La dialectique identitaire au cœur de l’élection française

Je passe des jours à Paris et me retrouve tous les jours dans le cycle de l’élection présidentielle à venir (9 avril, premier tour et 25 avril, second tour décisif) Je dis ouragan vortex sans exagération, car tous les médias, ministères, centrales Opinions publiques et études politiques centres sont mobilisés et recrutés pour ce poste décisif pour l’avenir de la France, qui déterminera la politique républicaine pour les cinq prochaines années. Nous avons 12 candidats devant le Conseil constitutionnel, dont les plus en vue sont l’actuel président Emmanuel Macron et son principal rival de droite, Marine Le Pen et le penchant de gauche Jean-Luc Mélenchon, et au centre des modérés Valérie Pecres et Paris La maire Annie Hidalgo, et malheureusement le journaliste raciste extrémiste berbère algérien (comme il se présente) Eric Zemmour, c’est une Formation qui lutte politiquement pour présenter des projets et programmes gouvernementaux de solutions aux dilemmes économiques et de vie des Français, chacun qui veut attirer les électeurs dans un premier tour et peut-être viser à passer au second tour contre Macron (selon les sondages d’opinion).Les observateurs notent la coïncidence de cette campagne avec la guerre russo-ukrainienne, qui fut en réalité un événement gigantesque qui a déstabilisé tous les gouvernements européens et a mis les candidats en compétition pour présenter leurs positions sur l’invasion de l’Ukraine (en termes d’impact de l’e l’économie française à la suite des sanctions imposées à la Russie, ou dans le cas d’une volonté d’accueillir 30 000 réfugiés ukrainiens venus en France pour un asile temporaire, ou, comme prévu, une stabilité permanente en France ! Gros problème grandissant ! Cette élection les a rendus extraordinaires en termes de temps et de risque en termes d’engagement du candidat à leur trouver une solution.Cette circonstance, due à l’extrême droite et à la candidature populiste, a posé plus que jamais la question de (l’identité nationale française) elle-même , et a donné lieu à des débats et des affrontements intellectuels sur l’identité nationale et ses gènes.
En France, par exemple, à l’occasion de cette élection et du succès du parti raciste de droite (Rassemblement national), sa candidate Marine Le Pen est arrivée deuxième avec 19 % des suffrages après Macron, qui en a conservé 28 % depuis qu’il a annoncé sa candidature pour un second mandat. Commentateurs, penseurs et politiques s’affrontent pour analyser le phénomène de montée de l’extrême droite, qui prétend défendre l’identité chrétienne et ethnique de la société française face aux immigrés et musulmans notamment, et les débats qui font rage autour de l’axe (qu’est-ce L’identité française est-elle confinée à la culture chrétienne et à la race de la peau (blanche, ou à la diversité des origines qui composent la société française ?) D’autre part, dans la même France, la pierre d’une droite fanatique appelée (Ansar al-Hawiya), parce que les renseignements français ont découvert qu’ils avaient des projets d’attaques armées contre les musulmans. Quant à nous, Arabes, quand nous ouvrons les yeux (des générations après l’indépendance arabe du colonialisme britannique et français), nous nous rendons compte que le danger de dissolution dans la culture tyrannique occidentale menace l’entité de notre langue et de notre civilisation. Nous avons été conscients de ce danger imminent dès le début de l’indépendance, et nous avons implanté en Tunisie, par exemple, un courant intégriste appelant à l’arabisation et résistant à l’occidentalisation au sein du Parti constitutionnel Bourguibi. Il était impossible d’établir un autre parti, et le chef de ce courant était l’homme d’État nationaliste, Muhammad Mazali, qu’Allah lui fasse miséricorde, et nous nous sommes réunis autour de lui dans le magazine Al-Fikr, qui a été publié pendant trente et un ans à partir de 1956 à 1987 (le début de la tyrannie et l’achèvement de l’occidentalisation du nom contre l’extrémisme !) Nous avons donc arrêté un personnel Mohamed Mazali, qui est né dans la ville de Monastir, berceau de Bourguiba, et dont l’histoire est pleine de réalisations et a servi le pays sous le règne de Bourguiba en établissant la télévision, en créant un complexe sportif et en enracinant le ministère de l’Éducation, plus tard la Défense nationale, puis la Santé. l’astronomie, la géographie, la littérature, l’art, la philosophie et la politique, tandis que notre génération, seuls Jean Jacques Rousseau, Voltaire et Victor Hugo, ont appris à nous aliéner davantage et à réduire notre connaissance de notre histoire.Le colonialisme a quitté nos terres et a asservi nos âmes et nos consciences. . Et quand on regarde les raisons de l’essor du Japon, on se rend compte que ce peuple, malgré sa défaite lors de la Seconde Guerre mondiale, a su transformer le désespoir en espoir et la défaite en victoire, car il s’est accroché aux origines de sa civilisation et n’a pas abandonné ses traditions, mais a tiré de l’Occident est victorieux pour des raisons de science et de technologie seules et dépasse l’Occident lui-même, tandis que Nous, Arabes, ignorons notre langue et notre gloire et imitons les conquérants, comme l’a dit notre savant Ibn Khaldoun, et Dieu a voulu nommer Muhammad Mazali au poste de Premier ministre en 1980, de sorte que l’épée coloniale occidentale a commencé à s’aiguiser pour nous massacrer avec l’aide des colonisateurs culturels et économiques à l’intérieur, afin que nous ayons réalisé ce que chaque propriétaire du projet a obtenu la libération de la persécution, de la persécution et de l’exil Et la prison – que Dieu pardonne à ceux qui nous ont fait perdre notre logement et annuler le message racine! En fait, quand on lit la réalité actuelle dans mon pays, on croit la croyance des gens à croire que ce message n’a pas été annulé, car la question de la civilisation a refait surface à la surface du discours politique après que l’ecclésiastique algérien Malik bin Nabi l’a saturée avec des cours. et approfondi dans les années soixante. Ce moment historique dans la vie des gens est décrit par Muhammad Abed Al-Jabri comme une opportunité pour le passé de rencontrer l’avenir lorsque nous utilisons l’expérience nationale accumulée pour structurer notre destin à sa lumière, à la fois dans l’isolement et contre lui, et c’est le choix le plus dangereux. Il ne serait pas scientifiquement honnête de suggérer que nous, les Arabes, sommes les seuls à restaurer la conscience des problèmes de civilisation et d’identité, car le monde qui nous entoure, à l’est et à l’ouest, est devenu vulnérable à ce dilemme humain. L’Occident victorieux militairement et politiquement, mené par les États-Unis, pose le problème de la civilisation sous l’angle de la protection de ses intérêts stratégiques et économiques, de la détermination de sa sphère d’influence politique et de l’expansion de son influence culturelle, c’est-à-dire de la civilisation en fin de compte, en promouvant la théorie de la supériorité de la civilisation occidentale libérale laïque sur toutes les autres et en appelant les autres nations à renoncer à la civilisation et à reconnaître que la civilisation occidentale est au-dessus. En fait, Bernard Lewis, Samuel Huntington et Francis Fukuyama n’ont pas inventé de nouvelles théories, mais ils ont reformulé les anciennes théories coloniales et orientalistes sous une forme contemporaine et les ont coulées dans le moule d’un langage moderne et mondialement accepté.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.