La Fédération française va revoir le traité sur le droit à l’image

Football – Ligue 1 – Nantes v Paris St Germain – Stade de la Beaujoire – Louis Fonteneau, Nantes, France – 3 septembre 2022 Kylian Mbappe de Paris St Germain célèbre son premier but REUTERS/Stephane Mahe

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

20 septembre (Reuters) – La Fédération française de football a annoncé qu’elle réexaminerait son accord sur les droits à l’image des joueurs suite à des informations parues dans les médias selon lesquelles l’attaquant Kylian Mbappe aurait refusé de participer à des activités de parrainage.

ESPN signalé Mbappe a refusé de participer aux activités de photos d’équipe et de parrainage prévues mardi parce qu’il ne voulait pas endosser plusieurs marques, dont des chaînes de restauration rapide et des sociétés de paris, qui sont sous contrat avec l’équipe nationale.

« J’ai décidé de ne pas participer à la séance photo suite au refus de la fédération française de modifier l’accord sur les droits à l’image avec les joueurs », a déclaré Mbappe dans un communiqué, selon ESPN.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La fédération française a déclaré lundi sur Twitter qu’elle menait des discussions avec les dirigeants de l’équipe, les présidents, les entraîneurs et les responsables marketing.

« … La Fédération française de football s’engage à revoir, dans les meilleurs délais, l’accord de droit à l’image entre elle et les joueurs qu’elle sélectionne », ajoute le communiqué.

« La FFF attend avec impatience d’élaborer les contours d’un nouvel accord qui lui permettra de sauvegarder ses intérêts tout en tenant compte des préoccupations et convictions légitimes exprimées unanimement par ses joueurs. »

La France accueille l’Autriche en Ligue des Nations jeudi et affronte le Danemark trois jours plus tard.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Manasi Pathak à Bengaluru; Edité par Peter Rutherford

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.