L’Office européen de lutte antifraude accuse Marine Le Pen de détournement de fonds publics

Publié dans:

L’Office européen de lutte antifraude a accusé la candidate d’extrême droite française Marine Le Pen et ses collègues d’avoir détourné environ 600 000 euros de fonds publics européens pendant leur mandat au Parlement européen, selon un rapport divulgué samedi par Mediapart et envoyé à la France. tribunaux. En revanche, les avocats de Le Pen ont été surpris par le moment de la divulgation du rapport et la manière dont il a été « exploité », soulignant qu’il s’agissait en partie de « faits anciens ».

Candidat de droite Élection présidentielle française Marine Le Pen et ses proches sont accusés d’avoir détourné environ 600 000 euros de fonds publics européens pendant leur mandat au Parlement européen.

Ces allégations ont été émises par l’Office européen de lutte antifraude, selon un nouveau rapport révélé par « Rubrique médiaLe journaliste français a été renvoyé samedi devant un tribunal français. Le parquet de Paris a confirmé avoir reçu le 11 mars ce rapport, qui est en cours d’analyse.

En revanche, l’avocat de Le Pen, Rodolphe Boslow, s’est dit « choqué » par le moment et « l’exploitation » de ce rapport. L’avocat s’est dit « insatisfait du comportement de l’Office européen de lutte antifraude », soulignant qu’une partie du rapport traite de « faits anciens datant de plus de dix ans ». Il a ajouté que Le Pen « n’a été convoqué par aucune autorité judiciaire française » et a critiqué le fait de ne pas lui avoir soumis de rapport final, ni à Le Pen.

Selon Boslow, l’enquête de l’Office européen de lutte antifraude est ouverte depuis 2016 et Le Pen a été interrogé par courrier en mars 2021.

Le nouveau rapport de l’Office européen de lutte antifraude, cité par Mediapart, traite des dépenses que les membres des groupes politiques peuvent utiliser dans le cadre de leur mandat de députés au Parlement européen, et que Marine Le Pen et ses collaborateurs ont pu utiliser à des fins nationales. à des fins politiques ou pour des dépenses ou des services personnels, Pour des établissements commerciaux proches de son parti Rassemblement national et du bloc de droite « Europe des nations et des libertés ».

Le bureau a accusé Marine Le Pen et trois anciens membres du Parlement européen, son père, Jean-Marie Le Pen, son ex-petit ami, Louis Alliot, et Bruno Golnich, membres du Bureau national de l’Assemblée nationale et du « bloc européen ». des Nations et des Libertés », de détourner environ 600 000 euros, et recommander leur récupération.

Selon le même rapport, un candidat du Rassemblement national aurait détourné en privé environ 137 000 euros de fonds publics du Parlement de Strasbourg lorsqu’il était député européen entre 2004 et 2017.

Il poursuit également Le Pen en justice depuis juin 2017, dans le cadre d’une enquête en cours à Paris sur le problème des faux emplois au Parlement européen pour les aides de parti.

FRANCE 24/AFP

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.