Le nombre élevé d’Algériens dans les prisons en France ?

Les statistiques officielles révèlent un nombre élevé d’Algériens dans les prisons françaises, et ils occupent la première place sur la liste des détenus étrangers, ce qui fait que la présence algérienne sur le sol français soulève des questions dans les deux capitales, Paris et Algérie.

Rapport judiciaire français.

Le rapport du ministère français de la Justice indique que 3 472 détenus algériens sur 9 793 détenus du continent africain se trouvent dans ses prisons, soit 56 % du total des détenus étrangers. Il a ajouté que les prisons françaises détenaient 2 220 Marocains, 1 117 Tunisiens et 2 984 prisonniers de toute l’Afrique.

Dans les dernières statistiques réalisées par l’administration pénitentiaire française au 1er octobre 2021, le nombre de détenus étrangers est estimé à 17 198, qu’ils soient en détention provisoire ou condamnés, sur un groupe de détenus qui s’élève à 69 173 à cette date, soulignant que leur nombre est passé à 25 %, contre 17,2 % il y a 10 ans.

La communauté algérienne est la plus nombreuse

Commentant le rapport, Saïd Ben Roquia, chef de l’Union générale de l’Algérie dans la diaspora, a déclaré dans une déclaration aux « Arabes indépendants » que ce chiffre, divulgué par le ministère français de la Justice concernant le nombre de prisonniers algériens, était motivé par le fait que la communauté algérienne est la plus importante de France. , ajoutant que les raisons de ces chiffres ou des accusations portées contre eux se limitent, selon ce que nous avons étudié, à des conflits familiaux et à des problèmes sociaux, tels que des vols, des intrusions sur d’autres la propriété des personnes, et la promotion et la consommation de drogues. Il a déclaré que les accusations n’incluaient pas le crime organisé, par rapport au faible pourcentage de personnes accusées de terrorisme et d’extrémisme, dont la loi française est responsable.

Lire la suite

Cette section contient des articles connexes, placés dans le champ Nœud associé.

Ben Roquia souligne qu’il y a une proportion importante d’immigrés clandestins parmi les détenus, car ils sont impliqués dans des vols, etc., malgré le grand nombre de catégories parmi ces chiffres, notant que Paris tente de faire pression sur l’Algérie à travers des lettres d’expulsion et irrégulier. immigrants, dans le but de réaliser des intérêts. Il a souligné que les statistiques françaises présentées sont en augmentation, étant donné que les chiffres du ministère algérien des Affaires étrangères et de l’ambassade en France parlent de 90 à 95 détenus, considérant qu’il y a des personnes nées en France qui ne sont liées à l’Algérie que par les racines.

extrême droite

De son côté, Ammar Segha, chercheur dans le domaine de la politique et de la sécurité, considère que ce chiffre reflète l’importance des clandestins algériens, et révèle à quel point l’inquiétude de la France pour les immigrés africains, notamment algériens, explique cette baisse récente. au niveau des relations algéro-française a mobilisé l’extrême droite qui exploite à chaque fois l’apathie entre les deux pays pour lancer sa machine médiatique et critiquer la présence illégale d’immigrés algériens et africains sur le sol français.

Sigha a nié que Paris visait à faire pression sur l’Algérie avec du papier pour expulser les immigrés illégaux, déclarant : « Je ne pense pas, car parmi les détenus non recherchés par la justice algérienne, menés par certaines des personnes répertoriées dans la dernière feuille officielle sur la liste des terroristes et des organisations qui l’ont mentionné. » Pour faire pression sur l’Algérie pour qu’elle soit expulsée, l’Algérie n’y est jamais allée, et a été en proie à des dossiers de migrants au point d’inquiéter la France car les frais pesant sur l’État français, tels que le logement, la nourriture, les soins de santé et autres frais atteignent les 110 euros ( environ 123 $) par jour limite pour un détenu.

absorbé

Les dossiers des immigrés algériens en France ont connu des tensions entre les deux pays à plusieurs reprises, et peut-être plus récemment était le discours du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanan sur la publication d’environ 7 730 décisions de quitter le territoire français contre des citoyens algériens depuis début 2021, une nouvelle que le président algérien Abdelmadjid Tebboune a menti. Dans des entretiens avec plusieurs médias locaux, il a déclaré qu’il n’y a jamais eu sept mille Algériens que la France voulait expulser, soulignant que « les listes que nous avons reçues en 2020 et les trois listes en 2021 comprenaient 94 cas, dont 21 ont été acceptés, et 16 ont été acceptés. rejetés. Il a ajouté : « Ils ne retourneront pas en Algérie parce qu’ils sont liés au terrorisme. Ils sont originaires de Syrie, et il y a deux nationalités entre eux, et ils n’ont pas de famille ici ».

La situation n’était pas réglée et le ministre français de l’Intérieur est revenu pour répondre au président Tebboune. Il a déclaré : « La liste des 94 Algériens évoquée par le président Tebboune correspond au dossier le plus prioritaire, car ils sont liés à l’extrémisme, que nous considérons comme le plus dangereux, et que nous voulons renvoyer au plus vite ».

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.