Tour de France 2022 – Aperçu de l’étape 17

Etape 17 – Saint-Gaudens à Peyragudes – 129,7km – Mercredi 20 juillet

Deuxième des trois étapes pyrénéennes cette année, l’étape 17 comprend quatre ascensions graduées (dont une arrivée au sommet à Peyragudes) à seulement 129,7 km, ce qui en fait peut-être la plus difficile – et certainement la plus intense – des trois.

La journée commence à Saint-Gaudens, étape semi-régulière lorsque le Tour visite les Pyrénées. Les coureurs se dirigeront vers l’ouest par les routes de la vallée, en montant progressivement et en passant par le sprint intermédiaire à La Barthe-de-Neste. La première heure doit être rapide et agressive car les équipes toujours à la recherche de victoires d’étape essaient de mettre un ou deux coureurs sur l’échappée et les équipes avec des concurrents du GC essaient de mettre des coureurs de soutien sur la route pour aider leurs capitaines plus tard dans l’étape (un tactique que nous avons vu bien fonctionner) à l’étape 16).

La randonnée commence par 76,1 km à parcourir avec un col d’Aspin de catégorie 1 (12 km à 6,5 %), l’une des randonnées les plus célèbres des Pyrénées et une randonnée que les coureurs connaissent bien (inclus sur presque tous les circuits). Long mais assez progressif, le combat le plus intense d’Aspin devrait être réservé aux coureurs poursuivant les points disponibles du roi des montagnes au sommet, alors que l’Allemand Simon Geschke (Cofidis) cherche à étendre son avance de 19 points. La courte descente a conduit les coureurs au bas de la prochaine ascension, la catégorie 2 Hourquette d’Ancizan (8,2 km à 5,1 %), le plus facile des quatre sommets de la journée.

S’il y a une chance pour le cavalier de reprendre son souffle ou de prendre une bouteille ou une collation, allez-y maintenant, car il y a 16 km du sommet de la Hourquette d’Ancizan au pied de la prochaine randonnée, dont environ 5 km sur une route de vallée qui est l’endroit idéal pour que les voitures des équipes viennent servir leurs coureurs avant les deux dernières ascensions.

Alors qu’il restait 32 km à courir, les coureurs ont tourné à gauche sur Saint-Lary-Soulan, qui marquait le départ officiel de l’avant-dernière côte de la journée, la catégorie 1 Col de Val Louron-Azet (10,7 km à 6,8 %). Les statistiques de montée sont trompeuses, car les deux premiers kilomètres sont assez doux. Arrivé à moins de 30 km de la fin de l’étape, c’était le cadre idéal pour un coureur comme le Slovène Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) pour lancer une attaque à courte distance pour tenter d’évincer le Danois Jonas Vingaard (Jumbo-Visma) de la tête du classement général du Tour.

Les coureurs ont gravi le sommet de Val Louron-Azet avec seulement 10 km de dénivelé les séparant de la dernière étape de l’ascension de la journée, la montée de catégorie 1 vers Peyragudes (8 km à 7,8 %). À présent, la course devrait battre son plein, le ralentissement menant aux cotes s’avérant tout aussi décisif que la montée elle-même.

Comme le Col de Val Louron-Azet, la montée commence doucement, mais devient ensuite une pente assez constante d’environ 8% pour les cinq kilomètres suivants. Arrive ensuite une pente plus raide : la première à 9% de moyenne sur un kilométrage d’environ 3 km et la seconde à 16% dans le dernier kilomètre, alors que le coureur monte sur la piste au sommet de la montagne, où l’attend la ligne d’arrivée. Côté météo, la journée devrait être plus fraîche, avec des températures autour de 80 degrés et un ciel partiellement nuageux. Compte tenu des derniers jours, il pourrait faire très froid.

La dernière tournée s’est terminée à Peyragudes en 2017. Le Français Romain Bardet (qui roule maintenant sur Team DSM) a remporté l’étape pour Ag2r-La Mondiale, et le Britannique Chris Froome (alors roulant sur Team Sky) a perdu le maillot jaune de l’Italien Fabio Aru (alors roulant sur Team Sky) Astana et maintenant depuis sa retraite). Froome a repris le maillot quelques jours plus tard, mais l’arrivée d’étape a été l’un des temps forts du Tour. Nous espérons que ce n’est pas différent cette année.

Coureurs à surveiller

Il est tentant de prédire que l’étape 17 se déroulera de la même manière que l’étape 16, avec un grand groupe de coureurs fuyant pour prendre une énorme avance et remporter une étape entre eux. Mais l’étape 17 est environ 50 km plus courte que l’étape 16 – ce qui signifie moins de place pour que de gros écarts se forment – et les équipes rivales du GC voudront continuer à soutenir les coureurs sur la route suffisamment près pour pouvoir aider à la fin. C’est une façon tordue de dire que nous pensons que l’un des prétendants au GC remportera l’étape de la même manière que Vinegaard a remporté l’étape 11 au Col du Granon. À la grande consternation de tous, l’arrivée raide était parfaite pour Vinegaard et Pogačar.

Quand regarder

Avec Pogačar apparemment réticent à attendre la montée finale pour tenter de briser le Viningegaard, nous prévoyons d’écouter les coureurs s’embarquer sur le Col de Val Louron-Azet, la première des deux dernières ascensions de la journée. Cela signifie que nous serons assis vers 10h00 HAE et regarderons la dernière heure de l’étape. A noter que l’étape devrait se terminer un peu plus tôt que d’habitude : vers 11h00 HAE.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.