Sous l’impulsion de la Pologne, les politiciens français marchent pour détruire l’UE – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

À quelques mois de l’élection présidentielle, les politiciens français ont entamé une série de coups contre l’Union européenne, stimulés par une décision de justice polonaise contestant le fondement juridique de l’UE.

Les vives critiques de l’UE et les appels à la France pour affirmer sa souveraineté nationale sont venus non seulement de suspects ordinaires d’extrême droite, mais aussi de candidats à la présidentielle qui font partie du courant politique dominant du pays.

La rhétorique ajoute à la principale préoccupation des dirigeants européens face à la décision de la Pologne, qui a été poussée et adoptée par le gouvernement nationaliste polonais.

La Commission européenne a préciser que le droit de l’UE a la supériorité sur les lois nationales, y compris les constitutions nationales. Si des points de vue opposés deviennent l’orthodoxie politique dans un pays au centre du projet européen comme la France, cela pourrait soulever de sérieuses questions sur l’avenir de l’UE.

Valérie Pécresse, la dirigeante de la région parisienne qui fait campagne pour devenir la candidate présidentielle du parti conservateur Les Républicains aux élections d’avril, est la dernière femme politique française à s’être jointe.

« L’Europe est l’Europe des nations », Pécresse notifié CNews TV mercredi. « Cela signifie que nos lois constitutionnelles, notre identité constitutionnelle, chaque État souverain, doivent primer sur la juridiction européenne. »

L’ancien ministre du gouvernement socialiste Arnaud Montebourg, autre candidat à la présidence, a salué la décision de la Pologne.

« L’affirmation par la Pologne de sa souveraineté nationale par la loi est un événement important. La France, qui n’a pas d’orientation politique polonaise, devrait néanmoins affirmer de la même manière sa supériorité juridique sur les décisions européennes », a déclaré Montebourg dans un communiqué. déclaration.

De retour au centre droit, Michel Barnier, ancien négociateur de l’UE sur le Brexit et ancien commissaire européen, a défendu des positions dures bien avant qu’un tribunal polonais ne rende sa décision.

Dans le but de peaufiner sa croyance en l’immigration – un thème central de la campagne électorale – avec le noyau d’électeurs conservateurs dont il a besoin pour remporter l’investiture de son parti, il a appelé à un référendum le mois dernier sur la question et a déclaré que la France devait retrouver sa  » règle de loi ». ” de ne plus être soumis aux évaluations en matière d’immigration par la Cour de justice de l’UE et la Cour européenne des droits de l’homme (qui n’est pas une institution de l’UE).

(Cependant, après la décision de la Pologne, Barnier s’est adressé à CNN pour exprimer son inquiétude à ce sujet. L’ironie est pas perdu sur son adversaire.)

D’autres conservateurs avaient également fait pression pour affirmer la supériorité du droit français avant même que les juges polonais ne rendent leurs décisions.

Xavier Bertrand, un autre candidat présidentiel issu des rangs des Républicains, a proposé des amendements à la constitution française pour introduire « des mécanismes de protection des intérêts des supérieurs de la France ». Et un autre candidat à la présidence du même parti, Eric Ciotti, a avancé une proposition similaire.

POLITIQUE ÉLECTORALE PRÉSIDENTIELLE EN FRANCE

Pour plus de données de sondage de toute l’Europe, visitez POLITIQUE Sondage d’opinion.

Rendre la France grande à nouveau

Le gouvernement du président Emmanuel Macron a pris une mesure très différente, condamnant la décision du tribunal polonais comme une attaque contre l’Union européenne. Mais le chœur d’appels d’autres politiciens traditionnels, ainsi que de la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, pour que la France affirme sa souveraineté exacerbe le mécontentement populaire à l’égard de l’UE.

Seuls 36% des Français le disent croire L’Union européenne, le chiffre le plus bas de l’Union et 13 points de pourcentage en dessous de la moyenne de l’UE, selon le dernier sondage Eurobaromètre.

Des candidats présidentiels tels que Bertrand et Ciotti ont également déclaré que la France devrait se réaffirmer en abandonnant le commandement unifié de l’OTAN, une proposition faisant écho à Charles de Gaulle, qui a pris les mêmes mesures dans les années 1960.

