Bengaluru: « J’ai oublié mon handicap en tirant », déclare Sriharsha Devaraddi, médaillée d’or de la Coupe du monde de para-tir

En 2013, Sriharsha Devaraddi a travaillé comme responsable de secteur dans une compagnie d’assurance. Coupé à juin 2022, il participe à la Coupe du monde de tir à l’arc de Châteauroux en France, s’imprégnant de la victoire. Devaraddi, 41 ans, a remporté la médaille d’or à la coupe du monde de tir para avec une carabine R4 mixte de 10 m debout SH2 avec 253,1 points. Il est également le deuxième Indien à obtenir un quota pour les Jeux paralympiques de Paris 2024 basé sur des médailles d’or.

Cependant, le parcours de neuf ans entre devenir un agent de commercialisation d’assurance en 2013 et monter sur le podium à la coupe du monde de tir en 2022 n’a pas été sans défis. Devaraddi a été impliqué dans un accident en 2013, souffrant d’une blessure à la moelle épinière après être tombé de son deux-roues sur une route recouverte de gravier. Il a été déclaré paralysé à 75% après l’accident.

S’adressant à indianexpress.com depuis Paris, Devaraddi a déclaré: «J’étais un sportif à l’époque de l’université et je jouais au badminton. Cependant, après mon accident, j’ai ressenti le besoin de subvenir à mes besoins et j’ai rejoint une ONG en tant que partenaire du programme pour organiser des cours de développement des compétences. Mais le sportif en moi n’arrêtait pas de me donner des coups de coude. J’ai réalisé que je ne m’intégrerais pas dans un sport exigeant physiquement. C’est à ce moment-là que j’ai pensé que je devrais rattraper mon retard sur le tir, où je peux viser et tirer depuis un fauteuil roulant », a déclaré Devaraddi, qui a rejoint l’académie de tir à Hubballi en 2017.

Devaraddi a ensuite déménagé à Bengaluru pour profiter de meilleures installations d’entraînement, car il s’est rendu compte que l’académie de formation de Hubballi n’avait pas de tireurs certifiés. « J’ai déménagé à Bengaluru parce que l’académie de tir de Hubballi offrait une formation médiocre. Cela a affecté mes performances et j’ai été obligé de déménager à Bengaluru. La plupart de mes frais de formation sont couverts à partir de la retraite. Mes parents et ma femme, Shobha, sont également très favorables. Nous avons déménagé à Bengaluru et sommes restés à PG parce que nos finances n’étaient pas solides », a déclaré Devaraddi, qui a ensuite commencé à s’entraîner sous le commandement du tireur Rakesh Manpat.

Meilleure prime express
Prime
'S'attend à des impôts directs supérieurs à cette attente fiscale ;  voir pleurer...Prime
Nuptiale et sans préjugésPrime
Coup de feu de Rajiv Gandhi - histoire dans le cadrePrime

Il est conseillé à Devaraddi de s’entraîner dans la catégorie SH2 qui est destinée aux amputés et aux blessés médullaires. « C’était très difficile pour moi d’appuyer sur la gâchette car ma main n’avait aucune force. Cependant, la flexibilité des directives du Comité international paralympique et les conditions d’utilisation des extensions et des supports à ressort m’ont aidé. Ma femme est mon chargeur et elle a contribué à plus de 50 % de mes gains.

Bulletin | Cliquez pour obtenir la meilleure explication du jour dans votre boîte de réception

Devaraddi a remporté une médaille de bronze à ses débuts aux championnats para-nationaux de tir en 2017-2018. L’année suivante, il remporte deux médailles d’argent aux championnats nationaux. Il a également remporté deux médailles d’argent aux Jeux mondiaux IWAS (International Wheelchair Amputee Sports) 2019 qui se sont tenus à Sharjah. Il a participé à la Coupe du monde de tir parasportif (WSPS) qui s’est tenue à Osijek, en Croatie, en juillet 2019 et s’est qualifié pour le championnat du monde WSPS qui s’est tenu à Sydney, en Australie, en 2019, dans le cadre du contingent indien.

Devaraddi a été sélectionné par la Sports Authority of India (SAI) et est également un para tireur certifié.

Il a participé à l’épreuve de carabine à 50 m lors de la coupe du monde de tir vendredi, mais a obtenu une note inférieure. « L’arme dont vous avez besoin pour 50 m a une portée plus élevée et n’est pas facilement accessible. Ces réglementations sur l’exportation de fusils sont strictes et je dois emprunter des fusils à d’autres participants », a déclaré Devaraddi.

Parlant de ses plats à emporter si loin du tournage, il a déclaré: «Le tournage m’a appris à tester mes compétences et à voir jusqu’où je peux aller. Quand je prends des photos, j’oublie mon handicap et que je suis en fauteuil roulant. Tout ce que je vois est ma cible. Je voudrais faire appel à l’Indian National Rifle Association pour encourager les tireurs et soutenir leur formation, l’accès à des gammes de tir supérieures et aussi pour organiser des académies de tir composées de formateurs certifiés.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.