Un membre de l’AUKUS rejette la plainte chinoise sur un sous-marin nucléaire

L’utilisation d’uranium hautement enrichi a suscité des inquiétudes parmi les experts et les militants anti-nucléaires selon lesquels il pourrait violer le traité de non-prolifération nucléaire parce qu’il est utilisé dans des ogives atomiques, et pourrait créer un précédent pour que des régimes voyous comme l’Iran acquièrent des matériaux de qualité militaire. . .

AUKUS a également fait des vagues en Asie du Sud-Est, la Malaisie et l’Indonésie étant toutes deux à bout. Sans faire directement référence à AUKUS, la soumission de Jakarta à une conférence de l’ONU la semaine dernière a soulevé des inquiétudes quant au transfert de technologie des sous-marins nucléaires et au potentiel de « catastrophe humanitaire et de conséquences environnementales ».

Comme on pouvait s’y attendre, la réaction la plus forte est venue de la Chine, qui a fait pression pour l’accord. Malgré ses propres sous-marins nucléaires et un arsenal de centaines d’ogives nucléaires, Pékin affirme qu’AUKUS est illégal et « uni pour créer un cercle anglo-saxon ».

Les documents de travail des membres de l’AUKUS pour la conférence de l’ONU indiquent que l’Australie ne recevra pas de matières nucléaires « avant de nombreuses années » et que les trois pays ont mis en œuvre les quatre éléments directeurs pour assurer la conformité.

Il s’agit notamment de l’engagement de l’Australie de ne pas procéder à son propre enrichissement d’uranium et de fournir une « unité de puissance complète et soudée » pour le réacteur.

« Cette unité de puissance est conçue de telle manière que l’enlèvement des matières nucléaires serait extrêmement difficile et rendrait l’unité de puissance et le sous-marin inutilisables », indique le document de travail.

« De plus, les matières nucléaires dans ces réacteurs ne seront pas sous une forme qui puisse être directement utilisée dans des armes nucléaires sans autre traitement chimique, ce qui nécessite des installations que l’Australie n’a pas et ne recherchera pas. »

Les trois membres de l’AUKUS ont également déclaré vouloir établir avec l’Agence internationale de l’énergie atomique « une approche de vérification appropriée pour confirmer le non-transfert de matières nucléaires des sous-marins à propulsion nucléaire australiens », qui est soutenue par le Traité de protection globale de l’AIEA.

« L’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis travaillent en étroite collaboration avec l’AIEA pour s’assurer que le précédent créé par l’acquisition par l’Australie de sous-marins nucléaires à armement conventionnel renforce le régime mondial de non-prolifération et ferme la porte à l’abus potentiel de ces éléments.
le cadre du TNP dans le but de développer un programme secret d’armes nucléaires », indique le document de travail.

Pour satisfaire davantage l’AIEA, l’Australie a proposé de mettre en œuvre des mécanismes de protection supplémentaires au-delà du programme de sous-marins nucléaires « pour maintenir la confiance internationale qu’aucune matière ou activité nucléaire n’est non déclarée en Australie ».

La publication du document intervient après que le groupe de pilotage AUKUS s’est réuni la semaine dernière au Pentagone pour examiner les progrès du projet de sous-marin nucléaire et a convenu séparément d’améliorer « les capacités à court terme en hypersonique et contre-hypersonique, ainsi que le cyberespace ».

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.