La majorité de l’ONU condamne la Russie et exige « l’arrêt immédiat de l’agression »

La majorité de l’ONU condamne la Russie et exige « l’arrêt immédiat de l’agression »

Moscou n’a pas réussi à adopter une résolution humanitaire au Conseil de sécurité et a fait face à une tempête de critiques à l’Assemblée générale


Vendredi – 22 Sha’ban 1443 H – 25 mars 2022 AD Edition No. [
15823]


Le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU a condamné la décision de l’Occident, la qualifiant d' »anti-russe » (Reuters)

New York : Ali Barada

Après la défaite écrasante du projet de résolution humanitaire de la Russie au Conseil de sécurité, l’Assemblée générale des Nations unies a voté jeudi à la majorité une résolution de 90 pays appelant la Russie à « cesser immédiatement » les hostilités en Ukraine, y compris les attaques contre des civils. , leurs maisons, écoles et hôpitaux. Il a blâmé Moscou pour l’exacerbation de la crise humanitaire au cours de cette guerre. L’Afrique du Sud a tenté de présenter un projet de résolution concurrent à l’Assemblée générale, obtenant d’abord le soutien de la Russie et de la Chine, mais n’a pas été en mesure de recueillir suffisamment de voix pour mettre son texte sur le bulletin de vote, sachant qu’il ressemblait étroitement au projet de résolution raté de la Russie. au Conseil de sécurité.
À la suite du vote, la résolution occidentale a reçu le soutien de 140 des 193 États membres des Nations Unies, alors que seuls 5 pays s’y sont opposés et 38 pays se sont abstenus lors du vote. Lorsque l’Afrique du Sud a demandé un vote sur son projet de résolution qui ne faisait pas référence à la Russie par son nom, le délégué ukrainien Sergey Kislytsya s’y est opposé, et il a été décidé de procéder à un vote procédural sur l’opportunité de voter sur une deuxième résolution, avec seulement 50 pays soutenant le résolution. idées, bien moins que le montant nécessaire à cette fin. 67 pays se sont opposés au vote et 36 pays se sont abstenus.
Le vote à l’Assemblée générale et au Conseil de sécurité sur la résolution de la Russie reflète l’échec de Moscou à obtenir un soutien pour son offensive militaire en Ukraine.
Le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vasily Nebenzia, a condamné la décision occidentale, la qualifiant d' »anti-russe », compte tenu des deux principaux pays qui l’ont soumise, la France et le Mexique, avant que des dizaines d’autres pays ne se joignent à son parrainage. , veut « politiser » la situation humanitaire et l’aide aux millions d’Ukrainiens qui ont désespérément besoin de nourriture, d’eau et d’abris.
Avant et après le vote, Nebenzia s’est disputée avec son homologue américaine, Linda Thomas Greenfield, qui a de nouveau juré de « contrecarrer les plans russes sur le terrain en Ukraine, ainsi qu’aux Nations Unies ». Selon les Nations unies, plus de 10 millions d’Ukrainiens – un quart de la population du pays – ont fui leur foyer et sont désormais déplacés à l’intérieur du pays ou parmi les 3,6 millions de réfugiés, tandis que 12 millions ont besoin d’aide et 5,6 millions d’enfants ne peut pas aller à l’école.
Voter au Conseil de sécurité
Cela survient après que la Russie a échoué mercredi soir à faire passer un projet de résolution « humanitaire » sur sa crise avec l’Ukraine, n’obtenant que deux voix de la Russie et de la Chine, alors que 13 autres pays se sont abstenus lors du vote : les États-Unis, la Grande-Bretagne. , la France, l’Irlande, la Norvège, l’Albanie et les Émirats arabes unis. États-Unis, Brésil, Mexique, Kenya, Ghana, Gabon et Inde.
L’adoption de toute résolution sur le Conseil de sécurité requiert une majorité d’au moins neuf voix pour et aucun veto d’aucun des cinq membres permanents du Conseil : les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine.
La résolution appelle à la pleine protection des civils, y compris les travailleurs humanitaires et les personnes vivant dans des situations vulnérables, y compris les femmes et les enfants ; Il appelle toutes les parties concernées à assurer le respect et la protection de tout le personnel médical et humanitaire exerçant des fonctions exclusivement médicales, ainsi que leurs transports et équipements, les hôpitaux et autres installations médicales. Le projet de résolution de la Russie ne désigne pas la Russie comme une partie majeure à la guerre, mais appelle plutôt « toutes les parties concernées » à « permettre des voyages sûrs et sans entrave vers des destinations en dehors de l’Ukraine, y compris pour les ressortissants étrangers sans discrimination », exigeant que « faciliter un accès sûr et une assistance humanitaire sans entrave aux personnes dans le besoin en Ukraine et dans les environs, en tenant compte des besoins particuliers des femmes, des filles, des hommes, des garçons, des personnes âgées et des personnes handicapées.
