La justice française impose une amende de 150 millions d’euros à Google pour des règles publicitaires peu claires

Google Ads est une passerelle pour les annonceurs qui souhaitent apparaître dans la section sponsorisée des résultats de recherche.

Google Ads est une passerelle pour les annonceurs qui souhaitent apparaître dans la section sponsorisée des résultats de recherche.

La cour d’appel française a confirmé jeudi l’amende de 150 millions d’euros infligée à la société Google d’Alphabet pour abus de pouvoir sur le traitement des annonceurs, a déclaré jeudi un porte-parole de la société américaine.

(Inscrivez-vous à notre newsletter Technologie, Cache Today, pour un aperçu des thèmes émergents à l’intersection de la technologie, des affaires et de la politique. Cliquez ici pour un abonnement gratuit.)

L’organisme de surveillance antitrust français, qui a infligé une amende en 2019, a déclaré dans sa décision à l’époque que Google appliquait des règles publicitaires vagues et les modifiait à volonté.

Il s’agit de la première sanction prononcée par les autorités de la concurrence contre Google.

« Suite à la décision initiale (de l’autorité française de la concurrence), nous avons apporté plusieurs modifications pour rendre cette politique plus claire et nous allons maintenant étudier la décision de justice en détail et envisager nos prochaines étapes », a déclaré un porte-parole de Google.

Deux des ordonnances de surveillance accompagnant l’amende de 150 millions d’euros ont été annulées, a déclaré Google.

La première a levé une ordonnance qui l’obligeait à mettre en place un outil permettant aux consommateurs français de porter plainte.

La deuxième ordonnance abrogée obligeait Google à publier un rapport annuel détaillant le nombre de sites Web dont les comptes Google Ads avaient été suspendus pour avoir enfreint ses règles et la nature des règles enfreintes.

Google Ads est une passerelle pour les annonceurs qui souhaitent apparaître dans la section sponsorisée des résultats de recherche.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.