Dimitri Payet revient sur le devant de la scène à l’approche de la Coupe du monde

Cela fait plus de trois ans que Dimitri Payet n’a pas joué pour la France. A 35 ans, ses meilleures années sont derrière lui et ses jambes fatiguent plus vite qu’avant.

Mais avec une dernière chance de disputer une Coupe du monde, Payet s’efforce de gagner une place dans l’avion qui emmènera les champions en titre au Qatar en novembre.

Il a été brillant à la fois sur et en dehors du terrain pour Marseille cette saison, malgré les défis psychologiques provoqués par les attaques répétées des supporters adverses.

Souvent ridiculisé pour sa tendance à prendre du poids, Payet a maintenu sa forme physique tout au long de la saison et a joué un rôle déterminant dans l’orientation de Marseille vers la qualification en Ligue des champions.

Les performances de Payet ne sont pas passées inaperçues auprès du sélectionneur français Didier Deschamps, qui ne fermera pas la porte à son retour au milieu d’une concurrence féroce de l’équipe pour les points offensifs.

« A un moment donné, il a joué un rôle important, voire décisif », a déclaré Deschamps au journal local La Provence le mois dernier. « Il peut encore être convoqué. Il semble qu’il ne dise rien et que je n’appelle jamais ce type de joueur. Mais ça veut dire quelque chose. Cela dépendra de la situation. »

Payet a fait 38 apparitions et a marqué huit buts pour la France. Le Réunionnais a débuté sa carrière internationale en 2010 et est devenu un habitué de l’équipe qui a atteint la finale du Championnat d’Europe en 2016.

Il a perdu après avoir remporté la Coupe du monde 2018 avec la France en raison d’une blessure subie lors de la finale de la Ligue Europa cette année-là. Sa dernière apparition avec les Bleus remonte à octobre 2018, lorsqu’il est entré comme remplaçant pendant 23 minutes lors d’un match amical contre l’Islande.

Confronté à la concurrence de Kilyan Mbappé, Karim Benzema, Antoine Griezmann et Wissam Ben Yedder, Payet sait que ses chances de se qualifier sont minces.

« Faire partie de l’équipe de 23 joueurs serait fantastique, le vivier de talents offensifs est incroyable », a récemment déclaré le capitaine marseillais à L’Equipe. « Je reviendrais cirer les bottes de Karim si besoin était. »

Avec cinq matchs à jouer en championnat, Marseille devrait terminer deuxième derrière le leader en fuite, le Paris Saint-Germain, dans la place automatique de la Ligue des champions. Les nonuples champions ont une avance de six points sur Rennes et Strasbourg avant le déplacement de dimanche à Reims.

Payet a marqué 12 buts – un de moins que dans sa carrière avec Saint-Étienne il y a plus de dix ans – et a fourni huit passes décisives en 29 matches de championnat. Il a de nouveau joué un rôle central cette semaine en retardant les célébrations du titre du PSG alors que Marseille se levait pour remporter une victoire 3-2 sur Nantes avec Payet convertissant deux pénalités.

Le PSG a une avance de 15 points en tête du classement et remportera son record de 10e titre de champion s’il ne perd pas à domicile face à Lens samedi.

Pour monter son dossier en vue d’un coup sûr en Coupe du monde, Payet peut également s’appuyer sur ses excellentes performances sur la scène continentale. Ce mois-ci, son but gagnant à Thessalonique a remporté une victoire cumulée de 3-1 sur le PAOK qui a conduit les champions d’Europe 1993 aux demi-finales de la Ligue de conférence Europa, où ils affronteront Feyenoord.

« Le but était de venir ici pour se qualifier et se qualifier pour les demi-finales », a déclaré Payet après avoir marqué son troisième but en cinq matches de Ligue Europa Conference. « Donc c’est mission accomplie. »

___

Plus de football AP : https://apnews.com/hub/soccer et https://twitter.com/AP_Sports

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.