Les Canadiens se sont concentrés sur la gloire de Wimbledon, sans perdre de points au classement

Il n’y a pas de points au classement à Wimbledon cette année, résultat d’une décision de l’ATP et de WTA Tours en réponse à la décision du tournoi d’interdire les joueurs russes et biélorusses.

Mais le top canadien Felix Auger-Aliassime a déclaré samedi que cela n’affectera pas le désir ou l’intensité des joueurs alors qu’ils se disputent les titres du Grand Chelem.

« Cela reste un tournoi prestigieux à gagner, avec ou sans points. Donc, tous les joueurs vont tout donner pour gagner des matchs ici », a déclaré Auger-Aliassime samedi. « Il y aura beaucoup de fans et d’argent aussi. Les joueurs trouveront la motivation personnelle pour tout donner. »

Auger-Aliassime est classé No. 9. Mais c’est la tête de série non. 6 en raison de l’absence de n. 1 mondial Daniil Medvedev et n. 8 Andrey Rublev pour cause de disqualification, et n. 2 Alexander Zverev en raison de la grave blessure à la cheville qu’il a subie à Roland Garros.

Le joueur de 21 ans a atteint les quarts de finale il y a un an. Et donc il verra ces points dans le classement chuter du décompte informatique de 52 semaines en deux semaines, sans avoir la possibilité de les remplacer dans l’édition de cette année.

En plus de cela, il a un premier tour difficile contre le franco-américain Maxime Cressy.

Cressy, qui a atteint la finale du tournoi ATP d’Eastbourne ce week-end, est un rare retour en arrière: un joueur de service et de volée qui défiera Auger-Aliassime depuis le filet à chaque occasion.

L’autre Canadien dans le tableau du simple masculin, non. 13 Denis Shapovalov, est dans une situation encore pire depuis qu’il a atteint les demi-finales il y a un an, s’inclinant face à Novak Djokovic.

La décision n’affectera pas Auger-Aliassime, car il devrait rester au numéro 9. Pour Shapovalov, cela signifiera une chute du numéro 16 dans le top 20 au numéro 23.

Shapovalov affrontera le Français Arthur Rinderknech, qui l’a battu il y a quelques mois à Doha, au Qatar, sur un terrain dur.

La première saison sur gazon d’Auger-Aliassime a été plutôt bonne; a atteint les demi-finales lors de son premier tournoi à ‘s-Hertogenbosch, aux Pays-Bas, et les quarts de finale la semaine suivante à Halle, en Allemagne. Dans les deux cas, il a été battu par l’éventuel champion.

Shapovalov participe à Wimbledon cette année après avoir perdu son match d’ouverture lors de ses cinq derniers tournois. Cela comprend des défaites sur gazon à Stuttgart, au Queen’s Club et, cette semaine, une défaite occasionnelle 6-4, 6-1 contre le Français Benjamin Bonzi à Majorque.

Au Queen’s Club la semaine dernière, Shapovalov a déclaré qu’il devait simplement être patient.

« Si vous regardez les années avant l’année dernière, je n’ai pas eu beaucoup de succès sur gazon. C’est à peu près le même sentiment maintenant : je suis dans les matchs, mais je ne fais pas mes percées. Mais je pense que l’année dernière, j’ai avait derrière moi, je me sens plus calme en allant à Wimbledon », a déclaré Shapovalov.

« Je sais que si je joue à un ou deux de ces types de jeux, les choses peuvent vraiment commencer à cliquer sur l’herbe. Vous commencez à avoir un peu confiance en vous et soudain, vous vous convertissez davantage à ces opportunités. »

Andreescu à la recherche de sa première victoire à Wimbledon

Quant aux femmes, Bianca Andreescu arrive à Wimbledon sur les ailes d’une course à la finale cette semaine à Bad Homburg, en Allemagne.

La joueuse de 22 ans a remporté une victoire de niveau WTA sur gazon cette saison. Mais à l’approche de Wimbledon, il a remporté quatre matchs et cherchera sa première victoire à Wimbledon mardi contre la qualifiée américaine Emina Bektas.

Son classement en simple, au no. 120 en avril, c’est jusqu’à non. 56 et en hausse.

Si Andreescu gagne, il pourrait voir un combat au deuxième tour avec la tête de série n ° 17 Elena Rybakina du Kazakhstan.

Il y a un an, Andreescu avait perdu au premier tour de Wimbledon face à la Française Alize Cornet.

REGARDER | Andreescu tombe en finale au réglage de Wimbledon :

Andreescu tombe face à Garcia en finale à Bad Homburg

La Française Caroline Garcia a affronté la Canadienne Bianca Andreescu en gagnant 7-6, 6-4, 6-4 en Allemagne samedi.

L’autre Canadienne dans le tableau du simple féminin est Rebecca Marino de Vancouver, qui reviendra au All-England Club pour la première fois depuis 2011.

Marino a quitté le sport pendant 4 ans et demi pour s’attaquer à des problèmes de santé mentale et est revenu au début de 2018. Après avoir traité quelques blessures au début, il est maintenant en bonne santé et sur le point de revenir dans le top 100.

« Cela semble être une éternité – un peu – mais cela ne semble pas si long non plus. Je suis vraiment ravi d’être de retour », a déclaré Marino la semaine dernière à Eastbourne, où il a fait le tableau principal en tant qu’outsider chanceux et a gagné son match au premier tour.

« C’est mon premier tableau principal (direct) depuis mon retour. Dommage que ce ne soit pas dans des circonstances différentes, car j’ai dû compter sur les Russes et les Biélorusses pour être retiré. Mais j’en suis quand même très fier. »

Le joueur de 31 ans affronte son collègue non classé lundi contre la Polonaise Katarzyna Kawa au premier tour.

En plus des quatre joueuses du simple, Gabriela Dabrowski de Gloucester, Ont. est tête de série non. 3 en double dames avec sa partenaire mexicaine Giuliana Olmos.

Le seul Canadien en qualification, le champion du double de Wimbledon en 2014, Vasek Pospisil, a été éliminé au premier tour lundi dernier.

Et la finaliste du simple féminin de l’US Open 2021, Leylah Fernandez, est absente alors qu’elle réhabilite une fracture de stress au pied subie à Roland Garros au début du mois.

En plus de cela, deux Canadiens représentant d’autres pays participeront également à Wimbledon.

Né à Toronto, Alejandro Tabilo, 25 ans, qui a représenté le Canada lorsqu’il a joué à Wimbledon Juniors en 2014 et 2015, fera ses débuts en simple et en double masculin. Tabilo joue pour le Chili natal de ses parents depuis qu’il est devenu professionnel. Il est entré pour la première fois dans le top 100 en février dernier.

Erin Routliffe, née de parents canadiens à Auckland, est revenue au Canada à l’âge de quatre ans. Elle a grandi à Caledon, en Ontario, vit actuellement à Montréal et a également représenté le Canada à Wimbledon Juniors il y a dix ans. Routliffe est le No. 11 en double dames avec la partenaire polonaise Alicja Rosolska.

Maintenant âgé de 27 ans, Routliffe a commencé à représenter la Nouvelle-Zélande lorsqu’il a commencé la tournée professionnelle après avoir obtenu son diplôme de l’Université de l’Alabama. Il a atteint la finale du double à l’Open de Bad Homburg samedi et est numéro 34 dans cette discipline.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.