Que contient le projet de loi 96, la nouvelle loi québécoise pour protéger la langue française

La semaine prochaine, Québec devrait approuver le projet de loi 96, un projet de loi controversé que le gouvernement propose pour protéger la langue française dans la province.

Le projet de loi réformerait plusieurs lois québécoises, dont la Charte de la langue française, touchant à tout, de l’éducation et de la santé aux droits des immigrants d’être servis dans d’autres langues.

Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable du français, a déclaré que le Québec étant une province française, il devrait utiliser sa langue officielle avec le public.

« Une chose est sûre : si on veut élever le niveau de français au Québec, il faut d’abord agir sur l’État », a-t-il déclaré à CBC. « Si on veut que les citoyens utilisent plus le français, celui qui doit montrer l’exemple, c’est l’État du Québec. »

Cependant, le projet de loi a depuis été critiqué sur plusieurs fronts, notamment pour son utilisation d’une clause bien que, qui permet à une province de passer outre aux libertés fondamentales garanties par la Charte canadienne des droits et libertés.

Au lieu de simplement appliquer des clauses à certaines parties du projet de loi 96, le gouvernement a appliqué ces clauses au reste du projet de loi, rendant chaque aspect de la loi de grande portée à l’abri des contestations judiciaires en vertu de la Charte.

Alors qu’est-ce que tout cela signifie pour les Québécois? Qu’est-ce qui est et n’est pas exactement dans le projet de loi 96 — et comment s’applique-t-il dans la pratique ? Quelle partie inquiète les critiques ? C’est ce que nous savons jusqu’à présent.

Éducation

Le projet de loi limiterait le nombre d’étudiants pouvant entrer dans les collèges anglophones, connus sous le nom de CEGEP.

Le nombre d’étudiants dans les cégeps anglophones, en proportion du nombre total d’étudiants, ne doit pas être supérieur à celui de l’année scolaire précédente et ne peut dépasser 17,5 % de la population étudiante totale au Québec.

Une fois que vous avez suivi le cégep anglais, il y a aussi de nouvelles exigences pendant vos études. Tous les étudiants doivent suivre au moins trois cours de 45 heures en français.

Pour ceux qui se qualifient pour l’anglais, il pourrait s’agir d’un cours de français langue seconde – donc, une classe qui enseigne uniquement comment parler et écrire en français.

Pour ceux qui ne sont pas admissibles, il doit s’agir de trois cours de votre programme de base. Donc, si vous étudiez en sciences de la santé, trois de vos cours en sciences de la santé doivent être en français. Les étudiants éligibles en anglais peuvent également choisir d’emprunter cette voie, s’ils le souhaitent.

Des milliers de personnes ont participé à une manifestation contre la loi 96 au centre-ville de Montréal le week-end dernier. (Graham Hughes/Presse canadienne)

Une fois que cela est pris en charge, il reste une condition à remplir. Le projet de loi 96 dit qu’un étudiant « qui n’a pas les connaissances requises en français parlé et écrit » par le gouvernement ne peut pas obtenir de diplôme.

Cela signifie qu’il y a un examen de français à la fin des études au cégep. Les examens sont les mêmes partout dans la province, que l’étudiant suive le cégep anglais ou français, et vous devez réussir pour réussir.

Cependant, ceux qui satisfont aux exigences linguistiques en anglais sont dispensés de passer l’examen.

Le projet de loi 96 ne change pas qui est admissible à une éducation en anglais.

Santé

Le projet de loi 96 dit que les entités gouvernementales doivent « utiliser de façon exemplaire la langue française, promouvoir sa qualité, assurer son développement au Québec et la protéger ».

Mais le projet de loi 96 comporte également des exceptions, stipulant que des langues autres que le français peuvent être utilisées par des organismes gouvernementaux « lorsque la santé publique, la sécurité ou les principes de justice de la nature en ont cruellement besoin ».

Cependant, un autre article stipule que les agences gouvernementales ne peuvent pas non plus « utiliser systématiquement l’autre langue ».

C’est la partie qui attire l’attention de certaines personnes. Jolin-Barrette, s’adressant à CBC News la semaine dernière, a déclaré avec insistance qu’en matière d’accès aux soins de santé, rien n’a changé pour les anglophones de la province.

« Tous ceux qui veulent recevoir des soins en anglais peuvent l’accepter », a-t-il déclaré. « Si vous êtes un Québécois anglophone, ou un nouvel arrivant, ou un touriste, vous pouvez le recevoir en anglais. Avant, c’était comme ça. Maintenant, c’est comme ça. Et ce sera comme ça dans le futur, après que Bill 96. »

Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable du français, a déclaré que le Québec étant une province française, il devrait utiliser sa langue officielle avec le public. (Dany Pilote/Radio Canada)

Cependant, Robert Leckey, doyen de la faculté de droit de l’Université McGill, a déclaré qu’il n’était pas clair quand le système de santé serait autorisé à mettre en œuvre l’exemption.

Il a expliqué que pour le projet de loi sur les symboles religieux du Québec, le projet de loi 21, le gouvernement avait spécifiquement prévu que l’ensemble du système de santé soit exclu de la loi.

« Ils ont manifestement choisi de ne pas le faire », a-t-il déclaré.

Leckey dit que cela montre que tout ne sera pas couvert par l’exception. Les types de soins de santé éligibles et ceux qui ne le sont pas ne sont pas explicitement indiqués dans la loi.

