Karl Marx connaît une chose ou deux sur la politique

Karl Marx. — Société de radiodiffusion britannique/Getty Images

ÉCRIVANT Il y a plus d’un siècle et demi, Karl Marx étudiait les conséquences de la révolution de 1848 qui cherchait à promouvoir les intérêts vitaux de la monarchie européenne et à consolider le pouvoir de la classe bourgeoise émergente.

Contrairement à ses détracteurs – en particulier les universitaires dénigrants – il a appliqué ses théories historiques critiques avec une nuance et une subtilité extraordinaires, observant le pouvoir des classes, leurs actions et leur influence sur les résultats. Alors que Marx reconnaissait que les révolutions étaient supprimées à court terme, il a pu montrer à quel point elles sont importantes pour façonner l’avenir.

Beaucoup diront que l’explication de Marx des effets de la renaissance en France, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, est le meilleur exemple de l’application de la méthode marxiste – le matérialisme historique1 – à des événements réels.

On dit que Hugh Trevor-Roper, l’écrivain britannique, qui était le partenaire de renseignement britannique de l’espion soviétique Kim Philby et un criminel notoire, s’est un jour demandé s’il avait déjà soupçonné Philby, si Philby avait laissé des indices sur sa loyauté. Après une pause, Trevor-Roper a déclaré qu’à une occasion, Philby avait insisté sur le fait que Le Dix-Huit Brumaire était la plus grande œuvre de l’histoire jamais écrite.

Plus qu’un indice, et Philby avait probablement raison.

Le 18 brumaire a tenté d’éclaircir un grand mystère : comment un pays en profonde transition historique d’un ordre socio-politico-économique (féodalité) à un autre (capitalisme), a pu passer d’un renversement populaire d’un roi à une république constituante et inversement. encore. encore une fois pour l’établissement d’un empereur, Louis Bonaparte, en quelques années.

Marx ne pouvait s’empêcher de trouver une ironie amère dans le fait que le coup d’État qui a installé le neveu de Napoléon Bonaparte comme empereur reflétait la montée d’oncle à empereur après la Révolution française. Avec un sarcasme tout aussi amer, Marx a changé l’ancienne vision de la répétition de l’histoire avec l’expression « la première fois comme tragédie, la deuxième fois comme plaisanterie ». Là où Napoléon Ier a tragiquement détourné le processus révolutionnaire, Napoléon III a mené les manœuvres hilarantes d’un parlement bourgeois dysfonctionnel à une fin hilarante en créant un empire comique.

À une époque où nos propres processus politiques – exécutifs, législatifs et judiciaires – ressemblent à une plaisanterie grossière, à une époque où les sondages confirment le mépris populaire pour ces institutions, nous pouvons trouver l’analyse de Marx utile.

Considérez l’ancien président Trump, par exemple. Lui, comme Napoléon III, représentait la médiocrité, connue uniquement pour sa prétention et l’opportunisme de son rang. Trump aime se présenter comme un grand président qui apparaît comme un sauveur, un agent de restauration de la grandeur des États-Unis.

Nostalgique de son oncle Napoléon Ier, le neveu règne sur la France avec la promesse d’étendre l’empire redouté et admiré pour la diffusion de ses idées éclairées ; Louis Bonaparte a promis de restaurer l’unité de la France, la conduisant à la grandeur et à la stabilité.

Mais Trump et Bonaparte sont-ils des individus uniques qui se sont propulsés sur la scène de l’histoire ? Était-ce un accident historique ? Une personnalité plus grande que nature ?

Marx dira qu’en fait, Bonaparte a réussi parce qu’il a bénéficié du soutien d’une classe, en particulier des paysans conservateurs, « les paysans qui souhaitaient consolider leurs propriétés… leurs petites propriétés étaient conservées et favorisées par le spectre impérial ». Les partisans de Bonaparte essaient de sauver ce qu’ils ont et de revivre le moment précédent. Bref, ils veulent faire la France [the Empire] super encore. Il a répondu cette fois.

Marx explique : « Dans la mesure où il n’y a que des interconnexions locales entre ces petits agriculteurs, et que leur identité d’intérêts ne donne pas naissance à des communautés, il n’y a pas de liens nationaux et pas d’organisation politique entre eux, ils ne forment pas de classes. En conséquence, ils sont incapables de faire respecter leurs intérêts de classe en leur propre nom, que ce soit par le parlement ou par la convention. Ils ne peuvent pas se représenter, ils doivent être représentés. Leurs représentants doivent en même temps apparaître comme leurs maîtres, comme une autorité sur eux, comme un pouvoir gouvernemental sans bornes qui les protège des autres classes et leur envoie pluie et soleil d’en haut… Les traditions historiques ont fait naître chez les paysans français la croyance en la miracle qu’un nommé Napoléon leur rende toute la gloire.

Il convient de noter que Marx n’a ni moqué ni condamné les paysans conservateurs français pour leur soutien à l’élection de Louis Bonaparte (1849) ou à son coup d’État (1851). Au lieu de cela, il a expliqué comment et pourquoi Bonaparte a réussi à gouverner, à la fois légalement et illégitimement, même après que la France eut déclaré sa deuxième république. Les paysans étaient de loin la classe la plus nombreuse. La paysannerie n’a pas encore reconnu son existence en tant que classe ; il n’a pas pu exprimer ses griefs, ses intérêts ou ses pouvoirs latents en termes de classe ; il ne peut pas produire son propre chef de classe. Et ça se transforme en caricature, un petit homme aux grandes aspirations, un jouet de Napoléon.

