Empêcher les citoyens des salaires et des transferts

L’Association des banques libanaises a entamé sa grève du lundi au mardi, empêchant des milliers de Libanais de retirer le reste de leurs salaires et des transferts qu’ils reçoivent des expatriés pour les aider à subvenir aux besoins de base de la vie, en réponse aux poursuites judiciaires contre les banquiers.

La grève des banques, selon les observateurs du dossier, va à l’encontre des tribunaux libanais, qui ont lancé une série de procès contre des banquiers accusés de violation de la loi et de corruption, tout en confisquant des fonds pour les banques qui refusent de fournir des dépôts aux citoyens.

Au Liban, il y a la colère du public contre le secteur bancaire et la Banque du Liban et son dirigeant, Riad Salameh, qu’ils considèrent comme l’une des principales causes de la grave crise économique, considérée comme la pire de l’histoire.

La faute aux politiques financières imposées par les gouvernements et parlements successifs, en plus des politiques monétaires de la Banque du Liban, avec l’Association des banques, dont la plus récente était l’ingénierie financière qui inondait les banques de millions de dollars auparavant. l’effondrement a été révélé, suivi de la contrebande de millions de dollars vers des politiciens et des banquiers à l’étranger, en échange de réservations. Dépôts en dollars des citoyens ordinaires de 2019 à aujourd’hui.

Et en janvier dernier, le juge Aoun a imposé une interdiction de voyager au gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salameh, après qu’une affaire de corruption l’ait accusé de détournement de fonds et de manquement à ses devoirs pendant la crise.

L’assignation visait les dirigeants des conseils d’administration des banques libanaises, sur la base d’une plainte déposée par le service juridique du groupe « People Want System Reform », dans le contexte des transferts de 8 milliards de dollars de la Banque du Liban aux banques libanaises en pleine crise financière. crise.

Début mars, le procureur de la République d’appel du Mont-Liban, le juge Ghada Aoun, a entendu le président de l’Association des banques, Salim Sfeir, et le directeur général de Bank Audi, Samir Hanna, présenter des excuses.

La convocation a eu un impact sur les banques « Saradar » et « Méditerranée », dont les conseils d’administration étaient présidés par l’ancienne ministre de l’Intérieur, Raya Al-Hassan.

Le 10 mars, le juge Aoun a prononcé une interdiction de voyager contre le président des conseils d’administration de 5 banques libanaises, dont Salim Sfeir de « Bank of Beirut », qui est également l’actuel président de l’Association des banques, Samir Hanna de « Bank Audi » et Antoine El-Sehnawy. de la « Banque de Beyrouth ». Société Générale, Saad Al-Azhari, pour Bank BLOM, et l’ancienne ministre des Finances, Raya Al-Hassan, pour BankMed.

Les chaînes de télévision locales ont déclaré que cette décision était une mesure de précaution, tandis que les inspecteurs examinaient des transferts bancaires de 5 milliards de dollars, selon l’Associated Press, tandis que les banques libanaises ont imposé des restrictions de capital non officielles depuis le début de la crise économique en octobre 2019 après des décennies de la corruption et la mauvaise gestion.

Le 14 mars, le juge Aoun a rendu une décision d’apposer un panneau interdisant la cession de biens immobiliers, de voitures, de véhicules, d’actions et d’actions dans toutes les entreprises commerciales appartenant aux cinq principales banques.

Le 14 mars, le juge Aoun a publié un décret interdisant la cession de biens immobiliers, de voitures, de véhicules, d’actions et d’actions dans toutes les entreprises commerciales appartenant aux cinq principales banques.

Les banques sont Bank of Beirut, Audi Bank, BLOM Bank, Mediterranean Bank et Société Générale, et les décisions portent sur l’immobilier, les voitures, les véhicules, les actions et les parts de toutes les sociétés commerciales appartenant au président et aux membres du conseil d’administration de ces banques.

La décision a été rendue dans le cadre d’une plainte déposée par des avocats du département juridique « People’s Group Wants System Reform » et d’autres personnes contre la banque pour des délits d’enrichissement illicite, de blanchiment d’argent et d’autres délits.

Et vendredi dernier, le chef de l’Agence d’exécution de Tripoli (Nord), Hakim Bassem Nasr, a décidé d’imposer une confiscation exécutive des coffres-forts et des fonds des fonds « BLOM BANK » (BLOM), sans appartenir au déposant, et de retirer un ou deux coffres-forts de la section des saisies pour faciliter les affaires des déposants, dans ses succursales, toutes situées à Tripoli (Zahria, Bolivar, Abi Samra et rue Azmy), pour recueillir le dépôt de 437 666 $ appartenant à Mazen El-Mir.

Le 18 mars, le juge Aoun a rendu une décision d’arrêter Raja Salameh, frère du gouverneur de la Banque du Liban, accusé d’enrichissement illégal. Il a confirmé que le dirigeant avait utilisé le nom de son frère et une société fictive pour enregistrer des biens immobiliers en France, d’une valeur de près de 12 millions de dollars.

De même, la juge Mariana Anani a ordonné d’ouvrir le scellé et de confisquer la valeur de la dette de l’épargnant, Ayad Ibrahim, à « Fransabank ». Au lieu de se conformer à la loi, les banques ont déclaré des grèves les lundis et mardis suivant les congés hebdomadaires libanais les samedis et dimanches, car les distributeurs de retrait vidaient l’argent, ce qui empêchait les Libanais pendant la grève de deux jours de retirer leur argent. de l’argent.

L’Association libanaise des déposants s’est rendue devant le tribunal de Beyrouth pour rendre une décision accélérée obligeant l’Association libanaise des banques à ne pas faire grève et à ouvrir ses portes aux déposants pour qu’ils bénéficient des services qu’ils s’engagent à fournir.

L’Association des épargnants a estimé, dans un communiqué samedi, que « cette grève rentre dans la catégorie des abus de droit, car elle a pour but d’extorquer la justice, les épargnants et l’État et les pressions contre la déresponsabilisation, la déresponsabilisation et l’exécution de mauvaise foi à des fins autres que de porter atteinte. » aux droits humains, sociaux et économiques des épargnants ». « .

Dimanche, le Conseil exécutif de la Fédération des syndicats des employés de banque du Liban a annoncé, dans un communiqué, sa solidarité avec l’Association des banques, et soutenu sa décision prise par l’Assemblée générale lors de sa dernière réunion.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.