La France clôt l’enquête sur la frappe aérienne qui a déclenché le génocide au Rwanda

Mardi, la Cour suprême française a confirmé qu’une enquête devrait être close sur la destruction d’un avion présidentiel qui a déclenché le génocide de 1994 au Rwanda, mettant fin à une saga judiciaire de deux décennies.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi des proches des personnes tuées dans l’attaque au missile contre le président Juvénal Habyarimanaavion du 6 avril 1994.

Ils avaient demandé aux juges d’annuler une décision du tribunal inférieur abandonner les poursuites contre des proches de l’actuel président Paul Kagame.

Les relations entre Paris et Kigali ont longtemps été tendues par l’enquête et les mandats d’arrêt associés.

« L’enquête était complète et il n’y avait pas suffisamment de charges retenues contre qui que ce soit pour la commission des crimes allégués, ni pour aucune autre infraction », a conclu la Cour de cassation.

« Bien sûr, cette décision déçoit les plaignants rwandais, mais en réalité le mal est fait depuis longtemps », a déclaré Philippe Meilhac, avocat de la veuve de Habyarimana, Agathe.

Les avocats de la défense Leon-Lef Forster et Bernard Maingain ont qualifié la décision de « victoire juridique claire pour les soldats rwandais injustement accusés » par un juge français en 2006, arguant que l’enquête « avait un fort sens politique ».

« La défense espère que la bataille menée sur le front judiciaire permettra également de rendre justice au million de victimes de la génocide contre les Tutsis », ont-ils ajouté.

L’avion Falcon 50 transportait Habyarimana et le président burundais Cyprien Ntaryamira d’un sommet en Tanzanie, où ils ont discuté de la crise dans les deux pays et poursuivi les négociations avec Kagame, alors chef du groupe rebelle du Front patriotique rwandais (FPR) majoritaire. .

Sa chute est largement considérée comme l’étincelle qui a déclenché le génocide dans lequel plus de 800 000 personnes seraient mortes, la plupart de la minorité tutsie aux mains des Hutus.

Le représentant du Rwanda auprès de l’ONU a déclaré à l’époque que l’avion avait été abattu par des « ennemis de la paix », tandis que le ministère de la Défense a déclaré que les responsables étaient des « éléments non identifiés ».

Des proches de l’équipage de conduite français sont allés en justice en 1998.

Les enquêteurs français soupçonnaient depuis longtemps que les rebelles de Kagame avaient tiré sur l’avion alors qu’il atterrissait dans la capitale rwandaise.

Plus tard, ils ont poursuivi la théorie selon laquelle des extrémistes hutus mécontents de Habyarimana modéré étaient à l’origine de l’attaque, qui n’a plus réussi.

Mais un rapport français a révélé en 2012 que l’avion avait été touché par des missiles lancés depuis un terrain occupé par la garde présidentielle de Habyarimana.

Défendant l’abandon de l’affaire en décembre 2018, les juges d’instruction ont déclaré qu’il y avait un « manque de preuves matérielles indiscutables » et que cela laissait les allégations fondées sur des témoignages qui étaient « pour la plupart contradictoires ou impossibles à vérifier ».

Ils ont également souligné « l’atmosphère néfaste » autour de l’affaire, notamment les meurtres, les disparitions de témoins et la manipulation des témoignages.

(AFP)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.