McDonald’s parvient à un accord dans le cadre d’une enquête fiscale en France

L’affaire McDonald’s est centrée sur des allégations selon lesquelles elle aurait artificiellement réduit ses bénéfices en France en détournant de l’argent vers le Luxembourg.

Dans un dossier déposé en avril, McDonald’s a déclaré qu’il mettait de côté 500 millions de dollars de coûts hors exploitation pour des règlements potentiels liés à des problèmes fiscaux internationaux. Le montant total pour régler les affaires civiles et pénales pourrait encore être plus élevé.

Obtenez 4 semaines de Crain’s pour 1 $

Le règlement jumeau rappellera l’accord de 965 millions d’euros conclu par Google en 2019 pour mettre fin à une affaire française dans laquelle il était également accusé de détourner injustement des bénéfices. Dans le cas de Google et de McDonald’s, les enquêteurs français ont effectué des descentes séparées dans les locaux de l’autre à quelques jours d’intervalle il y a six ans.

Les reportages sur les affaires fiscales civiles de McDonald’s remontent plus loin lorsqu’en 2014, le magazine L’Express a déclaré que les autorités françaises examinaient les redevances envoyées à sa filiale luxembourgeoise. À l’époque, McDonald’s avait déclaré se conformer aux lois et réglementations en vigueur.

Lorsqu’ils ont été contactés pour commenter avant l’audience de jeudi, les représentants et les avocats de McDonald’s en France n’ont pas immédiatement répondu.

Le journalisme de qualité n’est pas gratuit. Veuillez envisager de vous abonner à Crain’s.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.