Un groupe inuit canadien se rend en France pour exiger le retour du prêtre accusé

Un groupe d’Inuits canadiens se rendra en France la semaine prochaine pour faire pression sur le gouvernement Macron pour qu’il extrade un prêtre catholique à la retraite qui fait face à des allégations d’abus sexuels pendant son séjour dans le nord du Canada.

Le voyage fait suite à la visite du pape François au Canada en juillet pour présenter ses excuses pour le rôle de l’Église dans les abus d’enfants autochtones dans les écoles publiques. Certains Inuit demandent à François d’user de son influence pour faire revenir le prêtre accusé. Johannes Rivoire, 93 ans, a été accusée d’agression sexuelle en lien avec son travail dans la paroisse du nord pour les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. La police canadienne a déposé des accusations contre Rivoire, qui vit au foyer de soins Oblat à Lyon, en France, en février.

Nunavut Tunngavik Inc (NTI), une organisation inuite, organise le voyage du 12 au 15 septembre, auquel participera son président Aluki Kotierk. Tanya Tungilik, dont le défunt père Marius Tungilik a déclaré avoir été agressé sexuellement par Rivoire et d’autres prêtres dans son enfance dans ce qui est maintenant la région nord du Nunavut, se joindra à la délégation.

Il a déclaré avoir écrit au président français Emmanuel Macron et à d’autres responsables gouvernementaux pour demander une rencontre. Le groupe espère aussi parler avec Rivoire à Lyon. « Cela signifie beaucoup pour moi et ma famille de tourner la page », a déclaré Tungilik dans une interview. « Il a détruit notre famille. »

APTN News a rapporté en juillet que Rivoire avait dit aux agences de presse qu’elle ne reviendrait pas au Canada. Le Canada a demandé à la France d’extrader Rivoire, qui a la nationalité française et canadienne. Le traité d’extradition de ces pays stipule qu’aucun pays n’est tenu d’extrader ses propres ressortissants.

Les porte-parole du Premier ministre français et du ministère de la Justice n’ont pas répondu aux demandes de commentaires. La police a porté trois accusations liées au sexe contre Rivoire en 1998, mais à ce moment-là, elle était partie en France. Le ministère de la Justice du Canada a abandonné les accusations en 2017, concluant qu’il y avait peu de chances d’être puni pour sa disparition.

Le père Vincent Gruber, qui dirige les Oblats français, n’a pas répondu aux demandes de commentaires. Gruber avait précédemment déclaré que les Oblats voulaient que Rivoire s’occupe des allégations.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.