L’écrivain et éditeur new-yorkais qui a inspiré « The French Dispatch »

L’une de mes séquences préférées du film met en scène Jeffrey Wright dans un rôle qui combine des éléments d’AJ Liebling et de James Baldwin. Wright offre une performance magnifiquement calibrée en tant que Roebuck Wright, imprégnant son personnage d’un sentiment de qualités ruminatives calmes et détendues. Comme Joseph Mitchell, Liebling a écrit pour New York Télégramme mondial avant de rejoindre New yorkais, la trentaine. (En tant que correspondant de guerre en Europe, il a un jour demandé à Ross combien de temps durerait son séjour à l’étranger ; Ross, avec des conseils apparemment appropriés pour tout journaliste passionné, a répondu : « Pour l’instant, je dis de marquer le temps et de se préparer à l’excitation. commence. ») Liebling, qui a contribué au magazine jusqu’à sa mort, en 1963, a écrit sur presque tous les sujets sous le soleil, de la boxe aux médias en passant par les arts culinaires. Sa série « Mémoires d’un nourrisseur en France », de 1959, a servi d’inspiration pour ce chapitre du film, dans lequel Wright établit le profil du chef personnel du chef de la police, une tâche qui tourne terriblement mal. « Memoirs » retrace les nombreux souvenirs culinaires de Liebling au cours des années où il a travaillé comme journaliste à l’étranger. À propos de l’un de ses compagnons de table fréquents, elle a écrit: «M. Mirande éblouira ses cadets, français et américains, en leur envoyant des déjeuners de jambon cru de Bayonne et de figues fraîches, de saucisses chaudes en croûte, de roulés de filet de brochet en riches rosaces. sauce nantua, un gigot d’agneau garni d’anchois, d’artichauts sur une couche de foie gras, et quatre ou cinq sortes de fromages, avec une belle bouteille de Bordeaux et un champagne, après quoi il appelait l’Armagnac et rappelait à Madame de préparer le dîner, alouette et ortolans ce qu’il lui a promis. » En tant que journaliste, Liebling apporte non seulement un bon goût pour son travail, mais aussi une approche évocatrice et émouvante de ses reportages. Il est « l’un de mes préférés de tous les temps New yorkais écrivains », a déclaré Anderson. « Tout ce que nous faisons dans les films où nous décrivons un plat différent, tout en découle. Il est comme Wodehouse avec une métaphore pour les différentes assiettes de nourriture. Il décrit parfois les portions en surface ou en volume, comme la surface d’un steak fin.

À une occasion, Brendel et Anderson ont débattu de l’opportunité de se référer à Liebling dans « An Editor’s Funeral » en tant que « fan » ou « gourmand », une conversation que leur inspiration réelle pourrait apprécier. Brendel se souvient : « Il y avait une note de Janet Flanner qu’elle a écrite après la mort de Ross, et elle y disait, à propos de sa relation avec l’éditeur, ‘Nous avons cherché des mots ensemble dans le bureau.’ Et Wes m’a dit : ‘C’est ce qu’on fait !’ (Ils finissent par s’éloigner « gourmands ».) À un moment donné, Wright livre un monologue bien conçu sur les joies subtiles d’être un observateur, marquant le temps au-delà de regarder et d’absorber l’étendue d’une autre culture, un autre mode de vie. Arrivant à l’un des moments les plus poignants du film, c’est un discours qui rappelle Baldwin – qui, comme Liebling, a produit certaines de ses plus belles œuvres en France, mais dont l’adoption de la culture étrangère comprend une dimension supplémentaire. Pour Baldwin, et peut-être pour Roebuck Wright, la France représentait non seulement l’aventure et la sophistication, mais aussi un refuge, un refuge contre le racisme et l’homophobie auxquels il était confronté chez lui.

Vers la fin du film, le chef immigré Lieutenant Nescafier (joué par Stephen Park) dit qu’être un étranger ou un expatrié, c’est comme « rechercher quelque chose de perdu, aspirer à quelque chose qui reste ». Le rôle d’un écrivain – et d’ailleurs d’un cinéaste – est de creuser l’invisible, de trouver ce qui manque et de l’expliquer. Dans « The French Dispatch », Anderson nous montre une vision fictive de cette approche, capturant les exigences impérieuses et les récompenses transcendantes des écrivains et des éditeurs alors qu’ils découvrent de nouvelles possibilités pour leur métier. C’est comme regarder dans un télescope cinématographique, offrant, au lieu de planètes ou d’étoiles, une vue très colorée des magazines prismatiques et de la culture littéraire, qui se transforme.


Le préféré des new-yorkais

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.