Les analystes disent qu’une telle rhétorique joue sur un sentiment croissant parmi une grande partie de la population française que la France a perdu sa puissance et sa gloire. Pour certains Français, le moyen de restaurer ce prestige est de libérer le pays des contraintes des lois de l’Union européenne sur l’immigration, notamment, et de prendre ses distances avec les États-Unis.

« Cela parle à une partie de la classe ouvrière mais aussi à un électorat plus distinct socialement qui se définit avant tout par des sentiments de déchéance personnelle ou collective », estime Emmanuel Rivière du sondeur Kantar Public.

« Et en ce sens, cela correspond à l’alliance trumpienne entre une classe moyenne en déclin et des conservateurs aisés et règle des électeurs qui peuvent représenter environ 40 % de l’électorat.

Un certain nombre de développements au cours des dernières années ont renforcé le sentiment de certains électeurs que la France a besoin de se réaffirmer. Il s’agit notamment d’une pénurie d’équipements de protection en France au début de la crise des coronavirus et de son incapacité à produire un vaccin ; les différends avec le Royaume-Uni sur les droits de pêche post-Brexit ; et son dédain perçu pour le nouveau pacte de sécurité entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni connu sous le nom d’AUKUS, ce qui signifie l’annulation du principal contrat sous-marin de la France.

Blâmer l’UE et l’OTAN permet aux candidats présidentiels, dont beaucoup ont très peu d’expérience en politique étrangère, de proposer des solutions apparemment modestes.

« Nous sommes dans un contexte très marqué par le retour de la souveraineté », a déclaré Thierry Chopin, expert France et UE au think tank Jacques Delors Institute. « Et pas seulement en France. »

Pas Macron

La frénésie des appels à repousser l’UE signifie que Macron sera sous pression pour montrer ce que le bloc peut faire pour les citoyens français alors qu’il se présente à la réélection et que Paris prend la présidence du Conseil de l’UE le 1er janvier. un second mandat, mais on s’attend généralement à ce qu’il le fasse au début de l’année prochaine.)

Macron pourrait être tenté d’essayer de faire avancer le paquet migratoire de l’UE, par exemple, même si un accord sur la question a échappé au bloc pendant des années.

Bien que Macron soit un fervent partisan de l’UE et défende le rôle de la France dans les institutions multilatérales, certains analystes affirment qu’il a parfois aussi exagéré le désir que la France suive sa propre voie.

« Macron n’a pas découragé cette tendance avec ses propos sur l’Otan [that the alliance was suffering ‘brain death’]et l’affirmation pour [French] Ambassadeur [in 2019] que « nous devons reprendre le contrôle », a déclaré Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation française pour la recherche stratégique.

« Il n’a pas réussi à convaincre la France que la souveraineté devait désormais appartenir à l’Europe », a ajouté Tertrais.

Les causes du scepticisme français envers l’UE sont nombreuses et complexes. Et malgré eux, la France est restée un acteur incontournable du bloc tout au long de son histoire.

Mais les analystes disent que le fonctionnement de l’UE n’a aucun lien avec certains électeurs français.

« Notre culture politique est fondée sur une centralité étatique centralisée et est très éloignée de la culture du compromis au cœur de l’UE », selon Chopin.

Bien que Macron puisse souligner certaines des grandes victoires de la France dans l’UE au cours de son premier mandat – telles que la création d’une dette européenne commune pour financer un important fonds de récupération des coronavirus, des modifications des règles pour les travailleurs de l’UE opérant en dehors de leur pays d’origine et plus encore. approche interventionniste de la politique industrielle — cela réduit les tensions avec certains électeurs. C’est aussi un fait que de nombreux responsables français, comme le commissaire européen Thierry Breton, sont des acteurs incontournables sur la scène bruxelloise.

« La France ne veut pas quitter l’UE mais sa confiance dans le projet européen et ce qui peut contribuer positivement aux citoyens français diminue, et il y a peu de visibilité sur ce qu’est le projet européen », a déclaré Tara Varma, présidente du Conseil européen. au bureau des relations extérieures à Paris.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.