La France enquête sur le rapport de l’agence anti-fraude de l’UE sur la candidate à la présidentielle Marine Le Pen

PARIS (AP) – Les procureurs de Paris étudient un rapport de l’agence de fraude de l’Union européenne accusant la candidate présidentielle française d’extrême droite Marine Le Pen et d’autres membres de son parti nationaliste d’avoir détourné des fonds publics alors qu’ils siégeaient au Parlement européen.

Le rapport a été divulgué par le site d’information d’investigation français Mediapart quelques jours à peine avant que Le Pen affronte le président sortant Emmanuel Macron lors du second tour des élections de dimanche qui pourrait déterminer la direction de l’avenir de l’Europe. Le Rassemblement national de Le Pen cherche à réduire le pouvoir de l’UE.

Le Pen a nié tout acte répréhensible, qualifiant le rapport de « jeu sale de l’Union européenne quelques jours avant le second tour » de l’élection. S’exprimant lundi lors d’une étape de campagne en Normandie, il a déclaré: « Je suis très habitué à cela, et je ne pense pas que les Français vont aimer ça du tout. »

Une enquête similaire sur la fraude de l’UE a été dévoilée avant l’élection présidentielle française de 2017, au cours de laquelle Le Pen a perdu face à Macron. Le Pen a reçu une charge préliminaire des enquêteurs français dans l’affaire, qui est toujours en cours.

Macron, un centriste pro-UE, mène Le Pen dans les sondages d’opinion avant le vote de dimanche, bien que la concurrence soit plus rude que lorsqu’ils se sont affrontés en 2017.

LIRE LA SUITE: Les juifs et les musulmans français s’inquiètent des promesses électorales de mettre fin à l’abattage religieux des animaux

L’agence anti-fraude de l’Union européenne, l’OLAF, a remis son dernier rapport le mois dernier au parquet de Paris, qui « l’analyse », a indiqué lundi le parquet. Aucune enquête officielle n’a encore été ouverte et aucun autre détail n’a été publié.

Selon Mediapart, le rapport de l’OLAF a révélé que Le Pen, son fougueux père et fondateur du parti Jean-Marie Le Pen et d’autres membres du parti siégeant au Parlement européen ont utilisé 617 000 euros d’argent public à des fins « fictives », principalement au profit d’entreprises. proche de la fête. Le bureau des fraudes demanderait un remboursement et des accusations potentielles de fraude et de détournement de fonds.

L’OLAF a accusé des membres du parti de « faute grave » et a déclaré que le « comportement inapproprié » des membres du Rassemblement national – anciennement connu sous le nom de Front national – « portait atteinte à la réputation des institutions de l’Union », selon Mediapart.

L’OLAF n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires lundi, jour férié en Belgique et dans plusieurs pays européens.

Ce n’est pas la première fois que Le Pen est accusé de détournement de fonds européens. Parmi plusieurs problèmes juridiques qui affligent son parti, Le Pen a été inculpé en 2018 dans le cadre d’une enquête distincte de l’OLAF qui accusait des membres de son parti d’utiliser des femmes de ménage dans les salaires du Parlement européen pour des activités politiques de parti. D’autres partis politiques français font face à des accusations similaires.

Le Pen, qui a siégé au Parlement européen de 2004 à 2017, sourit pour un selfie alors qu’il rencontre des centaines d’électeurs lundi dans la ville normande de Saint-Pierre-en-Auge. Un petit groupe de partisans de Macron a proposé des affiches exhortant les électeurs à empêcher l’extrême droite de diriger la France.

Lui et Macron font face à un débat important mercredi.

Jeremias Gonzalez a contribué depuis Saint-Pierre-en-Auge.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.