Il a noté que si le projet de loi 96 était jugé d’une manière ou d’une autre en violation de la Loi fédérale sur la santé du Canada, qui garantit l’accès aux soins, la loi fédérale s’appliquerait, mais il n’est pas clair si cela arriverait à ce point dans la pratique.

cour et justice

Comme le système de soins de santé, le projet de loi 96 prévoit des exceptions pour la «justice naturelle», et le Québec a le droit de demander justice devant les tribunaux en anglais ou en français. L’aspect juridique ne changera pas.

Cependant, la facilité avec laquelle il est possible d’avoir des juges qui parlent anglais est une tout autre affaire.

Le projet de loi 96 précise que les juges n’ont plus besoin d’avoir « un certain niveau de connaissance des langues autres que la langue officielle ».

Si le ministre de la Langue française et le ministre de la Justice sont d’accord, ils peuvent choisir d’inclure une exigence de bilinguisme pour les futurs juges, mais seulement après avoir épuisé toutes les autres options.

Ainsi, bien que le droit d’être entendu en anglais demeure enraciné, la réalité de sa généralisation pour les juges bilingues à l’avenir a été remise en question.

Les politiciens élus à l’Assemblée nationale ou nommés ministres ne sont pas non plus tenus de connaître l’anglais.

Confidentialité et lieu de travail

Le projet de loi 96 touche également au français en milieu de travail et donne à l’Office des langues du Québec de nouveaux pouvoirs pour enquêter sur les entreprises soupçonnées de ne pas fonctionner dans la langue officielle de la province.

Avant le projet de loi 96, seules les entreprises de 50 employés ou plus devaient avoir un plan pour assurer que le français soit la langue commune en milieu de travail. Cela inclut d’avoir un comité français et un certificat du gouvernement validant que la langue commune des affaires est le français.

Cela s’appliquera désormais aux entreprises d’au moins 25 salariés.

De plus, les employeurs ne pourront exiger la connaissance d’aucune autre langue que le français lors de l’embauche ou de la promotion d’employés.

La seule exception est si l’employeur peut démontrer qu’une autre langue est requise pour le poste et qu’il « prend tous les moyens raisonnables pour éviter d’appliquer une telle exigence ».

Mais les constitutionnalistes s’inquiètent de ce qui peut arriver lorsqu’une entreprise est soupçonnée de ne pas être assez française.

Aube de Montréal12:03Quelles sont les implications de la loi 96 pour la loi ?

Nous avons discuté avec Frédéric Bérard, avocat et professeur de droit constitutionnel à l’Université de Montréal, du projet de loi 96.

En vertu de la Charte française du Québec, les inspecteurs sont déjà autorisés à enquêter sur les cas, y compris en demandant à voir des documents. Cependant, ce pouvoir est toujours limité par la Charte canadienne, qui protège les Canadiens contre les perquisitions et les saisies abusives.

Le projet de loi 96 a non seulement donné ce pouvoir à bureau québécois de la langue française (OQLF), mais parce qu’il fait appel à une clause bien qu’il puisse déroger aux libertés fondamentales garanties par la charte.

« Cela signifie que les ministres ou les inspecteurs peuvent faire ce qu’ils veulent en matière de saisies, ce qui va à l’encontre de ma conception de l’état de droit », a déclaré Frédéric Bérard, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Montréal.

« Certainement pas un bon sentiment de voir si facilement les inspecteurs se rendre chez vous et confisquer tout ce qu’ils veulent sans l’autorisation du tribunal. »

Nouveau venu au Québec

La loi 96 a eu des répercussions importantes sur la vie des nouveaux arrivants de l’extérieur du Canada au Québec.

En vertu des nouvelles règles, les réfugiés et les immigrants qui déménagent au Québec pourront recevoir des services en anglais ou dans une autre langue pendant six mois après leur arrivée.

Après cela, tous les services gouvernementaux seront exécutés exclusivement en français, à moins que le service ne relève de l’une des exceptions « santé, sécurité publique ou principes de justice de nature ».

Ceux qui offrent des services aux nouveaux arrivants doivent le faire en français.

Ainsi, par exemple, si un employé du gouvernement aide un immigrant dont la première langue est l’italien, même si l’employé parle également l’italien, il est toujours tenu de ne parler que le français.

VOIR | Christopher Skeete discute du projet de loi 96 :

Christopher Skeete répond aux questions sur le projet de loi 96

L’adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois anglophones touche au milieu de travail, aux soins de santé, aux réfugiés et plus encore.

Parler à CBC À présent La semaine dernière, Christopher Skeete, adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les résidents anglophones du Québec, a déclaré qu’après six mois, les nouveaux arrivants sont généralement suffisamment bien établis pour amorcer la transition vers le français.

Skeete souligne que dans d’autres régions du Canada, dès le premier jour, « on s’attend à ce que vous communiquiez en anglais avec le gouvernement canadien ou le gouvernement de l’Ontario ».

« Ce que nous disons, c’est que vous avez absolument le droit ici au Québec pendant six mois de vous exprimer dans une autre langue. »

Janet Cleveland, qui étudie la santé et le bien-être des réfugiés et des immigrants à l’Institut universitaire SHERPA de Montréal, affirme qu’il est fondamental d’avoir la permission d’utiliser une autre langue.

« Oui, c’est vrai – en Ontario, il n’y a aucune obligation d’offrir des services dans une langue autre que l’anglais », a-t-il déclaré. « Mais il y a des tonnes de programmes qui le permettent. »

« Quoi [Bill 96] interdit-il l’utilisation d’autres langues. C’est la grande différence. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.