Un atelier de l’AIEA met l’accent sur la gestion du patrimoine culturel avec la science nucléaire

Alexandrie porte peut-être le nom de son célèbre fondateur, mais des villes bordaient la côte nord de l’Égypte bien avant la conquête des armées d’Alexandre le Grand. Régulièrement, des archéologues et des chercheurs extraient des artefacts anciens de la baie d’Abou Qir, près d’Alexandrie, et utilisent des techniques et technologies nucléaires pour les étudier et les dater.

L’une de ces chercheuses est Dina Atwa, du Centre de conservation du Grand Musée égyptien. En collaboration avec l’European Synchrotron Radiation Facility (ESRF) en France et l’installation Elettra Synchrotron en Italie, il a utilisé le rayonnement synchrotron pour étudier huit pièces de monnaie anciennes immergées dans l’eau – un domaine d’étude appelé archéométallurgie. Sans endommager la pièce, les rayons X du synchrotron révèlent à Atwa des détails sur la composition de la pièce, sa méthode de fabrication et le processus de corrosion qu’elle subit. Les pièces de monnaie remontent à l’époque ptolémaïque (305 avant JC à 30 avant JC), la période après les conquêtes d’Alexandre.

Atwa était l’un des 125 experts invités à Vienne, en Autriche, cet été pour présenter des recherches à l’atelier de l’AIEA sur la science et la technologie des accélérateurs d’approches innovantes pour la gestion durable du patrimoine – une réunion physique et virtuelle de quatre jours axée sur le partage d’informations, de techniques et d’opportunités pour coopération dans la préservation et la compréhension du patrimoine culturel.

« La technologie des accélérateurs peut être utilisée pour étudier les objets du patrimoine culturel et fournir des données quantitatives sur leur âge, leur histoire, leurs procédés de fabrication et leur composition », a déclaré Aliz Simon, organisatrice de l’atelier et physicienne nucléaire de l’AIEA spécialisée dans les accélérateurs. Il dirige les travaux de l’Agence sur la caractérisation des artefacts : « Grâce aux techniques nucléaires, nous pouvons étudier des objets historiques pour comprendre notre passé et les préserver pour l’avenir. En réunissant des chercheurs lors de cet atelier, nous favorisons une communauté d’expertise en génie nucléaire pour faire progresser les sciences archéologiques, anthropologiques et médico-légales vers une gestion durable du patrimoine dans le monde entier.

En mai, l’AIEA a publié le numéro trimestriel de son magazine phare, le Bulletin de l’AIEAqui se concentre sur l’application d’accélérateurs et d’autres sources de rayonnement ionisant, mettant en évidence l’utilisation de ces technologies dans la caractérisation et la préservation d’artefacts historiques, ainsi que la détection d’œuvres d’art contrefaites.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.