Avant et après le vote, la salle du Conseil de sécurité a été témoin d’un débat intense entre le représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, Vassily Nebenzia, d’une part, et ses homologues occidentaux, notamment Linda Thomas Greenfield d’Amérique, Nicolas de Rivière de France et de Grande-Bretagne. ., Barbara Woodward, d’autre part. « L’absence de résolution du Conseil de sécurité compliquera la vie des travailleurs humanitaires sur le terrain et permettra à la partie ukrainienne d’ignorer les demandes de cessez-le-feu pour évacuer les gens et établir des couloirs sûrs », a déclaré Nebenzia. « Kiev continuera à utiliser des civils comme boucliers humains et à déployer des armes lourdes près des hôpitaux et des crèches », a-t-il ajouté. Il estime que les pays refusent de voter pour des raisons politiques, « vous avez le choix, et vous votez », appelant à « ne pas politiser les questions humanitaires ». Il a de nouveau démenti ce qu’il a qualifié de fausses accusations portées par certains délégués sur la volonté de la Russie d’utiliser des armes chimiques et biologiques en Ukraine. Nebenzia a accusé « certains pays, en particulier les États-Unis », de « ne pas vouloir participer de quelque manière que ce soit au projet de résolution présenté par la Russie ». Dans ce cas, demande-t-il, pourquoi vous êtes-vous abstenu de voter ? Vous pouvez aller à l’encontre de la résolution et utiliser votre veto, nous comprenons tous le véritable motif de votre abstention.
L’ambassadeur américain a répondu que la Russie – une fois de plus – essayait d’utiliser le Conseil de sécurité pour « fournir une couverture à ses actions ». « Il est inconcevable que la Russie ait le courage de présenter une résolution appelant la communauté internationale à résoudre la crise humanitaire que la Russie elle-même a créée », a-t-il déclaré. Réitérant les inquiétudes que la Russie pourrait envisager d’utiliser des produits chimiques ou biologiques ; À ce jour, les États-Unis ont fourni plus de 600 millions de dollars d’aide humanitaire au peuple ukrainien, et « nous continuerons à fournir autant d’aide que nécessaire à l’Ukraine et aux pays voisins qui accueillent et soutiennent généreusement le peuple ukrainien ».
Commentant la référence de son homologue russe aux veto, Greenfield a déclaré : « Je ne pense pas que le projet qui nous est présenté soit digne que les États-Unis utilisent leur droit de veto, leur précieux veto. 13 pays se sont abstenus, et c’est ce que est nécessaire pour faire échouer cette décision. » La déléguée norvégienne Mona Juul a déclaré que « la Russie, qui était le principal responsable de la guerre, a présenté un projet de résolution déséquilibré visant à détourner l’attention ».
Son homologue français, Nicolas de Rivière, a qualifié le projet de résolution russe de « manœuvre » de Moscou pour justifier son agression contre l’Ukraine. « Il fait semblant d’être préoccupé par la situation humanitaire en Ukraine », a-t-il dit, mais « essaye d’utiliser le conseil comme un outil ». « Si la Russie se soucie vraiment de la population civile, elle doit faire une chose : arrêter l’offensive et retirer ses troupes d’Ukraine », a-t-il déclaré.
Quant à la déléguée britannique, Barbara Woodward, estimant que « l’Ukraine à Marioupol est soumise à un siège de type médiéval », notant que la Grande-Bretagne « ne votera pas – ni au Conseil de sécurité ni à l’Assemblée générale – sur une résolution qui ne reconnaître que la Russie est la seule – la seule cause de cette catastrophe humanitaire. » ».
D’autre part, le délégué chinois Zhang Jun a confirmé le vote en faveur de la résolution en déclarant que son pays « accueille favorablement toute initiative qui atténue les souffrances de la population et résout la crise humanitaire en Ukraine ». Il a réitéré que « la Chine a toujours demandé à toutes les parties de se concentrer sur les questions humanitaires, de mettre de côté les divergences politiques et de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à un consensus afin de résoudre la crise humanitaire ». Il a déploré que le Conseil « n’ait finalement pas été en mesure de parvenir à un accord ».


Amérique

Union des nations

guerre d’ukraine

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.