Comme Napoléon III, Trump bénéficiait d’un soutien de classe : des segments de la petite bourgeoisie et de la classe ouvrière. Les professionnels et les petites entreprises qui voient l' »élite » – généralement l’élite urbaine – comme une menace pour leur mode de vie, culturellement et économiquement, sont attirés par Trump plutôt que par les chefs d’entreprise républicains conventionnels. De même, les électeurs de la classe ouvrière victimes de la désindustrialisation, des crises économiques du XXIe siècle, de l’insécurité, de l’augmentation des coûts de la santé, etc., cherchent quelqu’un « comme autorité sur eux », pour leur envoyer « la pluie et le beau temps d’en haut », c’est-à-dire, Napoléon des temps modernes. Ils ne peuvent pas trouver cela avec les démocrates. Ils pensent l’avoir trouvé en Donald Trump.

Les ouvriers aux États-Unis avaient perdu ce que la paysannerie française n’avait pas réalisé en 1851 : « …pas de communauté, pas de liens nationaux et pas d’organisation politique entre eux… En conséquence, ils étaient incapables de faire valoir leurs intérêts de classe dans la nom d’eux-mêmes. Près de quatre-vingts ans d’appâts rouges, de syndicats d’affaires et de plaidoyers démocrates après une riche histoire de lutte de classe ont laissé la classe ouvrière américaine avec peu de conscience de classe, avec peu de capacité à « façonner la classe ». Pas étonnant que Make America Great Again résonne auprès de tant de gens.

Louis Napoléon et Trump avaient tous deux leurs partisans et leurs voyous. Marx a souligné le prolétariat lumpen de Louis Napoléon des destructeurs de la Société du 10 décembre pour le rôle qu’ils ont joué dans l’agitation du pot après son élection. Trump a aussi des fauteurs de troubles ultra-nationalistes et racistes.

Marx a gardé son mépris pour le « parti soi-disant social-démocrate », qui a été fondé comme une coalition de la petite bourgeoisie et des ouvriers. Avec des ouvriers révolutionnaires militants tués, emprisonnés ou exilés après le réveil de juin 1848 lancé pour établir une république sociale et démocratique, les ouvriers ont accepté le compromis et la voie parlementaire. Dans les mots de Marx,

« Un programme commun est rédigé, un comité électoral commun est formé et des candidats communs sont proposés. A partir des revendications sociales du prolétariat, la pointe révolutionnaire est brisée et le tournant démocratique leur est donné ; aux revendications démocratiques de la petite bourgeoisie, leur forme politique pure est dépouillée et leur pointe socialiste est mise en avant. Ainsi est née la social-démocratie… Le trait caractéristique de la social-démocratie est symbolisé dans le fait que les institutions républicaines-démocratiques sont revendiquées comme un moyen, non pas d’éliminer les deux extrêmes, le capital et le travail salarié, mais d’affaiblir leurs antagonismes et de les transformer en l’harmonie… Ce contenu est la transformation de la société de manière démocratique, mais la transformation dans les limites de la petite bourgeoisie.

‘…dans les limites de la petite bourgeoisie.’ Cette description des frontières d’un parti social-démocrate qui n’a commencé qu’en 1849 peut être appliquée équitablement aux aspirations du petit Parti démocrate américain de gauche aujourd’hui. Un peu plus de cent cinquante ans plus tard, les ouvriers sont toujours entraînés dans un parti qui cherche, au mieux, à affaiblir l’antagonisme entre le capital et le travail et à le transformer en harmonie. [paraphrasing Marx]. Les démocrates recueillent les votes de la classe ouvrière et des plus opprimés, tout en recherchant intensément le soutien des super-votants et super-votants urbains et suburbains. C’est leur stratégie depuis la perte du Sud réactionnaire au profit de la République.

« Dans la France du XIXe siècle, l’alliance prolétariat/petite bourgeoisie a été de courte durée. Confrontée à une violation flagrante des limites constitutionnelles de l’action du président, l’alliance a laissé fondre sa menace d’action militante lorsque Bonaparte l’a qualifiée de bluff, révélant le tigre de papier.

Marx a identifié la bêtise des ouvriers unis à la petite bourgeoisie,

« … au lieu d’accéder au pouvoir par lui, le parti démocrate a infecté le prolétariat avec ses propres faiblesses et, comme toujours avec les grandes actions des démocrates, les dirigeants se contentent de pouvoir poursuivre leur « peuple » pour désertion, et le peuple avec la satisfaction de pouvoir accuser ses dirigeants de le rabaisser… Aucun parti n’a plus surestimé ses capacités que le démocrate, aucun ne s’est plus légèrement trompé sur la situation.

A ne pas prendre à la légère à cause de sa défaite face à Bonaparte et au parti bourgeois, la petite bourgeoisie s’amuse d’un « proverbe profond : Mais s’ils osent attaquer le suffrage universel, alors — alors, nous leur montrerons ce que nous sommes faits ». de!’

Si cela semble effrayant comme des menaces vides de la part du Parti démocrate devant les actions impudentes de Trump, de ses amis et de la Cour suprême, alors leçon apprise !

Si nous regardons les parallèles avec la politique française du XIXe siècle et la politique américaine du XXIe siècle, cela nous rappelle certainement l’insinuation de Marx selon laquelle l’histoire se répète, d’abord comme une tragédie, une deuxième fois comme une plaisanterie. Bien sûr, seule une allergie à l’histoire, un aveuglement aux tragédies du passé, peuvent expliquer la loyauté persistante des travailleurs et de leurs dirigeants envers le Parti démocrate sans défense qui trahit constamment les intérêts des travailleurs.

Bien sûr, nous pouvons faire mieux. Marx le pensait…

Dissidentvoice.org, 1er août. Greg Godels écrit sur l’actualité, l’économie politique et le mouvement communiste dans une perspective marxiste-léniniste.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.