Lee Suckling : Une politique du travail française que toutes les entreprises néo-zélandaises doivent suivre

Lee Suckling révèle les règles de travail françaises que toutes les entreprises de kiwi doivent suivre. Photos / Getty Images

Opinion:

Vous connaissez la situation. Vous avez passé un merveilleux week-end déconnecté de votre travail et de tout ce qui est lié au travail. Vous avez vu des amis et de la famille boire et dormir. Puis le dimanche après-midi, votre téléphone sonne.

Votre responsable, qui a décidé de « supprimer son e-mail » avant la nouvelle semaine.

Aucune action ne sera requise de votre part jusqu’à lundi, mais cet e-mail vous plonge dans un état d’anxiété à propos d’une mission que vous devez effectuer.

Sunday Scaries a commencé.

En France, ce que fait votre manager est illégal. Il y a six ans, le gouvernement français a mis en place une politique dite de « droit à la déconnexion », qui interdit l’envoi d’e-mails professionnels en dehors des heures de bureau.

Deux ans de travail hybride – ou de travail complet à domicile – ont mis à l’épreuve la frontière entre le travail et la vie privée pour beaucoup d’entre nous et lorsque nous retournons tous au bureau, il est probable que répondre aux e-mails tout le temps reste un casse-tête.

Lorsque vous recevez un e-mail après le dîner, pourquoi ne pas répondre tout de suite de vos mains ? Qu’y a-t-il de mal à essayer de toujours être au courant de tout, où que vous soyez, comme vous l’avez été depuis le début de la pandémie ?

Le problème, pour utiliser une référence de The Matrix, est de savoir si cette philosophie de messagerie électronique permanente vous permet de rester connecté. Vous êtes « stimulé » dans votre travail, où le port de données affecte toujours votre conscience ; vous maintient constamment engagé dans les affaires professionnelles et ne peut pas être complètement éteint.

Les e-mails du week-end sont un acte indésirable et ennuyeux que votre responsable considère comme inoffensif – il ne s’attend pas à ce que vous les lisiez pendant le bain de votre tout-petit ! – mais toujours pas seulement quelque chose que vous verrez et « marquez comme non lu » jusqu’au lendemain.

Au lieu de cela, vous y penserez toute la nuit, ce qui vous obligera à faire des heures et des heures de travail non rémunéré via un proxy.

Benoit Hamon de l’Assemblée nationale française a déclaré à la BBC : « Toutes les recherches montrent qu’il y a plus de stress lié au travail aujourd’hui que jamais auparavant, et que le stress est constant ».

« Les employés quittent physiquement le bureau, mais ils ne quittent pas leur emploi. Ils restent liés par une sorte de laisse électronique – comme un chien. Textes, messages, e-mails – ils colonisent la vie d’un individu au point où il ou elle finit par casser vers le bas. »

Il y a six ans, le gouvernement français a mis en place le soi-disant "droit de se déconnecter" règle.  Photos / Getty Images
Il y a six ans, le gouvernement français a mis en place ce qu’il a appelé une politique de « droit à la déconnexion ». Photos / Getty Images

C’est là le problème au fond. Un seul e-mail ou texte de travail n’est pas seulement une communication rapide pour vous garder connecté pour plus tard. C’est le résultat d’un comportement chronique qui peut éventuellement conduire à l’épuisement professionnel.

La génération Y et la génération Z sont tellement habituées à être toujours allumées – nous l’avons fait tout au long de notre vie professionnelle – que nous ne savons pas comment l’éteindre. Le travail déborde sur le temps personnel et nous commençons à penser que tout va bien.

L’intervention à la française – qui a été accueillie favorablement par les Français, à l’exception de quelques critiques selon lesquelles elle augmente la précarité de l’emploi des salariés – est garantie d’ici 2022 en Nouvelle-Zélande.

Est-ce scandaleux pour le gouvernement? Tactiques de l’État nounou? Le socialisme est-il devenu fou ? Je ne pense pas. C’est une prise de conscience descendante que le travail peut être global et malsain et, en tant qu’individus, nous ne sommes pas habilités à faire des choix par nous-mêmes.

Les e-mails en dehors des heures de travail sont ancrés dans notre culture professionnelle. En fait, 87 % des personnes consultent leurs e-mails professionnels en dehors des heures normales de bureau, et 50 % d’entre nous consultent encore leurs e-mails pendant leurs vacances.

Historiquement, lorsque la nature du travail a subi des changements sismiques, les gouvernements ont bien réagi et se sont adaptés. Avec la révolution industrielle sont venues des lois sur le travail des enfants. Après la Grande Dépression, la sécurité sociale était comme les fonds de retraite et d’épargne. Un « droit de déconnexion » approuvé par le gouvernement suit simplement cette attente.

Mais cela doit venir du haut vers le bas. Vous avez peut-être une philosophie personnelle de ne pas lire les e-mails professionnels le week-end, mais dès que vos collègues commenceront à le faire, la culture de votre lieu de travail vous fera penser que c’est normal.

Et si vous ne restiez pas « au courant » 24h/24 et 7j/7 ? D’ici peu, vous commencerez à craindre que vos collègues soient plus appréciés que vous parce qu’ils sont plus « dévoués ».

Je pense que les entreprises devraient être responsables de leurs propres politiques, pas le gouvernement, mais cela ne changera pas grand-chose à la culture nationale. Vous n’avez pas besoin qu’on vous dise comment envoyer un e-mail. Nous avons tous des e-mails professionnels sur nos téléphones, et certains emplois ont des urgences qui doivent être traitées après les heures. Ceux qui sont censés répondre doivent être payés en plus pour cela.

Pour tout le monde, il est temps de pratiquer la sensibilité. En l’absence de lois concernant les e-mails du week-end, si vous êtes du genre à supprimer des e-mails un dimanche après-midi, cela vous ferait-il vraiment mal d’utiliser la fonction « envoyer plus tard » ? Fixez une heure pour que votre e-mail n’arrive pas dans la boîte de réception de quelqu’un avant 8 heures du matin le lendemain, et vous ferez votre part pour encourager un équilibre travail-vie positif.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.