je ne suis pas assez bon pour gagner à nouveau. C’est le Tour de France. »

Beaucoup ont croisé Cavendish alors qu’il souffrait du virus d’Epstein-Barr et de dépression clinique en 2017 et 2018. Mais le joueur de 36 ans a fait ses preuves.

L’étape de jeudi a couvert 99,8 milles de Tours à Châteauroux, où il a noté qu’il avait gagné pour la dernière fois il y a 10 ans. Non seulement l’étape était à la hauteur de son talent de sprinteur surnommé « le Missile Manx », mais c’était aussi un parcours qu’il connaissait bien, gagnant à Châteauroux en 2008 et 2011. C’était « là où j’ai goûté la victoire au Tour de France pour la première fois. , dans la course dont je rêvais depuis tout petit », a-t-il déclaré mardi (par l’intermédiaire du gardien). « Chaque fois que je suis monté sur le podium depuis, c’est pareil.

« On oublie presque à quel point c’était difficile de gagner une étape du Tour. Ce n’est pas facile du tout. C’était la chose la plus difficile à gérer – les gens ne comprenaient pas les sacrifices que j’ai faits pour gagner ces 30 étapes [coming into the race]. Cette course m’a donné la vie que j’ai, et je lui ai donné la vie que j’ai. Je suis content d’être de retour. Cela semble idiot, mais cela signifie beaucoup pour moi. Depuis la première fois en 2008 jusqu’à maintenant. Je vis dans un rêve. »

Cela s’est vu lorsqu’il a fondu en larmes dans les bras de ses coéquipiers après avoir franchi la ligne d’arrivée pour une victoire d’étape 4. « Il y a trois semaines, je n’aurais pas imaginé cela », a-t-il déclaré plus tard. « Cette course est tout pour moi en tant que professionnel. »

C’était plus surréaliste jeudi, avec la route de montagne qui se profile au cours de la course de 23 jours. « Je viens de gagner une étape du Tour de France », a-t-il déclaré, laissant la victoire le submerger. « C’est pour ça que les gens conduisent toute leur vie. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.