Que signifie la réélection de Macron en France ?

Joaquin Roy, professeur et directeur du Centre d’excellence de l’Union européenne de l’Université de Miami, a évoqué l’importance d’Emmanuel Macron pour pouvoir remporter un second mandat à la présidence du pays.



La semaine dernière, les électeurs français ont voté pour Emmanuel Macron pour un second mandat de président français. Il a été réélu avec environ 59 % des voix, contre 41 % pour Marine Le Pen, chef du Rassemblement national.

En dépit d’être en proie à de faibles cotes d’approbation et à un faible taux de participation, ce fut une nette victoire pour Macron, qui a été critiqué comme arrogant et aimant les riches.

Dans son discours de victoire, Macron a exprimé sa calme détermination à rompre avec les habitudes passées, à faire face à « l’indignation et la désapprobation » du pays et à tendre la main à ceux qui n’ont voté pour lui que pour empêcher Le Pen, a rapporté le New York Times.

Les critiques ont noté que même en cas de défaite, la course de Le Pen pourrait annoncer la montée de l’idéologie d’extrême droite en France.

Le Pen mène une campagne anti-immigration qui soutient les valeurs de la classe ouvrière. Il a également fait l’éloge du président russe Vladimir Poutine et a suggéré que la France quitte l’Union européenne.

Même s’il a perdu, Le Pen a amélioré son score par rapport à l’élection présidentielle de 2017, au cours de laquelle il a également combattu Macron, de 8 points – recueillant un peu plus de 41% des voix, selon les analystes politiques.

Joaquin Roy, professeur d’études internationales et directeur du Center for European Excellence de l’Université de Miami, a répondu aux questions sur les élections et les titulaires.

Que signifient ces élections pour la France ?

Cela montre que la France continue d’être un chef de file au sein de l’Union européenne, l’instance qui détient une Europe cohérente qui a contribué à la paix continentale. La majorité absolue des gouvernements des États membres de l’UE ont voté pour Emmanuel Macron, car ils soutiennent sa présidence.

Au lieu de cela, LePen fait campagne pour un lien plus lâche avec l’Union européenne.

Même si Marine Le Pen a perdu, il avait une forte audience. Quel est l’attrait ?

Il fait appel à des segments de l’extrême droite traditionnelle, mais il est également suivi par le chômage non couvert par l’État-providence traditionnel français et par de nombreux opposants à la proposition de décision de l’État de modifier l’âge de la retraite.

Est-ce que cela fait partie d’une tendance que nous voyons où les électeurs se déplacent vers l’extrême droite ?

En partie, oui, mais contrairement à d’autres pays comme la Hongrie et la Pologne, qui ont façonné des agendas et des coalitions de droite. Ces pays suivent un modèle de gouvernement qui a peu de freins et contrepoids et supprime la liberté d’expression.

Le Pen est soutenu par un secteur croissant de la population française qui rejette l’immigration et aspire aux valeurs traditionnelles.

Quels sont les problèmes brûlants qui affectent les Français aujourd’hui ?

Il y a une sorte de rejet du rôle ancien de « l’État » en tant que bâtisseur de la « nation ». Depuis la Révolution française, la France est considérée comme un « État » ou un gouvernement dans lequel les représentants sont les dirigeants et les décideurs. La plupart des citoyens français sont très confiants dans l’efficacité de l’État. Maintenant, cette efficacité a été érodée.

Les Français sont des socialistes conservateurs par nature. Ils veulent préserver ce que la social-démocratie leur a donné.

Emmanuel Macron est perçu comme arrogant et sans lien avec certaines couches de la société. Pensez-vous qu’il changera ses habitudes autoritaires pour augmenter son attrait ?

Cette perception n’est répandue que dans des secteurs qui n’ont jamais compris le rôle central de la présidence, une position de prestige et d’autorité particulière que l’ancien président Charles de Gaulle juge importante.

Depuis la fondation de l’UE, le rôle de la première classe française a été central. Macron correspond au rôle, tout comme de Gaulle, Jacques Delors et François Mitterrand. Le Pen n’en est pas à ce niveau et sa proposition d’UE porte atteinte à ses valeurs et à ses institutions.

La plupart des ressortissants français soutiennent encore la « grand-mère » traditionnelle du système officiel français. Ce que j’entends par grandeur, c’est que beaucoup de Français croient en la mystique de la France en tant qu’ancien empire, qu’elle est prestigieuse parmi toute l’Europe et que chacun en tant que citoyen de la France est issu de cette grande tradition et sinon supérieur aux autres, a au moins certains privilèges.

Macron doit trouver un moyen de faire bénéficier globalement les citoyens qui ne votent pas pour lui d’un système basé sur la réduction du chômage, une bonne éducation publique et un soutien aux retraites.




Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.