Quand la classe affaires est semi-abordable

Un auteur donne une seconde chance à la compagnie aérienne française de classe affaires La Compagnie – lisez les critiques.

Partagez cet article

Opoule de compagnie aérienne classe affaires Société a annoncé une mise à niveau majeure de ses avions – les nouveaux Airbus A321neos volant entre l’aéroport international de Newark et la France – la nouvelle est passée inaperçue. Eh bien, mes oreilles sont sourdes. J’avais piloté une compagnie aérienne française de Newark à Gatwick il y a quelques années et je n’ai pas été impressionné. Bien qu’offrant des tarifs plus compétitifs lors de son lancement en 2014 – des billets coûtant 1 000 dollars, soit la moitié du prix d’un aller-retour typique en classe affaires vers la France – l’avion lui-même, un emprunteur de longue date d’Icelandair, était fatigué. La nourriture est médiocre, les sièges sont inégaux et l’écran de télévision est en forme de tablette. Bien sûr, je sais que vous en avez pour votre argent, mais honnêtement, ce n’est qu’un peu mieux que la classe économique. Et je ne peux pas augmenter mes miles aériens (#SkyTeamforlife).

Pourtant, il y a toujours place à l’amélioration – et qui affiche agressivement du kilométrage ces jours-ci ? J’ai décidé d’essayer à nouveau La Compagnie sur un vol de décembre 2021 de Newark à Paris Orly. Le nouveau Airbus A321neos présenté comme plus silencieux et plus économe en énergie. Grâce à leur moteur avancé et à leur dispositif de bout d’aile Sharklet, la quantité de carburant brûlée est inférieure de 20 % par siège, ce que vous ne pouvez pas faire. non envisager en 2021.

Enregistrement à EWR

À l’aéroport de Newark, l’enregistrement et la sécurité sont un jeu d’enfant. La Compagnie offre un accès prioritaire sur la ligne TSA PreCheck ; bien que cela ne soit pas nécessaire un dimanche soir dans le calme du terminal B, il est bon de savoir qu’il est disponible. Le salon de la compagnie aérienne est actuellement fermé, mais je n’ai pas eu à me bousculer pour un siège dans le terminal vide.

Nous embarquons à l’heure et aurions décollé plus tôt s’il n’y avait pas eu un autre avion bloquant la piste (le pilote français avait l’air agacé par ce retard, ce que j’apprécie). C’est alors que je me suis souvenu d’une des plus grandes qualités de La Compagnie : une fois l’embarquement terminé, ce qui s’est passé rapidement dans un avion de seulement 76 places, le vol a décollé. C’est le genre d’efficacité et de commodité habituellement associées aux vols privés, à moindre coût.

Sièges en classe affaires pour tous

Les sièges sont configurés en deux rangées, ce qui est parfait pour un couple ou deux amis voyageant ensemble. Cela dit, il y a des cloisons pour que vous puissiez bloquer certains de vos voisins. Je suis assis au siège 1F – une chaise plate comme n’importe quelle autre, avec un grand écran sur le siège (et non plus une tablette), des oreillers moelleux, des couvertures légères, des écouteurs supra-auriculaires et un sac de transport. rempli de chaussettes, de masques pour les yeux et de produits Caudalie.

Après le décollage, des serviettes chaudes sont distribuées et des collations sont servies (le masque reste obligatoire pendant le vol si vous ne mangez pas). Menu disponible à l’écran : Au choix, thon grillé et quinoa, ou burrata et salade d’asperges, servi avec soupe à la noix de coco, choix de fromage et pomme écrasée.

C’est le genre d’efficacité et de commodité habituellement associées aux vols privés, à moindre coût.

Le vol était difficile à reprocher. J’ai opté pour le thon, qui était simple et frais comme une salade d’épicerie, et servi avec un vrai couteau et une fourchette et du champagne Piper-Heidsieck, frais et croquant. Les agents de bord se sont déplacés rapidement dans les allées de la cabine et m’ont permis de jeter un coup d’œil à la nourriture avant de choisir sans hésitation. Le Wi-Fi est gratuit et les sièges sont, heureusement, complètement plats.

Les options de divertissement comprennent une cinquantaine de vieux films et émissions de télévision en anglais et en français – pensez-y gemme de sang et Quelque chose à donner, pas une nomination aux Oscars 2020. Ils proposent de la méditation pour les aviateurs nerveux – une belle touche. L’un des moments les plus mémorables de ce voyage de 6,5 heures a été lorsque je suis allé aux toilettes pour trouver l’agent de bord nettoyant agressivement la cabine de haut en bas. Au cours de toutes mes années de vol, je n’ai jamais vu un agent de bord nettoyer un décrochage comme celui-là.

Paris Orly et l’expérience de l’immigration

Avant d’atterrir à Paris, les hôtesses de l’air livrent régulièrement du café d’avion, des croissants et un plateau de fruits avec ananas et melon, accompagnés soit de toasts au nutella, soit d’une omelette au chorizo ​​(j’étais encore rassasié du dîner, alors j’ai opté pour l’un ou l’autre). Nous sommes descendus de l’avion rapidement et à l’immigration grâce à l’accès de La Compagnie à la ligne prioritaire. Nos sacs sont arrivés à la ceinture dans les 20 minutes. Pour être honnête, il a fallu plus de temps pour trouver un Uber que de passer par l’aéroport.

Sur le vol de retour d’Orly, j’ai de nouveau eu un accès prioritaire via la sécurité et l’immigration et je me suis senti un peu mal à l’aise en croisant des passagers non prioritaires alors qu’ils avançaient petit à petit. Le salon d’Orly est petit et moyen avec un petit étalage de croissants et de fromages. Cependant, il y avait du champagne frais. Pour un dernier hourra ! Notre vol de retour à Newark a duré neuf heures – plus long que prévu en raison des vents contraires – mais le Wi-Fi gratuit m’a permis de travailler.

Quand nous avons atterri, nous étions descendus de l’avion en quelques minutes, et j’étais en train d’accélérer Entrée globale pour récupérer mon sac. En attendant sur le carrousel, j’ai entendu mon nom dans le haut-parleur, me demandant d’attendre sur le carrousel cinq. Une hôtesse de l’air se précipite frénétiquement vers moi, mes AirPods à la main. « Tu as laissé ça, » dit-il en le lui tendant. Après avoir perdu mes écouteurs Bose lors d’un vol vers Tokyo (et bien d’autres choses dans l’avion), j’ai été époustouflé. Tout ce à quoi je peux penser, c’est qui a besoin du statut de compagnie aérienne lorsque vous avez le prochain niveau de soins ?

>>Suivant : Guide AFAR de Paris

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.