Sanofi condamné à indemniser une famille française pour les effets secondaires d’un médicament contre l’épilepsie

Logo Sanofi au siège social lors de la conférence de presse sur les résultats annuels à Paris, France, le 4 février 2022. REUTERS/Benoit Tessier

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 14 mai (Reuters) – Un tribunal français a condamné Sanofi (SASY.PA) à verser des dommages et intérêts de plus de 400 000 euros (416 440 $) à une famille dont l’enfant souffre d’une forme d’autisme causée par le médicament contre l’épilepsie Valproate, le tribunal mentionné. les fabricants de médicaments omettent d’informer sur les effets secondaires connus.

Le lien, aux côtés des malformations physiques, a également été reconnu dans une décision historique de recours collectif en janvier, qui pourrait potentiellement entraîner des centaines de millions d’euros d’indemnisation, bien que Sanofi ait déclaré qu’il ferait appel. Lire la suite

La dernière décision, rendue la semaine dernière et vue par Reuters samedi, indique que Sanofi devait connaître le risque que le médicament, s’il était pris par une femme enceinte, puisse provoquer des malformations et des « troubles du comportement neuronal » chez les enfants, qu’il convient de mentionner. dans le dépliant ci-joint.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Sanofi a déclaré dans un communiqué qu’il ferait appel de la décision, ajoutant que le rapport bénéfice/risque global du médicament était positif.

Un tribunal de Nanterre a ordonné jeudi à l’entreprise d’indemniser les parents de la jeune fille pour divers préjudices physiques et psychologiques subis, et les frais engagés tels que les soins particuliers et les besoins scolaires.

Cette décision est la première en France à établir un lien entre le valproate, vendu sous le nom de Dépakine en France, et le trouble communément appelé autisme, dans des cas individuels, a déclaré Marine Martin, qui dirige l’association des victimes APESAC.

« J’espère que Sanofi changera sa position et commencera à indemniser les victimes maintenant que de plus en plus de décisions de justice sont rendues », a déclaré samedi à Reuters Martin, qui est également la mère d’un enfant qui a souffert des effets secondaires de Depakine.

Les autorités sanitaires françaises estiment que le médicament est responsable de malformations chez 2 150 à 4 100 enfants et de troubles neurodéveloppementaux chez jusqu’à 30 400.

Sanofi a fait l’objet d’une enquête officielle en 2020 pour meurtre, mais a nié les accusations à l’époque et a déclaré qu’il contesterait le bien-fondé de l’enquête.

(1 $ = 0,9605 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Tassilo Hummel; Edité par David Holmes

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.