Les exigences américaines font obstacle à un accord dans les négociations de Vienne

Abdullahian : Les négociations de Vienne en phase finale (Getty)

Aujourd’hui, samedi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, a déclaré que les négociations de Vienne étaient en phase finale et « nous sommes proches d’un consensus, mais il reste très peu de questions importantes ».

Amir Abdollahian a ajouté, dans une interview télévisée, que le coordinateur des négociations nucléaires de Vienne pour relancer l’accord nucléaire, Enrique Mora, se rendrait en Iran dans les prochaines heures pour « discuter du message final » entre Téhéran et Washington.

« Le principal obstacle aux négociations est les exigences excessives de la partie américaine, et j’en ai discuté avec (Josep) Borrell (commissaire européen à la politique étrangère) et lui ai dit que nous pouvions également soulever d’autres questions », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères. .

Le responsable iranien a souligné que « ce qui empêche un accord dans les négociations, c’est que certaines questions restent en attente de décisions américaines », notant que l’une des plus importantes de ces questions est la question du retrait des « Gardiens de la révolution » iraniens de la liste américaine du terrorisme. .

Amir Abdullahian a attribué l’accord de Vienne au « que l’Amérique adopte une approche réaliste », ajoutant : « Nous et trois pays européens (Grande-Bretagne, France et Allemagne) sommes parvenus à un projet d’accord qui nécessite une révision finale ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères a souligné que « la Chine et la Russie soutiennent l’accord », notant que lors de sa récente visite à Moscou, il a déclaré à son homologue russe, Sergueï Lavrov, que Téhéran « n’attendra aucune des parties, mais toutes les parties doivent participer à l’accord ». négociations. »

Il a déclaré que son pays avait reçu « des messages contradictoires et divergents » de l’Amérique, soulignant qu' »il n’abandonnera pas ses réalisations nucléaires et ne signera pas de traité s’il n’obtient pas de promesses strictes ».

Il s’est adressé à l’Occident en disant : « Si vous êtes préoccupé par la question nucléaire, vous devriez lever les sanctions injustes. « Notre objectif est de lever les sanctions maximales », a-t-il déclaré.

Enrique Mora, qui occupe le poste de commissaire adjoint de l’UE pour la politique étrangère, doit arriver à Téhéran ce soir, samedi, pour travailler à « combler les lacunes restantes » dans les négociations.

Dan Mora a déclaré, vendredi, dans un tweet sur son compte Twitter, qu’il se rendrait dans la capitale iranienne, aujourd’hui, samedi, pour rencontrer le négociateur en chef de l’Iran, Ali Bagheri Kani, afin de travailler « à combler les lacunes restantes » dans les négociations. . , a souligné que « nous devons mettre fin à ces négociations ». Et il a terminé son tweet en disant que « il y a beaucoup en jeu ».

Dimanche, Mora rencontrera le négociateur en chef de l’Iran et d’autres responsables, tandis que des informations suggèrent que Mora se rendra à Washington lundi après sa visite à Téhéran.

Dialogue avec l’Arabie Saoudite

Concernant le dialogue avec l’Arabie saoudite et le lancement prévu du cinquième cycle, le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que « si nous voulons entrer avec l’Arabie saoudite dans une nouvelle phase de dialogue, toutes les dimensions du dialogue doivent être prises en compte, et les circonstances ont changé après le récentes exécutions », faisant référence aux nouvelles exécutions. -récemment à Riyad.81 personnes.

Amir Abdullahian a annoncé la « bienvenue » de son pays pour le retour des relations irano-saoudiennes à leur état normal, ajoutant : « Mais nous attendons que l’Arabie saoudite joue un rôle constructif ».

Il a déclaré : « Les Saoudiens ont demandé notre aide pour mettre fin à la guerre au Yémen, et ils ont discuté à la table de dialogue de ce qu’ils n’ont pas obtenu pendant la guerre. Nous ne soutenons pas la guerre et son expansion au Yémen et dans la région parce que sa poursuite n’est dans l’intérêt de personne », a-t-il déclaré.

Le dialogue entre l’Iran et l’Arabie saoudite a été lancé en avril dernier à Bagdad, à la suite des efforts couronnés de succès du gouvernement irakien pour réunir les deux parties autour d’une même table. Téhéran et Riyad ont organisé quatre tours jusqu’à présent, le dernier fin septembre. Les deux parties ont récemment annoncé qu’elles étaient prêtes à organiser prochainement un cinquième cycle de pourparlers à Bagdad.

Le cinquième tour devait avoir lieu, selon l’annonce du ministre irakien des Affaires étrangères Fouad Hussein, mais l’Iran l’a annulé trois jours avant la date, pour protester contre les exécutions par l’Arabie saoudite, le 12 de ce mois, y compris les exécutions de Yéménites. membres du groupe Houthi.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.