Macron : le Conseil de défense demande aujourd’hui une session d’urgence pour discuter de la crise en Ukraine

L’Elysée a annoncé l’invitation du Président Emmanuel Macron Le Conseil de défense tiendra une session d’urgence cet après-midi, samedi 26 février, pour discuter des développements Crise ukrainienne.

Selon Le Figaro, l’Elysée a annoncé ce matin que le président Emmanuel Macron tiendrait un conseil de défense « sur la situation en Ukraine » à cinq heures du soir, alors que les combats s’intensifient entre les armées russe et ukrainienne à Kiev.

Le président français était revenu à l’Elysée après avoir assisté à l’inauguration du salon de l’agriculture, où il avait promis aux organisations agricoles d’élaborer un « plan souple » pour faire face aux conséquences durables, notamment économiques, de la guerre en Ukraine.

Dans son allocution au salon de l’agriculture, Macron a déclaré : « La guerre en Ukraine et les sanctions sévères imposées par les puissances occidentales à la Russie auront de graves conséquences à long terme pour le secteur agricole français, qui est le plus important de l’Union européenne ».

Lire aussi : Les Pays-Bas envisagent d’envoyer 200 missiles anti-aériens américains en Ukraine

Macron a clairement indiqué que les restrictions commerciales résultant des sanctions de l’UE contre la Russie affecteraient les exportations françaises telles que le vin et le blé, tandis qu’une autre augmentation des prix de l’énergie affecterait le bétail.

Le président français a indiqué que son gouvernement «construisait un plan de résilience», ajoutant que des mesures seraient prises pour protéger les agriculteurs des pressions sur les coûts et compenser les pertes de revenus.

Le conflit russo-ukrainien a pris une nouvelle tournure le 21 février, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance de Donetsk et de Louhansk comme républiques indépendantes d’Ukraine, dans un mouvement d’escalade qui a suscité une grande colère de Kiev et de ses alliés européens.

Les présidents des républiques de Donetsk et Lougansk, Denis Pushilin et Leonid Baschnik, avaient déjà appelé Poutine à reconnaître l’indépendance des deux républiques.

Pasnik a déclaré qu’il existe des informations sur la préparation de Kiev à une attaque à grande échelle contre le Donbass et a souligné que la république n’a pu éviter une catastrophe humanitaire que grâce à la Russie.

Comme l’a souligné Pushilin, les habitants du Donbass ressentent l’esprit russe et leur objectif principal est l’intégration avec la Russie.

Dans la foulée, les forces russes ont commencé, à l’aube du jeudi 24 février, à lancer une opération militaire dans l’est de l’Ukraine, ce qui a ouvert la porte à l’éventualité d’une « troisième guerre mondiale » qui aurait été la première du vingt-et-un premier siècle.

L’Union européenne a déclaré que le monde vivait dans une « atmosphère plus sombre » depuis la Seconde Guerre mondiale, tandis que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a confirmé que l’Union européenne avait l’intention d’imposer un ensemble de sanctions à la Russie, qui être le plus dur jamais.

Sur les lieux des événements, le ministère russe de la Défense a affirmé que le système ukrainien de défense aérienne et ses bases avaient été détruits et que l’infrastructure de l’armée de l’air était hors service.

D’autre part, le président ukrainien Vladimir Zelensky a annoncé l’imposition de la loi martiale dans tout le pays.

Dans un discours au peuple ukrainien, Zelensky a déclaré que les forces russes avaient lancé des attaques contre les infrastructures militaires et les gardes-frontières.

Le président ukrainien a indiqué qu’à la lumière de ces développements, il a pris contact avec son homologue américain, Joe Biden, soulignant que les États-Unis ont commencé à préparer leur réponse à l’action militaire russe, a déclaré Zelensky.

Avant que la situation n’évolue à un rythme accéléré, la situation a fait rage dans la région du Donbass, dans le sud-est de l’Ukraine, après que les autorités ukrainiennes et les républiques populaires unilatéralement déclarées de Donetsk et de Louhansk ont ​​échangé des allégations de violation des accords de Minsk et du régime de cessez-le-feu.

Les autorités de Kiev poussent depuis longtemps des forces supplémentaires et du matériel militaire lourd sur la ligne de contact qui sépare leurs forces armées des forces des républiques de Donetsk et de Louhansk, ce qui accroît la tension dans la région du Donbass, dans le sud-est de l’Ukraine.

La situation dans le Donbass s’est aggravée ces derniers jours et les républiques unilatéralement déclarées de Donetsk et de Louhansk ont ​​signalé avoir fait l’objet d’intenses bombardements de la part des forces ukrainiennes, tandis que Kiev a démenti ces allégations et que le responsable chargé de communiquer avec les médias a « Malgré le fait que nos positions aient été ciblées avec des armes prohibées, notamment de l’artillerie de 122 mm, les forces ukrainiennes n’ont pas ouvert le feu en réponse à l’agence britannique Reuters.

Cependant, dans le même temps, le président ukrainien a promis que son pays se « défendrait » de toute « invasion russe », a-t-il dit.

Avant de lancer une opération militaire contre l’Ukraine, la Russie avait toujours rejeté les accusations de l’Occident de préparer une « invasion » de l’Ukraine et affirmé qu’elle ne faisait pas partie du conflit interne ukrainien.

Cela n’a cependant pas convaincu les milieux occidentaux, qui ont fondé leurs accusations à Moscou de préparer l’invasion de l’Ukraine, sur le déploiement russe de quelque 100 000 soldats russes il y a quelques semaines à ses frontières avec un pays voisin de l’Ukraine à l’ouest. , disant que « cette invasion pourrait avoir lieu à tout moment ».

Mais la Russie affirme ne vouloir qu’assurer sa sécurité, tandis que Washington envoie également des renforts militaires en Europe de l’Est et en Ukraine.

De son côté, Moscou accusait à l’époque l’Occident d’utiliser ces accusations comme prétexte pour accroître la présence militaire de l’OTAN près de ses frontières, au moment où la Russie s’obstine à rejeter la question de l’élargissement de l’OTAN, ou de l’adhésion de l’Ukraine à l’alliance, alors que Kiev est impatient de rejoindre le drapeau de l’OTAN.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.